Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2020 / Montmartre

Le merveilleux destin du « Chapotelet »

par Claire Rosemberg

Lancé par un résident du 18e pour végétaliser la ville, le « chapotelet », concept à la fois pratique et poétique, prend racine petit à petit dans les rues de Montmartre en espérant par la suite conquérir tout Paris.

Prenez un des potelets, parmi les centaines de milliers qui bordent les trottoirs de Paris, coiffez-le d’un pot de fleurs, d’un cendrier, d’une mangeoire à oiseaux, d’un hôtel à insectes, et voici le chapotelet. Cette invention simple et géniale qui égaie quelques-unes de nos rues a germé dans la tête d’un quinqua touche-à-tout, un autodidacte à la fois rêveur et prosaïque qui tient un petit bistrot dans le bas de Montmartre.

« Je veux remettre de la poésie au cœur des villes, du végétal dans la rue » dit Stéphane Cachelin, dont l’aventure, qui a débuté devant sa propre porte il y a quelques années, vient de faire un grand bond en avant. En janvier, en effet, le géant du mobilier urbain JCDecaux pose 80 chapotelets vivement colorés rue La Vieuville, partant de la très visitée place des Abbesses. L’installation, qui comprend pots de fleurs et cendriers, est la plus importante à ce jour. Puis, un mois plus tard, l’inventeur se voit délivrer pour sa trouvaille un brevet européen.

Des fleurs pour mieux respirer

Le doux rêveur invariablement vêtu d’une salopette serait-il en route vers gloire et richesse ? Après avoir touché au sport, au cinéma, à l’événementiel et plus, il lui vient un jour cette idée en toute simplicité dans son restaurant La Midinette. Le petit rade de la rue Robert Planquette, repris en 2005, donne sur un mur terne, des voitures mal garées, un concert de klaxons. De son côté, il met des pots de fleurs pour embellir, de l’autre la mairie installe des potelets pour empêcher les véhicules de stationner. « Les potelets, ça faisait un peu cimetière militaire, je me suis dit qu’on pourrait mettre des fleurs. »

Il imagine une fixation, une bague en plastique qui maintient une vasque ou plateforme en métal adaptable sur n’importe quel potelet de voirie. Il en parle autour de lui, aux clients du bistrot, trouve ici un ingénieur, là un fabricant. « Je n’avais pas de structure, pas de machines-outils, rien. J’ai tout trouvé grâce à des connaissances, de fil en aiguille. » Son premier client est un prothésiste dentaire de la rue, d’autres suivent. Il aime raconter comment une vieille voisine qui ne sortait plus s’est remise à faire ses propres courses pour le plaisir de voir sa rue fleurie.

Joindre l’utile à l’agréable

« Alors j’ai pensé au concours Lépine, tout en me disant qu’on serait peut-être ridicule  ». Au contraire, les visiteurs affluent, et Stéphane, à sa grande surprise, remporte en 2016 la médaille de la Ville de Paris et la médaille d’or du Concours Lepine dans la catégorie Nature et art de vivre. « Je me suis dit, là, il y a quelque chose qui se passe, il faut que j’industrialise. »

Micro-entrepreneur, l’homme au regard clair et au sourire facile fait produire les chapotelets par petits lots de 50, remisant le stock dans son appartement. Il en vend quelques-uns à des commerçants du quartier, deux au chef cuisinier Anne-Sophie Pic, en envoie au Mexique et en fournit une dizaine à la Mairie de Paris. C’est d’ailleurs Anne Hidalgo, particulièrement intéressée par son chapotelet-cendrier coccinelle de 2019 qui permet de récolter et recycler les mégots (chacun peut en contenir 4 000), qui l’a présenté à Jean-Claude Decaux. Celui-ci suit de près l’installation « expérimentale » de la rue La Vieuville où les commerçants ont été chacun équipés d’un arrosoir. Car, pour maintenir les plantes en vie, il faut que les riverains participent. •

Photo : Sandra Mignot

Dans le même numéro (avril 2020)

  • A période exceptionnelle...

    Un journal entièrement en ligne

    Dans le contexte exceptionnel que nous connaissons actuellement avec la crise Covid19, votre journal ne sortira pas en kiosque. Nos (...)
  • Actualités web

    A chacun son ordi

    L'association Antanak a besoin du matériel informatique que vous n’utilisez plus : ordinateurs portables, tablettes, souris, câbles...
  • Actualités web

    La cuisine de Rachid, toujours ouverte

    Laure Vogel
    A la Table Ouverte, des repas sont cuisinés chaque jour. L’élan de solidarité est menacé faute de dons. Les fourneaux de la Table Ouverte ne se sont (...)
  • Coronavirus : les solidarités au balcon

    De nouvelles solidarités dans les écoles

    Christine Legrand
    Depuis la fermeture des établissements scolaires, les enseignants se sont mobilisés pour rester en lien avec les familles. Témoignages de deux directeurs d’écoles, qui accueillent également des enfants de soignants.
  • Coronavirus : les solidarités au balcon

    P’tits Dej’s Solidaires : sur le pont, encore et toujours

    Sylvie Chatelin
    Ils ont fait les « fonds d’armoire », trouvé quelques masques, des gants pour continuer de distribuer, encore et toujours, des petits-déjeuners solidaires dans le parc Eole.
  • Coronavirus : les solidarités au balcon

    Enseigner la musique à distance

    Dominique Boutel
    Un casse-tête pour les professeurs de la Ville de Paris. Alors que rien n'a été prévu pour palier une semblable crise, ils se battent pour maintenir le lien et l'enseignement.
  • Chronique

    Faire face - tenir debout

    Daniel Conrod
    Covid-19 éprouve et multiplie nos peurs. Covid-19 peut aussi devenir une école de vie. Le voudrons-nous ?
  • La vie du 18e

    Un César pour Hors normes

    Sandra Mignot
    Hors normes s’est vu décerner le César des lycéens. Le film d’Olivier Nakache et Eric Toledano, dont nous vous parlions dans notre numéro 276, (...)
  • La vie du 18e

    Coordination médicale pour une meilleure prise en charge

    Annie Katz
    Des projets couvrant l’ensemble de la population vont impliquer les professionnels libéraux, les établissements de santé et les associations dans un travail en réseau.
  • La vie du 18e

    Sur les murs, la colère des femmes

    Nina Le Clerre
    Contre les féminicides et violences sexuelles, un groupe de femmes colle ses slogans dans les rues de l’arrondissement.
  • La Chapelle

    Un monde complexe vu d’en haut

    Lucie Créchet
    Depuis la tour du 93 rue de La Chapelle, les habitants racontent leur quartier en mouvement.
  • Goutte d’or

    Rosine Kaboré dans le rôle de sa vie

    Florian Gaudin-Winer
    Cette réalisatrice et comédienne de 27 ans tient le rôle principal du clip « Gold », chanson du groupe Atika. L’occasion de montrer ses talents en taekwondo, qu’elle pratique avec les Enfants de la Goutte d’Or depuis sept ans.
  • Culture

    Note de dernière minute

    Cher Conarovirus, tu as décidé de ramener ta fraise pile poile au moment où je m’apprêtai à lancer l’impression de ce livre... Nous voilà confinés, (...)
  • Culture

    Préacheter des livres et de l’histoire

    Annie Katz, Sandra Mignot
    Les métiers de la culture sont en difficulté. Une librairie et deux artistes cherchent des solutions pour que leur activité ne soit pas balayée par la crise.
  • Le dossier du mois

    les couleurs du 18e après un premier tour sous coronavirus

    Danielle Fournier
    C’était une campagne sous le signe du vert, avec une concurrence évidente entre les listes qui s’est manifestée dans la plupart des programmes et sur les affiches.
  • Histoire

    À Montmartre avec Jeanne Baudot élève et amie de Renoir

    Michèle Dassas
    Nous avons le plaisir d’ouvrir nos colonnes à des historien.ne.s ou des rédacteur.trice.s extérieurs à notre équipe. Ce mois-ci, Michèle Dassas nous donne un avant-goût de son dernier roman, A la lumière de Renoir*, tout juste publié chez Ramsay.
  • Les Gens

    Nicole Bertolt, l’oeuvre d’une vie

    Sandra Mignot
    Au fond de la cité Véron vit une femme littéralement hors du commun. Mandataire et directrice du patrimoine de Boris Vian, Nicole pousse l’engagement jusqu’à vivre dans les murs de l’artiste aux multiples talents.

n° 308

octobre 2022