Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2020 / La vie du 18e

Un lieu d’échange pour parents fatigués

par Florianne Finet

Tous les après-midis, l’association « La Babillo » accueille les tout-petits jusqu’à quatre ans avec leur famille.

Pas besoin de s’inscrire à l’avance ni de remplir un dossier administratif. A La Babillo, la souplesse et l’anonymat sont la règle quand il s’agit d’accueillir les bébés et enfants jusqu’à quatre ans, avec leurs parents. Les grands-parents ou les nounous sont également les bienvenus. Il suffit de pousser la porte du local situé au 48 bis rue Boinod, dans le quartier Simplon, du lundi au samedi, de 14 h à 18 h 30. Et c’est tout. « Quand l’enfant arrive, nous inscrivons simplement son prénom au tableau et ensuite il peut aller jouer ou dessiner sur le tableau. Mais toujours en présence de ses proches, il ne s’agit pas d’une garderie », explique Sabine Friess, l’une des professionnelles de la petite enfance qui travaille là une demi-journée par semaine. Pas de frais à payer non plus, les familles sont simplement invitées à laisser une participation financière dont le montant est libre.

Socialisation et transition

Dans cet endroit pas comme les autres, les mères et pères peuvent venir se reposer un instant. Les familles – 10 personnes au maximum – sont accueillies au sein de ce cocon par des psychologues ou des psychanalystes. « Notre structure est avant tout un lieu de socialisation et de transition entre la crèche et l’école. Nous sommes dans l’écoute, mais nous n’allons pas donner de conseils éducatifs ni orienter les familles vers des professionnels de santé », prévient Sabine Friess.

Autre intérêt du dispositif, la rencontre entre parents qui peuvent être amenés à échanger sur les difficultés rencontrées au quotidien avec leur enfant. « Cela permet aussi de rompre l’isolement et de se rassurer sur la façon dont on élève un enfant ».

Pour les plus grands, de 4 à 6 ans, une demi-journée leur est réservée, le samedi de 9 h 30 à 12 h 30, selon les mêmes principes d’accueil, sans inscription. Les petits frères et sœurs peuvent en revanche les accompagner.

L’association, financée par la CAF et la Ville de Paris depuis une dizaine d’années, s’inspire des principes fondateurs de la Maison verte, un espace de parole et de jeu pour les enfants créé en 1979 dans le 15e arrondissement de Paris par plusieurs professionnels dont la psychanalyste Françoise Dolto. Depuis le confinement fin octobre, la fréquentation a baissé. Les consignes sanitaires sont pourtant suivies strictement pour limiter les risques, met en avant l’association, qui espère retrouver très vite ses publics habituels.

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (décembre 2020)

  • Le dossier du mois

    Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Noël Bouttier, Sophie Roux
    La crise sanitaire est aussi une crise économique. Sur les 150 000 parisiens actuellement demandeurs d’emploi, on en recense 17 642 dans le 18e, avec une hausse de 13,5 % sur un an. Quelles sont les solutions proposées pour favoriser leur retour à l’emploi ?
  • La vie du 18e

    Commerces de quartier, même fermés, ils sont restés ouverts

    Dominique Boutel
    Pendant ce deuxième confinement, intervenu durant une période de l’année souvent essentielle pour leur chiffre d’affaires, les petits commerçants ont inventé des moyens de ne pas perdre le contact avec leur clientèle et surtout, de ne pas baisser définitivement leur rideau.
  • La vie du 18e

    Rabelais : un lycée éparpillé façon puzzle

    Danielle Fournier
    Le lycée Rabelais a fermé ses portes le 16 février dernier pour des raisons de sécurité et depuis, les cours sont dispensés dans quatre établissements. Aux difficultés de cette délocalisation s’ajoutent les contraintes sanitaires et maintenant, la violence.
  • Goutte d’Or

    Claudie Carayon, une belle personne

    Brigitte Batonnier
    Une figure de la Goutte d’Or est disparue début octobre. Retour sur ses engagements.
  • La Chapelle

    Des paniers pour les étudiants [Article complet]

    Annick Amar
    Les étudiants sont aussi touchés de plein fouet par la crise actuelle. Des paniers alimentaires gratuits leur sont proposés à la résidence universitaire Philippe de Girard.
  • La Chapelle

    Repousser les exilés, toujours plus et où ?

    Djillali Bourahla, Marion Bernard
    La brutale évacuation de la place de la République, retransmise par de nombreux médias dans le monde, a son prologue dans le nord-est parisien. Une semaine avant, un camp regroupant quelque 3.000 migrants avait été démantelé, laissant au moins 1.000 d’entre eux sans solution.
  • Montmartre

    Pierre Valéry, rémouleur itinérant

    Jean Cittone
    Depuis cinquante ans, Pierre arpente les rues de plusieurs arrondissements du nord de Paris avec sa clochette et sa rémoulette, proposant aux professionnels et particuliers d’affûter leurs couteaux, lames et ciseaux. La crise sanitaire est venue fragiliser son métier.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    SNC, une association au service des « chercheurs d’emploi »

    Sophie Roux
    Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) existe depuis 35 ans et accompagne, en binôme, des chômeurs pour les aider à retrouver un emploi.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Le quartier Charles Hermite se mobilise

    Noël Bouttier
    Depuis quelques mois, le quartier Charles Hermite travaille sur la démarche Territoires zéro chômeur de longue durée. Sa candidature pourrait être retenue en 2021 lors de l’appel à projets.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Paris lance son plan emploi

    Sophie Roux
    Lors du dernier Conseil de Paris, le 18 novembre, la Ville de Paris a adopté un plan de soutien en faveur des Parisiens en recherche d’emploi « pour faire face à cette crise sans précédent ».
  • Les Gens

    Rachid Arar, le cuistot du cœur

    Sylvie Chatelin
    Rencontre avec Rachid Arar autour d’un café, dans son royaume, le patio du restaurant solidaire « La Table ouverte » à la Goutte d’Or.

n° 292

avril 2021