Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2021 / La Chapelle

L’Ecole de la Deuxième Chance : raccrocher les décrocheurs

par Cornélie Paul

L’École de la deuxième Chance s’agrandit pour pouvoir accueillir davantage de stagiaires. A Paris elle réussit chaque année à faire accéder 400 jeunes, sans diplômes et sortis du système scolaire, à un contrat de travail, six mois après leur inscription.

« Nous pourrions continuer sur notre rythme. Mais nous savons que 2000 jeunes à Paris correspondent à nos critères, alors nous avons décidé d’être ambitieux, et de nous agrandir. De nouveaux locaux (rue du Maroc), des implantations dans d’autres arrondissements comme le 13e, un dialogue constructif avec les élus, une communication active sur les réseaux sociaux, autant de moyens pour avancer dans notre engagement auprès de ces jeunes » explique avec enthousiasme Denis Bouchard, de l’E2C de Paris.

L’établissement, dont il a pris la présidence en 2012, a pour but de faire décrocher un contrat de travail à des jeunes qui ont quitté le système scolaire. Après 15 ans de scolarité, ils sont sans diplôme, souvent abimés par la vie, sachant parfois à peine lire et écrire. Ils se considèrent comme nuls, incapables, ne savent plus quoi faire.

« Mais quand un jeune a envie de reprendre sa vie en main, il faut agir tout de suite. Si on lui dit, ok, on vous prend dans six mois, on l’a perdu ! » dit d’emblée Denis Bouchard. « A l’E2C, il y a une réunion d’information tous les mercredis, et nous accueillons une dizaine de jeunes le lundi suivant avec un petit rappel SMS le dimanche soir. C’est déjà une façon de dire qu’on les attend. »

Un contrat de travail en six mois

Ici pas d’élèves – mais des stagiaires, rémunérés 500 € par mois –, pas de professeurs, pas de rentrée des classes une fois par an, pas de diplôme à la fin. « Nous travaillons tous ensemble pour qu’en six mois, les jeunes qui se sont inscrits chez nous aient un contrat de travail », résume Denis Bouchard.

Le parcours débute par un atelier théâtre pour désinhiber, interagir, exister les uns avec les autres, commencer à faire groupe. Et le premier objectif est clair : entrer en stage en entreprise trois semaines après. Pour cela, il faut définir un ou deux projets professionnels, intégrer les codes de la vie en entreprise : tenue vestimentaire, niveau de langage, respect des horaires. « C’est vrai qu’ils ne nous lâchaient pas avec ça, une minute de retard et on restait dehors jusqu’à l’heure suivante ! » se souvient Youcef, qui a passé huit mois à l’E2C en 2017.

30 salariés, 60 bénévoles, des intervenants qui viennent présenter leur métier avec passion, ce sont autant d’adultes bienveillants qui sont là pour aider à construire leur projet. Des adultes également exigeants, car définir un cadre, c’est aussi mettre ces jeunes en sécurité. « Ils étaient là pour nous. Mais nos stages, on les cherchait nous-même, on se mettait au téléphone dans une salle, et il fallait appeler, avoir des refus, recommencer. C’était dur mais on finissait par y arriver ! » confirme Youcef.

Ce premier stage, c’est directement du travail en entreprise : transporter des cagettes, mettre en rayon, informer les clients, répondre au téléphone… Après cette première expérience, le jeune définit ses besoins en formation en fonction des lacunes qu’il a constatées : mise à niveau en orthographe, bureautique, expression orale… et se met à la recherche d’un deuxième stage.

« Il est aussi important pour nous qu’ils puissent dire qu’ils se sont trompés, que ce qu’ils ont fait ne correspondait pas à ce qu’ils imaginaient. Ils peuvent ainsi rebondir rapidement sur leur deuxième projet », précise Denis Bouchard. Au bout de six mois, 73 % des jeunes accèdent à un contrat de travail (CDD, CDI, contrat d’apprentissage…).

Une ouverture à la citoyenneté

Après les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan, les accompagnateurs de l’E2C ont souhaité ajouter un volet citoyenneté dans le parcours proposé. Par exemple, chaque jeune assiste une fois par mois au Conseil de Paris. Des visites sont organisées au mémorial du Camp des Milles à Aix-en-Provence, camp d’internement et de déportation entre 1939 et 1945. Ils participent aussi à des actions de prévention contre l’homophobie, le sexisme… « Ils prennent conscience qu’ils ont, eux aussi, un pouvoir d’agir. Ils participent à des débats et découvrent qu’ils savent réfléchir, argumenter, se faire une opinion », ajoute Denis Bouchard.

Mais laissons le dernier mot à Youcef : « Je suis maintenant en CDI, je fais de l’accueil et de l’animation auprès des jeunes du centre social Espace Torcy et on commence à réaliser des projets ensemble. Je suis en train de finaliser mon BAFA. Je suis content. »

Dans le même numéro (décembre 2021)

  • Le dossier du mois

    Musique, Maestro !

    Annie Katz, Dominique Boutel
    Des premières gammes au centre social Belliard à la musique contemporaine qui a trouvé sa maison, en bon voisinage avec Radio Nova et les Inrocks, à la porte Montmartre, la musique se découvre et se joue avec passion. Quant à l'entreprise Selmer, c'est depuis la rue Marcadet qu'elle rayonne dans le monde entier, et même jusque dans l'espace...
  • La vie du 18e

    Le Paname d’Yvan Hallouin

    Sylvie Chatelin
    Après la rue Saint-Vincent en février dernier, la rue Lepic et ses alentours en novembre 2020 et les Puces en mars de la même année, c’est toujours sur sa trottinette qu’Yvan Hallouin, journaliste et animateur, descendra de la Butte vers la Goutte d’Or, à moins qu’il ait choisi de la remonter.
  • La vie du 18e

    Librairies BD, bulles en stock

    Florianne Finet
    A Marx Dormoy, la librairie 100 % d’occasion La Bande des cinés attire des collectionneurs fans des Spirou et Tintin des années 50 ou des superhéros, bien au-delà du 18e.
  • La vie du 18e

    Des chocolats éthiques pour les Fêtes [Article complet]

    Sandra Mignot
    Et si vos chocolats de Noël étaient fabriqués à deux pas de chez vous ? C’est possible grâce aux délicieuses confiseries artisanales de Nicolas Kleen Deroche, fondateur de la marque Dos Rocas, qui a obtenu le label Fabriqué à Paris.
  • La vie du 18e

    Maison des coursiers : plus qu’une aire de repos

    Danielle Fournier
    La Maison des coursiers a été inaugurée le 26 novembre. Elle offre, en plus d’un lieu de repos, une aide administrative et juridique à ces forçats du bitume parisien, via des permanences avec des associations spécialisées et des syndicats.
  • Musique, Maestro !

    Des saxos mythiques

    Annie Katz
    Un air de saxo venu de l’espace, La Marseillaise, jouée par Thomas Pesquet... le son Selmer, testé à bord de l’ISS !
  • Musique, Maestro !

    La musique contemporaine prend ses quartiers

    Dominique Boutel
    La Maison de la musique contemporaine s’installe dans le 18e. Son objectif : faire connaître la plus mal aimée des musiques dites savantes et la partager avec le plus grand public.
  • Musique, Maestro !

    Premières gammes avec démos

    Dominique Boutel
    Le centre social Belliard s’est engagé pour un deuxième cycle de trois ans dans le projet Démos. Après la flûte et la clarinette ces trois dernières années, douze enfants pratiqueront le violon et le violoncelle et se produiront à la Philharmonie de Paris avec les autres participants dès la fin de l’année scolaire.
  • Montmartre

    Nichoirs et graines pour piafs en danger

    Jacky Libaud
    Le piaf se fait rare à Paris. La municipalité met en place un dispositif pour préserver et favoriser les colonies qui y nichent encore.
  • Les Gens

    Une jeune éditrice qui monte, qui monte

    Janine Mossuz-Lavau
    Jeanne Pois-Fournier est tombée dans la littérature toute petite avant de devenir une jeune éditrice prometteuse.

n° 305

juin 2022