Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2020 / La vie du 18e

Rabelais : un lycée éparpillé façon puzzle

par Danielle Fournier

Le lycée Rabelais a fermé ses portes le 16 février dernier pour des raisons de sécurité et depuis, les cours sont dispensés dans quatre établissements.
Aux difficultés de cette délocalisation s’ajoutent les contraintes sanitaires et maintenant, la violence.

« C’est Apocalypse now  ! » D’une seule voix, Olivier R. et Armelle M., deux professeurs qui enseignent depuis plus de dix ans au lycée Rabelais et sont membres du conseil d’administration, dénoncent la situation de leur établissement. Les élèves et les professeurs se trouvent éparpillés sur quatre lieux très éloignés : le lycée Auffray à Clichy-la-Garenne pour la formation post-bac d’infirmier, le lycée François Villon dans le 14e, le lycée Vauquelin, porte d’Ivry et les lycées Jacquard et Bergson dans le 19e, présentés comme fusionnés, mais quand même distants à pied de dix minutes. Les profs qui n’auraient pas choisi l’option vélo comme Olivier, s’entraînent pour un marathon, d’autant que, cocasserie de l’administration, les sonneries des différents lycées ne sont pas synchronisées. De quoi maintenir la forme, surtout si l’on enseigne aussi comme Olivier dans deux autres établissements !

Manque d’anticipation

On a assuré aux professeurs que pour la rentrée 2021 ils pourraient entrer dans des préfabriqués, à proximité de Rabelais. Pour l’instant, aucun signe d’un chantier en cours et « avec la Covid-19, il paraît que les préfas qui sont fabriqués en Italie y sont coincés, du coup, on ne sait pas où on sera l’an prochain » ajoute un élève de première.

En cette rentrée de novembre, les professeurs soulignent que « la ren­trée de septembre n’est pas terminée, il y a encore des cartons au lycée Rabelais qui n’ont pas été transportés dans les lieux d’exercice » et ils regrettent tous « le manque d’anticipation de la part de la région » qui s’engage mais ne tient pas ses promesses. Par exemple, la gratuité de la cantine a été promise en dédommagement pour tous les élèves, or « le 11 septembre, on s’est rendu compte que ce n’était pas légal. Du coup par exemple à Clichy, les élèves n’ont pas de cantine et mangent par terre, dans les couloirs ». A l’absence de moyens supplémentaires pour aider dans cette situation nouvelle, s’ajoute le fait que « les élus de la région sont aux abonnés absents ».

Quant aux élèves qui eux, ont cours dans un seul établissement, ils semblent, pour certains, « contents d’être dans un établissement plus grand, où il y a plus d’activités ». D’autres, ceux qui étudient dans les 14e et 13e, sont « fatigués par les deux heures de transport quotidiennes ». L’an dernier, à la fermeture il y avait 1 120 élèves, il y en a maintenant moins de 1000.

Fatigue et violence

« Les enseignants sont déboussolés » dit Armelle qui ajoute : « ce qui me pèse le plus c’est qu’on file à la fin des cours. On n’a plus de temps à consacrer ni aux élèves ni aux collègues pour construire des projets communs ou pérenniser la porosité entre sections techniques et enseignement général », une spécificité de Rabelais. Les élèves disent qu’ils « restent entre ceux de Rabelais ». De plus, le très grave incident du 16 novembre, où un élève de Rabelais a été poignardé à proximité du lycée Bergson, confirme que les rixes continuent dans le nord-est parisien. Il s’agirait d’« une tentative d’homicide avec préméditation » et les professeurs demandent « que le gouvernement s’intéresse davantage à cet établissement. Il faut fournir des structures valides et cesser de trimballer les élèves d’un arrondissement à l’autre ou de leur faire partager un trottoir avec les 1 300 élèves de Bergson ». Ils appellent à une relocalisation du lycée Rabelais hors du lycée Bergson, dans le 9e par exemple au lycée Jacques Decour et mettent en garde contre « une réponse uniquement sécuritaire ». Le rectorat a répondu par un changement de proviseur et des agents à l’intérieur du lycée. Mais pas de surveillance à l’extérieur, comme les autorités s’y étaient engagées auprès des parents.
Lire notre article : Lycée Rabelais un vent de colère, paru dans le numéro 280 de mars 2020. Il faisait suite à l’article : Lycée Rabelais à l’abandon, dans notre numéro de novembre 2019.

Photo : DR

Dans le même numéro (décembre 2020)

  • Le dossier du mois

    Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Noël Bouttier, Sophie Roux
    La crise sanitaire est aussi une crise économique. Sur les 150 000 parisiens actuellement demandeurs d’emploi, on en recense 17 642 dans le 18e, avec une hausse de 13,5 % sur un an. Quelles sont les solutions proposées pour favoriser leur retour à l’emploi ?
  • La vie du 18e

    Commerces de quartier, même fermés, ils sont restés ouverts

    Dominique Boutel
    Pendant ce deuxième confinement, intervenu durant une période de l’année souvent essentielle pour leur chiffre d’affaires, les petits commerçants ont inventé des moyens de ne pas perdre le contact avec leur clientèle et surtout, de ne pas baisser définitivement leur rideau.
  • La vie du 18e

    Un lieu d’échange pour parents fatigués

    Florianne Finet
    Tous les après-midis, l’association « La Babillo » accueille les tout-petits jusqu’à quatre ans avec leur famille.
  • Goutte d’Or

    Claudie Carayon, une belle personne

    Brigitte Batonnier
    Une figure de la Goutte d’Or est disparue début octobre. Retour sur ses engagements.
  • La Chapelle

    Des paniers pour les étudiants [Article complet]

    Annick Amar
    Les étudiants sont aussi touchés de plein fouet par la crise actuelle. Des paniers alimentaires gratuits leur sont proposés à la résidence universitaire Philippe de Girard.
  • La Chapelle

    Repousser les exilés, toujours plus et où ?

    Djillali Bourahla, Marion Bernard
    La brutale évacuation de la place de la République, retransmise par de nombreux médias dans le monde, a son prologue dans le nord-est parisien. Une semaine avant, un camp regroupant quelque 3.000 migrants avait été démantelé, laissant au moins 1.000 d’entre eux sans solution.
  • Montmartre

    Pierre Valéry, rémouleur itinérant

    Jean Cittone
    Depuis cinquante ans, Pierre arpente les rues de plusieurs arrondissements du nord de Paris avec sa clochette et sa rémoulette, proposant aux professionnels et particuliers d’affûter leurs couteaux, lames et ciseaux. La crise sanitaire est venue fragiliser son métier.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    SNC, une association au service des « chercheurs d’emploi »

    Sophie Roux
    Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) existe depuis 35 ans et accompagne, en binôme, des chômeurs pour les aider à retrouver un emploi.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Le quartier Charles Hermite se mobilise

    Noël Bouttier
    Depuis quelques mois, le quartier Charles Hermite travaille sur la démarche Territoires zéro chômeur de longue durée. Sa candidature pourrait être retenue en 2021 lors de l’appel à projets.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Paris lance son plan emploi

    Sophie Roux
    Lors du dernier Conseil de Paris, le 18 novembre, la Ville de Paris a adopté un plan de soutien en faveur des Parisiens en recherche d’emploi « pour faire face à cette crise sans précédent ».
  • Les Gens

    Rachid Arar, le cuistot du cœur

    Sylvie Chatelin
    Rencontre avec Rachid Arar autour d’un café, dans son royaume, le patio du restaurant solidaire « La Table ouverte » à la Goutte d’Or.

n° 292

avril 2021