Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2020 / La Chapelle

Des paniers pour les étudiants [Article complet]

par Annick Amar

Les étudiants sont aussi touchés de plein fouet par la crise actuelle. Des paniers alimentaires gratuits leur sont proposés à la résidence universitaire Philippe de Girard.

Dans le tiers-lieu de 60 m2, Chez Phi-Phi, au rez-de chaussée de la résidence universitaire Philippe de Girard, un tout nouveau dispositif était inauguré le 24 novembre : la distribution de paniers alimentaires à destination d’étudiants en difficulté. Dans une ambiance sobre, chaleureuse et sur fond de variété internationale, quatre ou cinq bénévoles masqués et gantés, respectant scrupuleusement les mesures sanitaires, les ont remis jusqu’à 19 h à des jeunes venus souvent en petits groupes.

Ce service a pu être mis en œuvre grâce au partenariat entre l’Association de la fondation des étudiants pour la ville (AFEV), une association engagée contre toutes les formes d’inégalités dans les quartiers populaires ou prioritaires et Linkee, une entreprise sociale doublée d’une association, qui récupère des invendus alimentaires pour des associations d’aide aux plus démunis, sans oublier le concours du Crous et de la Mairie de Paris.

« Grâce à ses réseaux, l’AFEV a su que Linkee proposait un service de distribution alimentaire pour les étudiants dans le 13e arrondissement. Comme elle ne disposait pas de lieu de distribution dans le nord de Paris et que l’on voulait soutenir ses actions solidaires, on leur a tout naturellement proposé de mettre à leur disposition notre salle de convivialité », explique Olympe Langelot, 32 ans, déléguée territoriale de l’AFEV.

Un panier équilibré et gourmand

« Un panier de 6-7 kg, cela fait trois jours de repas, pour le matin, le midi et le soir, rien que des produits équilibrés ou bio ! Des fruits, des légumes, des laitages, des féculents, des protéines animales et végétales, des plats préparés et bien sûr, des produits plaisir avec des biscuits et du chocolat ! » déclare avec enthousiasme Julien Meimon, le président de Linkee. « Nos produits proviennent de la restauration collective mais il y a aussi des grossistes, des commerçants ou des artisans qui nous ravitaillent », poursuit-il.

Ce premier jour, une soixantaine de colis alimentaires a été distribuée. D’ores et déjà, l’initiative fait l’unanimité parmi ses premiers bénéficiaires. Ainsi, pour Matar, étudiant en politiques publiques « c’est surtout l’occasion de faire des économies » et pour Marguerite, étudiante boursière en linguistique, « cette distribution alimentaire est vraiment la bienvenue car elle me permet de manger sainement ! »

Répondre aux besoins spécifiques

La majorité des étudiants bénéficiaires se sont retrouvés, du jour au lendemain, sans ressources comme Marcela, étudiante d’origine brésilienne en esthétique de la danse « depuis que j’ai perdu mon job de garde d’enfants, je cherche tous les moyens pour pallier mon manque d’argent et cette distribution est donc vraiment opportune », « d’autres ne peuvent plus travailler le soir dans les restaurants ou n’ont pas pu trouver de jobs d’été ou saisonniers pour financer leur année universitaire », complète Léa, salariée de Linkee, vendredi 27 novembre, deuxième jour de l’opération. L’atmosphère se veut toujours bon enfant et musicale, avec du Georges Michael, du Jean-Jacques Goldman et les Eagles en tête, car « il faut rendre ce contexte difficile un minimum joyeux ! ».

Outre cette aide alimentaire, l’AFEV et Linkee réorientent aussi, le cas échéant, les étudiants ayant des problèmes de logement ou d’accès aux soins, notamment les étudiants d’origine étrangère qui méconnaissent souvent leurs droits.

Des bénévoles de 20 à 68 ans

« Aujourd’hui, 80 colis doivent être remis aux étudiants. Les bénéficiaires ont vraiment de la chance car c’est une chef qui a cuisiné le goulash qui est au menu ! » poursuit Léa, enchantée. Les paniers sont distribués gracieusement aux étudiants de Paris ou de banlieue, sans conditions de ressources, mais sous réserve d’une pièce justificative de leur statut. Un étudiant bénéficiaire peut aussi devenir bénévole à son tour. Les personnes qui distribuent les paniers alimentaires ont en moyenne 23 ans. Ce sont des membres de l’AFEV ou de Linkee, ou des bénévoles qui ont connu cette action solidaire par le biais des réseaux sociaux. Cependant, on peut aussi y trouver des volontaires de la Ville de Paris venus par le biais de l’association Entourage ou de la Fabrique de la solidarité, comme Christine, âgée de 68 ans. «  J’étais volontaire de la Ville de Paris dans l’organisation d’évènements sportifs, notamment les courses à pied. Mais à la suite de l’arrêt de ces manifestations, je me suis réorientée vers le soutien à l’aide alimentaire. Cela n’a rien à voir mais le contact avec l’ensemble des bénévoles est super ! ».

Si des colis alimentaires ne sont pas récupérés par les étudiants demandeurs, ils ne sont pas jetés mais redistribués vers d’autres associations caritatives telles que les Restos du Cœur ou redonnés aux bénévoles.

Photo : Dominique Dugay

Dans le même numéro (décembre 2020)

  • Le dossier du mois

    Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Noël Bouttier, Sophie Roux
    La crise sanitaire est aussi une crise économique. Sur les 150 000 parisiens actuellement demandeurs d’emploi, on en recense 17 642 dans le 18e, avec une hausse de 13,5 % sur un an. Quelles sont les solutions proposées pour favoriser leur retour à l’emploi ?
  • La vie du 18e

    Commerces de quartier, même fermés, ils sont restés ouverts

    Dominique Boutel
    Pendant ce deuxième confinement, intervenu durant une période de l’année souvent essentielle pour leur chiffre d’affaires, les petits commerçants ont inventé des moyens de ne pas perdre le contact avec leur clientèle et surtout, de ne pas baisser définitivement leur rideau.
  • La vie du 18e

    Rabelais : un lycée éparpillé façon puzzle

    Danielle Fournier
    Le lycée Rabelais a fermé ses portes le 16 février dernier pour des raisons de sécurité et depuis, les cours sont dispensés dans quatre établissements. Aux difficultés de cette délocalisation s’ajoutent les contraintes sanitaires et maintenant, la violence.
  • La vie du 18e

    Un lieu d’échange pour parents fatigués

    Florianne Finet
    Tous les après-midis, l’association « La Babillo » accueille les tout-petits jusqu’à quatre ans avec leur famille.
  • Goutte d’Or

    Claudie Carayon, une belle personne

    Brigitte Batonnier
    Une figure de la Goutte d’Or est disparue début octobre. Retour sur ses engagements.
  • La Chapelle

    Repousser les exilés, toujours plus et où ?

    Djillali Bourahla, Marion Bernard
    La brutale évacuation de la place de la République, retransmise par de nombreux médias dans le monde, a son prologue dans le nord-est parisien. Une semaine avant, un camp regroupant quelque 3.000 migrants avait été démantelé, laissant au moins 1.000 d’entre eux sans solution.
  • Montmartre

    Pierre Valéry, rémouleur itinérant

    Jean Cittone
    Depuis cinquante ans, Pierre arpente les rues de plusieurs arrondissements du nord de Paris avec sa clochette et sa rémoulette, proposant aux professionnels et particuliers d’affûter leurs couteaux, lames et ciseaux. La crise sanitaire est venue fragiliser son métier.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    SNC, une association au service des « chercheurs d’emploi »

    Sophie Roux
    Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) existe depuis 35 ans et accompagne, en binôme, des chômeurs pour les aider à retrouver un emploi.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Le quartier Charles Hermite se mobilise

    Noël Bouttier
    Depuis quelques mois, le quartier Charles Hermite travaille sur la démarche Territoires zéro chômeur de longue durée. Sa candidature pourrait être retenue en 2021 lors de l’appel à projets.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Paris lance son plan emploi

    Sophie Roux
    Lors du dernier Conseil de Paris, le 18 novembre, la Ville de Paris a adopté un plan de soutien en faveur des Parisiens en recherche d’emploi « pour faire face à cette crise sans précédent ».
  • Les Gens

    Rachid Arar, le cuistot du cœur

    Sylvie Chatelin
    Rencontre avec Rachid Arar autour d’un café, dans son royaume, le patio du restaurant solidaire « La Table ouverte » à la Goutte d’Or.

n° 292

avril 2021