Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2021 / La vie du 18e

Maison des coursiers : plus qu’une aire de repos

par Danielle Fournier

La Maison des coursiers a été inaugurée le 26 novembre. Elle offre, en plus d’un lieu de repos, une aide administrative et juridique à ces forçats du bitume parisien, via des permanences avec des associations spécialisées et des syndicats.

Un samedi après-midi pluvieux, Siaka et Siriki, deux livreurs à vélo, ont branché leurs téléphones sur les prises de recharge et discutent à voix basse. Tous deux sont des habitués de la Maison des coursiers et se déclarent « très contents de venir ici ». Ils apprécient de « s’asseoir un peu », quand la plupart de leurs collègues, qui ne connaissent pas encore le lieu, « s’assoient dans la rue » ou sur les Vélib’. C’est que dans cette activité, on « passe beaucoup de temps à attendre ». Selon un système de chiffres, correspondant à trois niveaux, ils ont droit à des créneaux pendant lesquels travailler, et le téléphone portable autant que le vélo sont des instruments de travail. Ils viennent aussi pour « essayer de s’intégrer », en tout cas, « améliorer leur situation administrative ».

C’est ce que confirme Circé qui travaille pour CoopCycle et anime le lieu. CoopCycle est une plateforme coopérative, créée en 2017, de livreurs et livreuses à vélo qui propose un logiciel de mise en rapport entre clients, commerçants et livreurs. L’idée est de développer, en France et ailleurs, la démocratie au travail ainsi qu’un statut salarial permettant une meilleure couverture sociale en développant cette fédération de coopératives.

Des horaires bientôt étendus

Depuis septembre 2021, grâce au soutien financier de la Mairie de Paris et de l’AMLI (pour Accompagnement, mieux-être et logement des isolés), CoopCycle reçoit les livreurs et livreuses des plateformes au 70 boulevard Barbès, dans l’ancien centre EDF. C’est peu, mais dès janvier, le lieu sera ouvert quatre jours par semaine. Très accueillant, joliment décoré par des artistes ou des enfants logés dans le centre d’hébergement d’urgence situé sur la cour, il est prêt à recevoir les coursiers.

Le projet, très ambitieux, ne se limite pas à offrir un café au chaud et l’accès aux toilettes et à une prise de téléphone. Le but est de « redonner les moyens de production aux travailleurs », de « mutualiser les ressources ».

Soutien administratif et social

Le champ d’action est vaste, dans un domaine où le social est souvent absent. Des permanences – administratives, économiques et syndicales – sont proposées aux coursiers et coursières dans les trois bureaux qui jouxtent la salle d’accueil. Ils y trouveront une aide pour déclarer leurs heures, et toutes les démarches administratives, y compris la régularisation des sans-papiers. SUD, la CGT, la CNT, Solidarité ouvrière et le CLAP (collectif des livreurs autonomes parisiens) seront présents. Le lien avec les entreprises d’insertion du 18e, comme Solicycle et Carton plein est déjà engagé et les coursiers qui le souhaitent pourront bénéficier d’un suivi personnalisé. Pour l’instant, « un diagnostic social rapide leur est proposé, précise Circé, qui permet de discuter, connaître leur situation et les orienter, en fonction de leurs besoins ». Une belle manière d’aider au quotidien et sur le long terme. Dehors, la pluie redouble et les commandes reprennent, plus nombreuses par mauvais temps !

Dans le même numéro (décembre 2021)

  • Le dossier du mois

    Musique, Maestro !

    Annie Katz, Dominique Boutel
    Des premières gammes au centre social Belliard à la musique contemporaine qui a trouvé sa maison, en bon voisinage avec Radio Nova et les Inrocks, à la porte Montmartre, la musique se découvre et se joue avec passion. Quant à l'entreprise Selmer, c'est depuis la rue Marcadet qu'elle rayonne dans le monde entier, et même jusque dans l'espace...
  • La vie du 18e

    Le Paname d’Yvan Hallouin

    Sylvie Chatelin
    Après la rue Saint-Vincent en février dernier, la rue Lepic et ses alentours en novembre 2020 et les Puces en mars de la même année, c’est toujours sur sa trottinette qu’Yvan Hallouin, journaliste et animateur, descendra de la Butte vers la Goutte d’Or, à moins qu’il ait choisi de la remonter.
  • La vie du 18e

    Librairies BD, bulles en stock

    Florianne Finet
    A Marx Dormoy, la librairie 100 % d’occasion La Bande des cinés attire des collectionneurs fans des Spirou et Tintin des années 50 ou des superhéros, bien au-delà du 18e.
  • La vie du 18e

    Des chocolats éthiques pour les Fêtes [Article complet]

    Sandra Mignot
    Et si vos chocolats de Noël étaient fabriqués à deux pas de chez vous ? C’est possible grâce aux délicieuses confiseries artisanales de Nicolas Kleen Deroche, fondateur de la marque Dos Rocas, qui a obtenu le label Fabriqué à Paris.
  • Musique, Maestro !

    Des saxos mythiques

    Annie Katz
    Un air de saxo venu de l’espace, La Marseillaise, jouée par Thomas Pesquet... le son Selmer, testé à bord de l’ISS !
  • Musique, Maestro !

    La musique contemporaine prend ses quartiers

    Dominique Boutel
    La Maison de la musique contemporaine s’installe dans le 18e. Son objectif : faire connaître la plus mal aimée des musiques dites savantes et la partager avec le plus grand public.
  • Musique, Maestro !

    Premières gammes avec démos

    Dominique Boutel
    Le centre social Belliard s’est engagé pour un deuxième cycle de trois ans dans le projet Démos. Après la flûte et la clarinette ces trois dernières années, douze enfants pratiqueront le violon et le violoncelle et se produiront à la Philharmonie de Paris avec les autres participants dès la fin de l’année scolaire.
  • Montmartre

    Nichoirs et graines pour piafs en danger

    Jacky Libaud
    Le piaf se fait rare à Paris. La municipalité met en place un dispositif pour préserver et favoriser les colonies qui y nichent encore.
  • La Chapelle

    L’Ecole de la Deuxième Chance : raccrocher les décrocheurs

    Cornélie Paul
    L’École de la deuxième Chance s’agrandit pour pouvoir accueillir davantage de stagiaires. A Paris elle réussit chaque année à faire accéder 400 jeunes, sans diplômes et sortis du système scolaire, à un contrat de travail, six mois après leur inscription.
  • Les Gens

    Une jeune éditrice qui monte, qui monte

    Janine Mossuz-Lavau
    Jeanne Pois-Fournier est tombée dans la littérature toute petite avant de devenir une jeune éditrice prometteuse.

n° 305

juin 2022