Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2021 / Montmartre

Nichoirs et graines pour piafs en danger

par Jacky Libaud

Le piaf se fait rare à Paris. La municipalité met en place un dispositif pour préserver et favoriser les colonies qui y nichent encore.

La Ville, en partenariat avec la Ligue de protection des oiseaux (LPO-IDF), met en place un nouveau dispositif intitulé « quartiers aux moineaux ». Créée pour tenter d’enrayer la disparition des moineaux domestiques à Paris, l’initiative est lancée sur trois sites pilotes : la place Poliakoff dans le 13e, la rue Didot dans le 14e et la place Suzanne Valadon, où se trouve l’école Foyatier, dans le 18e. L’idée du dispositif est d’identifier les colonies pour les protéger et les faire prospérer en rajoutant des nichoirs à proximité et éventuellement des points de nourrissage en hiver. Le maintien de la végétation à moins de 200 mètres de la colonie est primordial et la plantation de plantes favorables aux insectes est indispensable.

Se faire connaître en mairie

Les personnes du 18e ayant identifié une colonie près de chez elles sont invitées à se rendre en mairie le 4 décembre pour une distribution de nichoirs et de graines et une présentation des nichoirs déjà installés. Par la suite, trois modules de formation sont prévus.

La LPO suit les populations de moineaux depuis 2003 et organise un comptage chaque année par ses bénévoles, sur 200 points dans Paris, durant dix minutes. Il en résulte que la population a perdu 75 % de ses effectifs entre 2003 et 2016. Les causes principales étant l’obturation des cavités de nidification lors de ravalements ou d’opérations d’isolation par l’extérieur, ainsi que la disparition des insectes qui entraîne une grande mortalité chez les oisillons.

Une trentaine de personnes ont assisté, le 2 novembre, à une réunion de présentation du nouveau dispositif durant laquelle plusieurs membres de l’équipe municipale se sont relayés pour présenter l’opération : Florence Carrique-Allaire (chargée de mission biodiversité et condition animale), Douchka Markovic, (déléguée auprès du maire du 18e pour la condition animale), Sylvie Pulido (conseillère auprès du maire du 18e, chargée de l’agriculture urbaine et de la biodiversité), Gilles Ménède (adjoint au maire du 18e pour les espaces verts), ainsi que Frédéric Jarry de la Maison Paris Nature, située au Parc floral, dans le 12e. Le directeur de l’école Foyatier était aussi présent, puisque son bâtiment accueille une colonie de moineaux dans les grilles d’aération du deuxième étage.

Londres et Bruxelles sans piafs

Frédéric Mahler de la LPO et Frédéric Jarry ont rappelé quelques notions essentielles sur les moineaux : ce sont des oiseaux grégaires qui nichent en colonie dans des cavités, surtout situées sur des bâtiments. Ils sont plutôt granivores mais sont aussi à la recherche d’insectes pour nourrir leurs petits. Ils ont besoin d’espaces verts et d’arbustes denses, si possible épineux ou à feuillage persistant, où ils passeront beaucoup de temps à se toiletter et à se reposer à l’abri des prédateurs (essentiellement chats, éperviers et faucons crécerelles). Il leur faut aussi un point d’eau pour boire et se baigner et un site pour prendre des bains de poussière. Leurs parades nuptiales commencent en mars, ils pondent de 2 à 8 œufs et les jeunes quittent le nid après deux semaines. Ils élèvent 2 à 3 nichées par an.

Après la réunion, une promenade dans le square Louise Michel a permis de visualiser le rayon d’action des moineaux, qui ne s’éloignent guère de l’école Foyatier où ils nichent, et de découvrir leur arbuste de ralliement : un poncirier, épineux à souhait et idéalement placé entre massifs et allées. Il serait bien dommage que les piafs disparaissent de Paris, comme à Londres ou à Bruxelles. Il est temps de passer à l’action !

Photo ; Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (décembre 2021)

  • Le dossier du mois

    Musique, Maestro !

    Annie Katz, Dominique Boutel
    Des premières gammes au centre social Belliard à la musique contemporaine qui a trouvé sa maison, en bon voisinage avec Radio Nova et les Inrocks, à la porte Montmartre, la musique se découvre et se joue avec passion. Quant à l'entreprise Selmer, c'est depuis la rue Marcadet qu'elle rayonne dans le monde entier, et même jusque dans l'espace...
  • La vie du 18e

    Le Paname d’Yvan Hallouin

    Sylvie Chatelin
    Après la rue Saint-Vincent en février dernier, la rue Lepic et ses alentours en novembre 2020 et les Puces en mars de la même année, c’est toujours sur sa trottinette qu’Yvan Hallouin, journaliste et animateur, descendra de la Butte vers la Goutte d’Or, à moins qu’il ait choisi de la remonter.
  • La vie du 18e

    Librairies BD, bulles en stock

    Florianne Finet
    A Marx Dormoy, la librairie 100 % d’occasion La Bande des cinés attire des collectionneurs fans des Spirou et Tintin des années 50 ou des superhéros, bien au-delà du 18e.
  • La vie du 18e

    Des chocolats éthiques pour les Fêtes [Article complet]

    Sandra Mignot
    Et si vos chocolats de Noël étaient fabriqués à deux pas de chez vous ? C’est possible grâce aux délicieuses confiseries artisanales de Nicolas Kleen Deroche, fondateur de la marque Dos Rocas, qui a obtenu le label Fabriqué à Paris.
  • La vie du 18e

    Maison des coursiers : plus qu’une aire de repos

    Danielle Fournier
    La Maison des coursiers a été inaugurée le 26 novembre. Elle offre, en plus d’un lieu de repos, une aide administrative et juridique à ces forçats du bitume parisien, via des permanences avec des associations spécialisées et des syndicats.
  • Musique, Maestro !

    Des saxos mythiques

    Annie Katz
    Un air de saxo venu de l’espace, La Marseillaise, jouée par Thomas Pesquet... le son Selmer, testé à bord de l’ISS !
  • Musique, Maestro !

    La musique contemporaine prend ses quartiers

    Dominique Boutel
    La Maison de la musique contemporaine s’installe dans le 18e. Son objectif : faire connaître la plus mal aimée des musiques dites savantes et la partager avec le plus grand public.
  • Musique, Maestro !

    Premières gammes avec démos

    Dominique Boutel
    Le centre social Belliard s’est engagé pour un deuxième cycle de trois ans dans le projet Démos. Après la flûte et la clarinette ces trois dernières années, douze enfants pratiqueront le violon et le violoncelle et se produiront à la Philharmonie de Paris avec les autres participants dès la fin de l’année scolaire.
  • La Chapelle

    L’Ecole de la Deuxième Chance : raccrocher les décrocheurs

    Cornélie Paul
    L’École de la deuxième Chance s’agrandit pour pouvoir accueillir davantage de stagiaires. A Paris elle réussit chaque année à faire accéder 400 jeunes, sans diplômes et sortis du système scolaire, à un contrat de travail, six mois après leur inscription.
  • Les Gens

    Une jeune éditrice qui monte, qui monte

    Janine Mossuz-Lavau
    Jeanne Pois-Fournier est tombée dans la littérature toute petite avant de devenir une jeune éditrice prometteuse.

n° 305

juin 2022