Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2020 / Montmartre

Pierre Valéry, rémouleur itinérant

par Jean Cittone

Depuis cinquante ans, Pierre arpente les rues de plusieurs arrondissements du nord de Paris avec sa clochette et sa rémoulette, proposant aux professionnels et particuliers d’affûter leurs couteaux, lames et ciseaux. La crise sanitaire est venue fragiliser son métier.

« Si les gens ne travaillent pas, je ne travaille pas ». C’est ainsi que Pierre parle des mesures sanitaires qui forcent de nombreux restaurateurs à diminuer leur activité, voire à fermer boutique. Pierre est rémouleur itinérant. Il traverse Paris avec sa « rémoulette » et sa clochette, proposant d’affûter lames, couteaux et ciseaux, et ce depuis presque cinquante ans.

Pierre se repère instantanément grâce à sa rémoulette métallique noire posée à côté de lui. C’est un engin rectangulaire à roulettes, comportant une meule, deux pédales et un espace de rangement. Le regard bleu ciel de Pierre transperce ses lunettes noires rectangulaires. Ses cheveux gris sont coupés court sous son chapeau noir arrondi.

Une tradition tsigane

Pierre a commencé le métier de rémouleur en 1972. Il présente sa machine avec fierté, en expliquant que son père et son grand-père étaient rémouleurs avant lui, qu’ils lui ont transmis ce savoir et l’amour de ce métier. Ce sont des tsiganes, maintenant installés à Drancy, dans le 93. Pierre habite aujourd’hui dans un lotissement pavillonnaire, mais il a encore une caravane dans son jardin.

Pour signaler sa présence matinale à d’éventuels clients du quartier, il saisit par le manche la clochette accrochée à sa rémoulette, et remonte la rue des Trois Frères, agitant la clochette d’une main, poussant sa rémoulette de l’autre. Mais ce matin, Pierre ne fait pas recette.

« Pas la peine de bosser si ça rapporte pas »

Les restaurants avec lesquels il a l’habitude de travailler rue des Trois Frères sont fermés. La rue est très calme, trop calme. Il se rend dans un bistrot mais en ressort bredouille. Un peu navré de ne pas pouvoir montrer comment il travaille sur un couteau, il fait donc une démonstration de l’affûtage avec un des tournevis qu’il a apportés dans sa besace. Il appuie sur les pédales de sa rémoulette, actionnant la roue qui viendra faire tourner la meule. Avec ses doigts épais aux ongles courts, il appose doucement la lame du tournevis. Son geste est précis, efficace. Les tarifs de Pierre varient. Environ 5 € pour des ciseaux (de coiffeurs ou de particuliers), et de 1 à 3 € pour les couteaux, y compris pour les restaurateurs, en fonction de leur taille. Interviewé sur la place Charles Dullin pendant le couvre-feu, Pierre avait déjà perdu beaucoup de ses clients, fermés à cause des mesures sanitaires.

Le 18e, son quartier préféré

Pour ce rémouleur qui considère le 18e comme son quartier préféré de Paris, le confinement oblige l’arrêt complet de son activité. Il venait remonter la rue Lepic tous les quinze jours, même s’il confesse qu’il fallait « se les taper, les côtes de Montmartre », avec sa rémoulette. Il ne bénéficie pas aujourd’hui d’aides de l’État pour compenser l’impossibilité de travailler dans ces conditions.

Bien qu’il reste quelques rémouleurs à Paris, Pierre est le seul à utiliser une rémoulette à pédales, les autres ayant des véhicules électriques qui, selon lui, tournent trop vite et brûlent les lames. Pierre murmure du bout des lèvres qu’il a 63 ans et qu’il travaillera jusqu’à ce qu’il meure. Autrefois, il emmenait ses deux enfants avec lui. Mais ils ont grandi. Aucun des deux ne souhaite prendre la relève. « Après moi, y en aura plus ». Les rémouleurs survivront-ils à la crise sanitaire ?

Photo : Dominique Dugay

Dans le même numéro (décembre 2020)

  • Le dossier du mois

    Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Noël Bouttier, Sophie Roux
    La crise sanitaire est aussi une crise économique. Sur les 150 000 parisiens actuellement demandeurs d’emploi, on en recense 17 642 dans le 18e, avec une hausse de 13,5 % sur un an. Quelles sont les solutions proposées pour favoriser leur retour à l’emploi ?
  • La vie du 18e

    Commerces de quartier, même fermés, ils sont restés ouverts

    Dominique Boutel
    Pendant ce deuxième confinement, intervenu durant une période de l’année souvent essentielle pour leur chiffre d’affaires, les petits commerçants ont inventé des moyens de ne pas perdre le contact avec leur clientèle et surtout, de ne pas baisser définitivement leur rideau.
  • La vie du 18e

    Rabelais : un lycée éparpillé façon puzzle

    Danielle Fournier
    Le lycée Rabelais a fermé ses portes le 16 février dernier pour des raisons de sécurité et depuis, les cours sont dispensés dans quatre établissements. Aux difficultés de cette délocalisation s’ajoutent les contraintes sanitaires et maintenant, la violence.
  • La vie du 18e

    Un lieu d’échange pour parents fatigués

    Florianne Finet
    Tous les après-midis, l’association « La Babillo » accueille les tout-petits jusqu’à quatre ans avec leur famille.
  • Goutte d’Or

    Claudie Carayon, une belle personne

    Brigitte Batonnier
    Une figure de la Goutte d’Or est disparue début octobre. Retour sur ses engagements.
  • La Chapelle

    Des paniers pour les étudiants [Article complet]

    Annick Amar
    Les étudiants sont aussi touchés de plein fouet par la crise actuelle. Des paniers alimentaires gratuits leur sont proposés à la résidence universitaire Philippe de Girard.
  • La Chapelle

    Repousser les exilés, toujours plus et où ?

    Djillali Bourahla, Marion Bernard
    La brutale évacuation de la place de la République, retransmise par de nombreux médias dans le monde, a son prologue dans le nord-est parisien. Une semaine avant, un camp regroupant quelque 3.000 migrants avait été démantelé, laissant au moins 1.000 d’entre eux sans solution.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    SNC, une association au service des « chercheurs d’emploi »

    Sophie Roux
    Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) existe depuis 35 ans et accompagne, en binôme, des chômeurs pour les aider à retrouver un emploi.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Le quartier Charles Hermite se mobilise

    Noël Bouttier
    Depuis quelques mois, le quartier Charles Hermite travaille sur la démarche Territoires zéro chômeur de longue durée. Sa candidature pourrait être retenue en 2021 lors de l’appel à projets.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Paris lance son plan emploi

    Sophie Roux
    Lors du dernier Conseil de Paris, le 18 novembre, la Ville de Paris a adopté un plan de soutien en faveur des Parisiens en recherche d’emploi « pour faire face à cette crise sans précédent ».
  • Les Gens

    Rachid Arar, le cuistot du cœur

    Sylvie Chatelin
    Rencontre avec Rachid Arar autour d’un café, dans son royaume, le patio du restaurant solidaire « La Table ouverte » à la Goutte d’Or.

n° 292

avril 2021