Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2020 / La Chapelle

Repousser les exilés, toujours plus et où ?

par Djillali Bourahla, Marion Bernard

La brutale évacuation de la place de la République, retransmise par de nombreux médias dans le monde, a son prologue dans le nord-est parisien. Une semaine avant, un camp regroupant quelque 3.000 migrants avait été démantelé, laissant au moins 1.000 d’entre eux sans solution.

Scoop : embarqués ou refoulés au début de l’été loin de la porte de la Chapelle, les exilés à la rue n’ont pas disparu. L’intervention policière du 17 novembre l’a rappelé, visant à faire disparaître le camp d’infortune majoritairement composé de réfugiés afghans, installé loin de tout équipement sanitaire sous l’autoroute A1, porte de Paris, au bord du canal Saint-Denis, à deux pas du Stade de France. A quoi riment ces évacuations ? Pour ceux qui s’y perdent, on a tenté de trouver du sens.

Rêve européen : Les cordons de policiers encadrent des files de réfugiés avec sur le dos le peu qu’ils ont réussi à sauver, l’autoroute fermée pour l’occasion ... Des images qui en rappellent d’autres, celles de la guerre, de civils contraints d’abandonner leur maison, marchant vers une destination inconnue. Que peuvent bien penser celles et ceux qui arrivent ici au terme d’un long et dangereux périple, contents d’être arrivés vivants, s’imaginant qu’ils peuvent enfin se sentir en sécurité quelque part ?

Droits de l’homme : « We are not animals, we are humans » – dit un homme aux policiers qui le chassent. Il fait partie de ceux, presque un millier, qui n’ont pas trouvé place dans les bus affrétés par la préfecture. Toi tu montes, toi non, toi on te prend tes papiers, toi non, toi on te garde, toi on t’expulse. Selon quels critères ? Parmi les exilés rassemblés ce jour-là, seuls les deux-tiers ont pu monter dans un bus. Certains seront remis à la rue quelques minutes plus tard, d’autres expulsés vers le pays qu’ils ont fui, les plus chanceux passeront quelques nuits ou semaines dans un gymnase. Et après ? Ceux qui n’ont pas pu monter ont perdu leur tente et leurs affaires et n’auront pas le temps de souffler ni d’espérer autre chose : les policiers les repoussent vers le périphérique puis en sens inverse ; l’ordre a visiblement été donné de les empêcher de se poser, se reposer, dormir, se rassembler ou s’installer où que ce soit.

Mise à l’abri : Un policier donne un coup de pied rageur dans le matériel, tentes, couvertures, patiemment rassemblés par des bénévoles de l’association Utopia 56 (selon le récit de l’un d’entre eux). Peine perdue que ces efforts : un ordre préfectoral tombe de plus haut, « pour des raisons sanitaires », toutes les tentes récupérées seront détruites. Lacérer au couteau, confisquer, détruire des tentes relève-t-il d’une « mise à l’abri » ?

Crise sanitaire : 3 000 personnes, dont des familles avec enfants, « nassées » pendant des heures à l’intérieur d’un cordon policier : ont-elles été testées ? Combien de cas de covid-19 parmi elles ? Quid des distances de sécurité ? Est-ce pour des raisons sanitaires qu’en pleine épidémie, elles avaient été refoulées ici, sans douches, sans toilettes – contraintes souvent de se laver en puisant l’eau du canal ? Est-ce pour des raisons sanitaires que bon nombre d’entre eux seront laissés pour compte ?

Forces de l’ordre : Beaucoup de familles avec enfants à la rue avaient rejoint le camp les jours précédents l’évacuation dans l’espoir d’être pris en charge. A ces milliers de personnes qui, malgré la privation de sommeil, attendent dans le calme, espérant une solution, des policiers répondent par l’utilisation incompréhensible et gratuite de la force et des armes - gaz lacrymogènes, grenades de désencerclement, coups de matraque. Les jours suivants, ils sillonneront les environs, réveillant en pleine nuit des réfugiés, arrêtant des bus en direction de Paris (bus 153) et faisant descendre arbitrairement toutes celles et ceux qui auraient le faciès d’un « migrant ».

Solution : Municipalité, ministère, préfecture : les pouvoirs publics se renvoient la balle. Sur le campement, les associations (Solidarité migrants Wilson, Utopia 56, la Croix rouge), distribuaient le minimum vital - nourriture, tentes, couvertures, assurant aussi assistance médicale et aide administrative. Pourtant, la préfecture est intervenue sans concertation préalable, empêchant les associations de faire leur travail. Impréparation ? Les mêmes scènes se répètent pourtant. A un groupe coincé dans une impasse : « Dispersez-vous avec un ou deux amis maximum ». A des personnes qui n’ont rien, on refuse le « droit » de dormir dehors dans une tente Quechua, alors qu’il fait 5°C.

Crise migratoire : La majorité des exilés passés par La Chapelle et Saint-Denis sont finalement retenus en France contre leur volonté. « Moi je veux juste continuer, traverser pour aller en Angleterre », nous a confié Nurla, jeune Afghan croisé sous le pont quelques jours avant l’intervention. S’il y a « crise », elle est durable, massive ; depuis des décennies se multiplient des zones de non-droit, de camps, centres de rétention, où naissent, vivent et meurent des millions d’« indésirables » internationaux.

Photo : Thierry Nectoux

Dans le même numéro (décembre 2020)

  • Le dossier du mois

    Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Noël Bouttier, Sophie Roux
    La crise sanitaire est aussi une crise économique. Sur les 150 000 parisiens actuellement demandeurs d’emploi, on en recense 17 642 dans le 18e, avec une hausse de 13,5 % sur un an. Quelles sont les solutions proposées pour favoriser leur retour à l’emploi ?
  • La vie du 18e

    Commerces de quartier, même fermés, ils sont restés ouverts

    Dominique Boutel
    Pendant ce deuxième confinement, intervenu durant une période de l’année souvent essentielle pour leur chiffre d’affaires, les petits commerçants ont inventé des moyens de ne pas perdre le contact avec leur clientèle et surtout, de ne pas baisser définitivement leur rideau.
  • La vie du 18e

    Rabelais : un lycée éparpillé façon puzzle

    Danielle Fournier
    Le lycée Rabelais a fermé ses portes le 16 février dernier pour des raisons de sécurité et depuis, les cours sont dispensés dans quatre établissements. Aux difficultés de cette délocalisation s’ajoutent les contraintes sanitaires et maintenant, la violence.
  • La vie du 18e

    Un lieu d’échange pour parents fatigués

    Florianne Finet
    Tous les après-midis, l’association « La Babillo » accueille les tout-petits jusqu’à quatre ans avec leur famille.
  • Goutte d’Or

    Claudie Carayon, une belle personne

    Brigitte Batonnier
    Une figure de la Goutte d’Or est disparue début octobre. Retour sur ses engagements.
  • La Chapelle

    Des paniers pour les étudiants [Article complet]

    Annick Amar
    Les étudiants sont aussi touchés de plein fouet par la crise actuelle. Des paniers alimentaires gratuits leur sont proposés à la résidence universitaire Philippe de Girard.
  • Montmartre

    Pierre Valéry, rémouleur itinérant

    Jean Cittone
    Depuis cinquante ans, Pierre arpente les rues de plusieurs arrondissements du nord de Paris avec sa clochette et sa rémoulette, proposant aux professionnels et particuliers d’affûter leurs couteaux, lames et ciseaux. La crise sanitaire est venue fragiliser son métier.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    SNC, une association au service des « chercheurs d’emploi »

    Sophie Roux
    Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) existe depuis 35 ans et accompagne, en binôme, des chômeurs pour les aider à retrouver un emploi.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Le quartier Charles Hermite se mobilise

    Noël Bouttier
    Depuis quelques mois, le quartier Charles Hermite travaille sur la démarche Territoires zéro chômeur de longue durée. Sa candidature pourrait être retenue en 2021 lors de l’appel à projets.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Paris lance son plan emploi

    Sophie Roux
    Lors du dernier Conseil de Paris, le 18 novembre, la Ville de Paris a adopté un plan de soutien en faveur des Parisiens en recherche d’emploi « pour faire face à cette crise sans précédent ».
  • Les Gens

    Rachid Arar, le cuistot du cœur

    Sylvie Chatelin
    Rencontre avec Rachid Arar autour d’un café, dans son royaume, le patio du restaurant solidaire « La Table ouverte » à la Goutte d’Or.

n° 297

octobre 2021