Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2020 / Les Gens

Rachid Arar, le cuistot du cœur

par Sylvie Chatelin

Rencontre avec Rachid Arar autour d’un café, dans son royaume, le patio du restaurant solidaire « La Table ouverte » à la Goutte d’Or.

Difficile d’avoir un entretien suivi avec cet homme-là, tant, à l’instar du parrain de Coppola, il est sollicité en permanence. Mais lui, c’est un parrain bienveillant, que tout le monde connaît et dont chacun loue la générosité et la sincérité.

Rachid et la Goutte d’Or, c’est l’histoire de toute une vie. Il y est né voilà bientôt soixante ans, d’une famille algérienne originaire de Beni Menir dans la région de Tlemcen d’où son père est arrivé en 1957. A la maison, il « parle l’arabe de ses parents », fait toute sa scolarité dans le quartier, maternelle à Saint-Luc, primaire à Jean-François Lépine et la suite au collège Marx Dormoy. Il parle avec nostalgie de la Goutte d’Or de son enfance et de sa jeunesse. « C’était un village, tout le monde se connaissait, se respectait, la population était plus mélangée, il y avait plus de Français, d’Espagnols, de Portugais. » L’Algérie, la Goutte d’Or, ce sont « deux mondes différents », et le déracinement était « terrible pour les parents ». Il est quelquefois « tenté par le “retour” mais pas possible », sa vie, ses trois enfants et autant de petits-enfants sont ici même s’il a construit une maison là-bas.

La générosité dans les gènes

La solidarité et la générosité, c’est un « héritage familial ». Son grand-père « avait un bar au village et aidait tous les étrangers qui passaient ». Une fois arrivé à la Goutte d’Or, son digne fils aide ceux qui arrivent du bled à Paris. Il tient un bar au 18 rue de la Goutte d’Or jusqu’en 1976, en plus de son métier de terrassier et de poseur de câbles. Tandis que son épouse élève leurs dix enfants, quatre filles et six garçons.

Tout naturellement, Rachid reprend le flambeau et démarre des « permanences sociales, un accompagnement auprès des administrations, des banques, des médecins » pour ceux qui en ont besoin. Cet embryon devient officiellement La Table ouverte en 2009 et s’installe sur le terrain, alors vague, où s’élève maintenant le 360 Paris music factory avant d’être hébergé en 2011 par l’Institut des cultures d’islam. La friche Polonceau, c’est lui également. Depuis trois ans ce terrain vague, un temps promis à la construction d’une mosquée, est devenu un lieu d’accueil. Des animations sont proposées toute l’année, les enfants viennent voir les poules et les pintades, les mamans jardinent et les vieux chibanis prennent le soleil.

Le Bon Samaritain

C’est à La Table ouverte que, pendant le premier confinement, Rachid et son équipe de bénévoles ont assuré tous les jours la préparation et la distribution de plus de 600 repas, un tour de force. Car l’homme sait s’entourer et fédérer. Parmi les fidèles qui l’accompagnent, Redouane le décrit, tout sourire et d’une voix affectueuse, comme « quelqu’un de bonne famille, respectueux, bien élevé ». Mohamed Sadi, qui travaille avec lui depuis des années, le confirme et ne tarit pas d’éloges : « Rachid, c’est le Bon Samaritain de la Goutte d’Or. Il n’y en a pas dix comme lui, tous ceux qui viennent vers lui pour de l’aide, il ne les laisse pas repartir. » Pour la petite histoire, Mohamed est devenu le personnage principal du film Le chant d’Ahmed de Foued Mansour grâce à Rachid qui l’a convaincu de faire au moins des essais. Argument imparable : « Rachid m’a dit, si tu ne fais pas ce film, on ne se parle plus. »

Pour Michel Antoine, de l’association Solidarité Saint-Bernard, Rachid est « étonnant ». Ils travaillent main dans la main dans l’aide aux plus démunis. Pour lui, Rachid a « un grand souci de la dignité humaine, il tient par exemple à ce que les gens aient des vrais couverts et il s’intéresse à la personne dans sa globalité ». Lui aussi le définit comme « généreux, excellent organisateur, ouvert, astucieux, ayant le sens des partenariats et une vision globale ».

Rachid est « très inquiet pour l’avenir du quartier ». Surtout pour les jeunes à qui « on ne donne aucune chance ». Il pense qu’on « aurait dû favoriser plus la culture au lieu de rester dans le déni » et cite plusieurs fois le théâtre comme « moyen d’expression qui donne confiance en soi et qui devrait se faire dans les écoles ». Il est admiratif du travail de Sylvie Haggaï, créatrice de la compagnie Gaby Sourire, qui se dit elle-même « intriguée par Rachid qui a une énergie incroyable, qui est en première ligne, en observateur, très sincère ». Nul doute que ces deux-là se retrouveront un jour autour d’un projet commun. Lydie Quentin, directrice des Enfants de la Goutte d’Or (EGDO) qui connaît bien Rachid, partage son avis sur la politique jeunesse. Elle n’est pour autant « pas toujours d’accord avec lui », et ajoute que « beaucoup ont été très déçus quand il s’est engagé auprès de Pierre-Yves Bournazel », lorsque celui-ci l’a sollicité pour les municipales 2014 lui proposant un poste d’adjoint.

Tomber de rideau

Que fait Rachid Arar du (peu de) temps libre qu’il lui reste ? Quotidiennement, à 18 h, il rentre chez lui, auprès de son fils autiste et de sa femme Souhila, cuisinière à La Table ouverte. Il lit beaucoup, trois à quatre livres par mois, et voue une passion à Yasmina Khadra. Il a d’ailleurs rencontré l’auteur algérien par hasard rue de la Goutte d’Or, l’a abordé et lui a proposé de venir dédicacer son dernier livre Le sel de tous les oublis, à la fin du confinement dans son restaurant. Don Quichotte illustre la couverture du livre, tout un symbole.

Et « juste retour des choses » comme il le dit, la boucle sera (presque) bouclée avec son nouveau projet : lorsque ce journal sortira, il aura en effet signé pour la reprise du restaurant À la Goutte d’Or, fermé depuis juin 2019, au 45 rue de la Goutte d’Or, là même où la famille Arar a habité près de vingt ans et qui a été le premier immeuble à être rasé lors de la rénovation du quartier dans les années 1990.

Un homme qui a toujours les portraits de Marie-Pierre Larrivé et Noël Monier, fondateurs du 18e du mois, accrochés au mur de La Table Ouverte, ne peut être que quelqu’un de bien... ce n’est pas nous qui dirons le contraire.

Photo : Dominique Dugay

Dans le même numéro (décembre 2020)

  • Le dossier du mois

    Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Noël Bouttier, Sophie Roux
    La crise sanitaire est aussi une crise économique. Sur les 150 000 parisiens actuellement demandeurs d’emploi, on en recense 17 642 dans le 18e, avec une hausse de 13,5 % sur un an. Quelles sont les solutions proposées pour favoriser leur retour à l’emploi ?
  • La vie du 18e

    Commerces de quartier, même fermés, ils sont restés ouverts

    Dominique Boutel
    Pendant ce deuxième confinement, intervenu durant une période de l’année souvent essentielle pour leur chiffre d’affaires, les petits commerçants ont inventé des moyens de ne pas perdre le contact avec leur clientèle et surtout, de ne pas baisser définitivement leur rideau.
  • La vie du 18e

    Rabelais : un lycée éparpillé façon puzzle

    Danielle Fournier
    Le lycée Rabelais a fermé ses portes le 16 février dernier pour des raisons de sécurité et depuis, les cours sont dispensés dans quatre établissements. Aux difficultés de cette délocalisation s’ajoutent les contraintes sanitaires et maintenant, la violence.
  • La vie du 18e

    Un lieu d’échange pour parents fatigués

    Florianne Finet
    Tous les après-midis, l’association « La Babillo » accueille les tout-petits jusqu’à quatre ans avec leur famille.
  • Goutte d’Or

    Claudie Carayon, une belle personne

    Brigitte Batonnier
    Une figure de la Goutte d’Or est disparue début octobre. Retour sur ses engagements.
  • La Chapelle

    Des paniers pour les étudiants [Article complet]

    Annick Amar
    Les étudiants sont aussi touchés de plein fouet par la crise actuelle. Des paniers alimentaires gratuits leur sont proposés à la résidence universitaire Philippe de Girard.
  • La Chapelle

    Repousser les exilés, toujours plus et où ?

    Djillali Bourahla, Marion Bernard
    La brutale évacuation de la place de la République, retransmise par de nombreux médias dans le monde, a son prologue dans le nord-est parisien. Une semaine avant, un camp regroupant quelque 3.000 migrants avait été démantelé, laissant au moins 1.000 d’entre eux sans solution.
  • Montmartre

    Pierre Valéry, rémouleur itinérant

    Jean Cittone
    Depuis cinquante ans, Pierre arpente les rues de plusieurs arrondissements du nord de Paris avec sa clochette et sa rémoulette, proposant aux professionnels et particuliers d’affûter leurs couteaux, lames et ciseaux. La crise sanitaire est venue fragiliser son métier.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    SNC, une association au service des « chercheurs d’emploi »

    Sophie Roux
    Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) existe depuis 35 ans et accompagne, en binôme, des chômeurs pour les aider à retrouver un emploi.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Le quartier Charles Hermite se mobilise

    Noël Bouttier
    Depuis quelques mois, le quartier Charles Hermite travaille sur la démarche Territoires zéro chômeur de longue durée. Sa candidature pourrait être retenue en 2021 lors de l’appel à projets.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Paris lance son plan emploi

    Sophie Roux
    Lors du dernier Conseil de Paris, le 18 novembre, la Ville de Paris a adopté un plan de soutien en faveur des Parisiens en recherche d’emploi « pour faire face à cette crise sans précédent ».

n° 292

avril 2021