Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2015 / Dossier spécial

Nous continuerons, mois après mois, à faire Le 18e du mois

par L’équipe du 18e du mois

Depuis ce funeste 13 novembre, la société française est sous le choc. Dix mois après les attaques de janvier, le bilan humain est très lourd. Chacun, dans son quartier, connaît quelqu’un qui a été touché ou quelqu’un qui connaît quelqu’un… L’équipe du 18e du mois présente ses condoléances attristées aux familles, amis, voisins des victimes de ces actes innommables.
Après, que faire ? Mobiliser des dizaines de bénévoles pour réaliser un journal local qui parle de notre quotidien peut paraître dérisoire quand l’idéal démocratique est attaqué. Nous pensons justement le contraire : cette vague d’attentats nous renforce dans l’idée selon laquelle notre projet associatif est au cœur de la réponse à la logique du terrorisme qui s’est déployée ces derniers jours.
Depuis plus de 20 ans, mois après mois, Le 18e du mois tente de rendre compte de la vie de cet arrondissement. Et ce n’est pas par hasard si cela se passe ici. Car c’est ici, dans le 18e, que plusieurs générations d’immigrés et d’enfants d’immigrés connaissent le prix humain et économique de l’exil pour fuir les régimes tyranniques et la misère. C’est ici, dans le 18e, que les habitants vivent la richesse, mais aussi les difficultés, du vivre-ensemble. C’est ici, encore dans le 18e, que chrétiens, juifs, musulmans, hindous, athées, etc. se côtoient tous les jours dans les écoles, les commerces, les administrations, les associations et savent – sans y mettre forcément les mots – que la laïcité est notre ciment commun.
Né en 1994 de la volonté de citoyens engagés de faire vivre une information locale indépendante des pouvoirs, Le 18e du mois est la vitrine de cet arrondissement, qui est lui même un reflet des soubresauts du monde.
232 numéros (233 avec celui ci) ont été réalisés par des centaines d’habitants, qu’ils soient journalistes, enseignants, étudiants, employés, chômeurs, cadres, etc. Cela s’est fait dans un esprit fraternel, ce qui n’exclut pas les engueulades, les désaccords, les départs. Car Le 18e du mois est au cœur des valeurs républicaines : mettre autour de la table tous ceux qui vivent sur un même territoire pour construire un outil servant l’intérêt général.
Les terribles attentats de cette année 2015 nous incitent à être encore plus attachés à ce projet fondateur : donner de l’information à tous les habitants pour leur permettre d’être acteurs hic et nunc (« ici et maintenant ») d’une vie meilleure, plus harmonieuse et, osons le mot, plus heureuse. Ce dessein est aux antipodes de la démarche de ceux qui ont semé la mort à Paris ou ailleurs. Voilà pourquoi nous continuerons, mois après mois, à faire Le 18e du mois.


(Lire l’ensemble du dossier spécial dans notre numéro de décembre 2015)


Illustration : © Baudry

Dans le même numéro (décembre 2015)

n° 285

septembre 2020