Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2020 / La vie du 18e

Coordination médicale pour une meilleure prise en charge

par Annie Katz

Des projets couvrant l’ensemble de la population vont impliquer les professionnels libéraux, les établissements de santé et les associations dans un travail en réseau.

Ambiance conviviale et fort rassurante à la salle Saint-Bruno, malgré ces temps de coronavirus ! Plus de 70 professionnels de santé étaient réunis le 5 mars, pour la première assemblée générale de la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) du 18e. De quoi s’agit-il ? L’objectif principal est une meilleure organisation des parcours des patients d’un territoire donné, sur la base d’un projet de santé, tout en facilitant le travail des praticiens et acteurs sociaux et médico-sociaux.
Les CPTS sont issues de la loi santé du 26 janvier 2016, dans le but de structurer les soins de ville. L’accord conventionnel interprofessionnel (ACI) qui met en place la CPTS du 18e a été signé le 20 décembre 2019 entre l’ARS, la CPAM et l’association créée en 2017 entre les professionnels de santé. Actuellement, elle regroupe 55 adhérents : médecins généralistes, infirmiers, pharmaciens, kinésithérapeutes, assistantes sociales, radiologues, cardiologues, dentistes, orthophonistes, psychomotricien/art thérapeute, professionnels médico-sociaux.

Des actions ciblées

« Les projets doivent s’articuler autour d’une logique territoriale » précise Agnès Gianotti, médecin généraliste à la Goutte d’Or et présidente de la CPTS, « mais son périmètre n’est pas figé, il pourra être modifié selon les besoins ».
Des actions en direction des personnes âgées (télémédecine, visite à domicile, couverture vaccinale anti-grippe) seront coordonnées avec la Maison des aînés et des aidants (MAA) de Bretonneau. La maison de santé Epinettes-Grandes Carrières située à Bichat et celle ouverte tout récemment rue Marcadet (voir encadré) participent à ce projet. A l’ordre du jour en ce moment, les mesures relatives aux risques graves du coronavirus pour ce public fragile.
Les autres projets validés concernent la santé des femmes, notamment celles en situation précaire (dépistages, lutte contre les IST) ainsi que l’accès aux soins, en particulier par la mise en place d’un pool de médecins remplaçants.
Porteuses de la parole des patients et toujours impliquées, des associations agissant dans le domaine de la santé, participent à cette coordination : URACA, AUSSI, AMSAV, etc. Le fonctionnement de la CPTS est assuré par un financement de 100 000 € en année pleine. Des budgets spécifiques seront attribués aux projets en fonction de leur intérêt.
Afin d’opérer un maillage territorial national, le plan « Ma santé 2022 » prévoit d’accélérer le développement des CPTS, pour passer de 200 en 2018 à 1 000 en juillet 2021. •

Une nouvelle maison de santé

Ouverte début mars, la maison de santé pluriprofessionnelle (MSP) Mathagon réunit six médecins généralistes et trois infirmières. Elle proposera les services d’une assistante sociale à tiers-temps. A terme, elle intègrera deux autres médecins généralistes et une sage-femme et des vacations de médecine spécialisée seront mises en place. La MSP prévoit des visites à domicile pour les patients en perte d’autonomie, des actions autour des difficultés liées à la grossesse et la périnatalité, la coordination des soins pour les patients atteints du VIH, asthmatiques ou diabétiques. La MSP a aussi pour objectif un accompagnement social renforcé et de proximité.
Maison de santé Mathagon, 75 rue Marcadet, métro Marcadet-Poissonniers, 01 88 40 24 50.

Dans le même numéro (avril 2020)

  • A période exceptionnelle...

    Un journal entièrement en ligne

    Dans le contexte exceptionnel que nous connaissons actuellement avec la crise Covid19, votre journal ne sortira pas en kiosque. Nos (...)
  • Actualités web

    A chacun son ordi

    L'association Antanak a besoin du matériel informatique que vous n’utilisez plus : ordinateurs portables, tablettes, souris, câbles...
  • Actualités web

    La cuisine de Rachid, toujours ouverte

    Laure Vogel
    A la Table Ouverte, des repas sont cuisinés chaque jour. L’élan de solidarité est menacé faute de dons. Les fourneaux de la Table Ouverte ne se sont (...)
  • Coronavirus : les solidarités au balcon

    De nouvelles solidarités dans les écoles

    Christine Legrand
    Depuis la fermeture des établissements scolaires, les enseignants se sont mobilisés pour rester en lien avec les familles. Témoignages de deux directeurs d’écoles, qui accueillent également des enfants de soignants.
  • Coronavirus : les solidarités au balcon

    P’tits Dej’s Solidaires : sur le pont, encore et toujours

    Sylvie Chatelin
    Ils ont fait les « fonds d’armoire », trouvé quelques masques, des gants pour continuer de distribuer, encore et toujours, des petits-déjeuners solidaires dans le parc Eole.
  • Coronavirus : les solidarités au balcon

    Enseigner la musique à distance

    Dominique Boutel
    Un casse-tête pour les professeurs de la Ville de Paris. Alors que rien n'a été prévu pour palier une semblable crise, ils se battent pour maintenir le lien et l'enseignement.
  • Chronique

    Faire face - tenir debout

    Daniel Conrod
    Covid-19 éprouve et multiplie nos peurs. Covid-19 peut aussi devenir une école de vie. Le voudrons-nous ?
  • La vie du 18e

    Un César pour Hors normes

    Sandra Mignot
    Hors normes s’est vu décerner le César des lycéens. Le film d’Olivier Nakache et Eric Toledano, dont nous vous parlions dans notre numéro 276, (...)
  • La vie du 18e

    Sur les murs, la colère des femmes

    Nina Le Clerre
    Contre les féminicides et violences sexuelles, un groupe de femmes colle ses slogans dans les rues de l’arrondissement.
  • La Chapelle

    Un monde complexe vu d’en haut

    Lucie Créchet
    Depuis la tour du 93 rue de La Chapelle, les habitants racontent leur quartier en mouvement.
  • Goutte d’or

    Rosine Kaboré dans le rôle de sa vie

    Florian Gaudin-Winer
    Cette réalisatrice et comédienne de 27 ans tient le rôle principal du clip « Gold », chanson du groupe Atika. L’occasion de montrer ses talents en taekwondo, qu’elle pratique avec les Enfants de la Goutte d’Or depuis sept ans.
  • Montmartre

    Le merveilleux destin du « Chapotelet »

    Claire Rosemberg
    Lancé par un résident du 18e pour végétaliser la ville, le « chapotelet », concept à la fois pratique et poétique, prend racine petit à petit dans les rues de Montmartre en espérant par la suite conquérir tout Paris.
  • Culture

    Note de dernière minute

    Cher Conarovirus, tu as décidé de ramener ta fraise pile poile au moment où je m’apprêtai à lancer l’impression de ce livre... Nous voilà confinés, (...)
  • Culture

    Préacheter des livres et de l’histoire

    Annie Katz, Sandra Mignot
    Les métiers de la culture sont en difficulté. Une librairie et deux artistes cherchent des solutions pour que leur activité ne soit pas balayée par la crise.
  • Le dossier du mois

    les couleurs du 18e après un premier tour sous coronavirus

    Danielle Fournier
    C’était une campagne sous le signe du vert, avec une concurrence évidente entre les listes qui s’est manifestée dans la plupart des programmes et sur les affiches.
  • Histoire

    À Montmartre avec Jeanne Baudot élève et amie de Renoir

    Michèle Dassas
    Nous avons le plaisir d’ouvrir nos colonnes à des historien.ne.s ou des rédacteur.trice.s extérieurs à notre équipe. Ce mois-ci, Michèle Dassas nous donne un avant-goût de son dernier roman, A la lumière de Renoir*, tout juste publié chez Ramsay.
  • Les Gens

    Nicole Bertolt, l’oeuvre d’une vie

    Sandra Mignot
    Au fond de la cité Véron vit une femme littéralement hors du commun. Mandataire et directrice du patrimoine de Boris Vian, Nicole pousse l’engagement jusqu’à vivre dans les murs de l’artiste aux multiples talents.

n° 307

septembre 2022