Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2020 / La vie du 18e

Commerces de quartier, même fermés, ils sont restés ouverts

par Dominique Boutel

Pendant ce deuxième confinement, intervenu durant une période de l’année souvent essentielle pour leur chiffre d’affaires, les petits commerçants ont inventé des moyens de ne pas perdre le contact avec leur clientèle et surtout, de ne pas baisser définitivement leur rideau.

Une queue impressionnante s’étire devant l’Attrape-cœurs, sur la butte Montmartre, et en réponse à notre appel, le vendeur du Rideau-Rouge, à Marx Dormoy, a du s’excuser : « On est débordé ! » Confinées les librairies ? Pour la vingtaine que compte l’arrondissement, le livre apparait clairement comme un objet de première nécessité. C’est aussi le cas pour Marie-Rose Guarnieri, de la librairie des Abbesses, qui a alerté les médias en invitant Sylvain Tesson et Anne Hidalgo devant sa boutique début novembre. Alors toutes se sont mobilisées dès l’annonce du confinement. Les librairies ont l’avantage sur d’autres commerces de s’être déjà organisées contre les géants de la vente en ligne grâce aux réseaux de librairies indépendantes, qui permettent de trouver l’ouvrage que l’on cherche dans la librairie la plus proche de chez soi. La loi de 1981 sur le prix unique du livre limite également la concurrence des grandes chaînes. Toutes ou presque ont apposé sur leur vitrine une affiche indiquant à quel numéro on peut passer commande. Elles publient chaque semaine des newsletters qui rappellent l’adresse des sites de commande.

Vendre en ligne, un autre métier

Malgré le stress, ce secteur semble s’en sortir. D’autres sont plus inquiets. Les magasins de jouets par exemple, dont une grande partie du chiffre d’affaires se fait en période de Noël. L’école buissonnière possède plus de 5 000 références de jeux et jouets dans sa boutique de la rue Hermel. « On a un système click and collect sur notre site depuis déjà un moment. Nous avons ajouté une permanence téléphonique et nous sommes ouverts 7 jours sur 7. Il y a une très grande solidarité de la part des clients… », explique la propriétaire. « Et il s’est passé une chose extraordinaire : Coline, une habitante du quartier qui est photographe, a passé un après-midi gracieusement à prendre des centaines de photos pour que nous puissions les poster sur les réseaux sociaux ; pour le site internet, on utilise les photos des fabricants. »

Tous les petits commerçants sont d’accord : « C’est un autre métier : mettre les produits sur les réseaux sociaux demande un temps fou, faire des photos ou récupérer des visuels auprès des fournisseurs, faire de belles mises en ambiance pour que les gens se rendent compte », résume Alice. Elle a créé Louisette, une boutique-cadeaux aux Abbesses. En novembre, ses matinées se passaient à lire les mails, écouter les messages laissés sur le répondeur, alimenter le net. La boutique ouvrait trois après-midi par semaine, pour fournir les commandes, ou aider les clients à trouver ce qu’ils cherchent : cela se passe sur le seuil, avec le masque, le gel et Alice qui montre les objets… Elle envisageait même de livrer.

Des aides insuffisantes

« A la suite du premier confinement, j’avais fait une étude de marché pour me transformer en e-commerce mais ce n’est pas approprié à ce que je vends. » Sa boutique est remplie d’objets de toutes sortes, d’exemplaires uniques, choisis avec soin, en calculant une gamme de prix abordable : « C’est une caverne d’Ali Baba, on vient pour une chose, on part avec une autre… » Alice considère également que « les aides pour le passage au numérique sont insuffisantes ».

Compliqué aussi pour Marie, fleuriste au marché de l’Olive, seule commerçante à avoir son rideau tiré. Elle affirme ne rien connaître au virtuel, mais se débrouille pour que ses habitués ne soient pas privés de bouquets. « J’ai changé mes horaires, je passe des heures au téléphone, j’ai créé ma petite liste WhatsApp, mis des affiches… J’espère pouvoir payer mes charges…Et derrière moi, je n’oublie pas qu’il y a les horticulteurs français qui paniquent avec les fêtes. » Marie fait partie des réseaux Le collectif de la fleur française » et Fleurs d’ici, qui ont mis en place des plateformes pour réconcilier le digital et cet artisanat, très durement touché par les mesures.

Car sites internet, plateformes et réseaux sociaux (montmartre-addict.com, le collectif 18 sur facebook, petitscommerces.fr, ahmazone.fr …) tentent d’aider, mais sera-ce suffisant ? La plateforme Cdiscount propose aux petites boutiques d’héberger gratuitement pendant six mois sur son site celles qui pratiquent le « click and collect ». Mais ces valeurs ne conviennent pas à Alice et cela ne correspond pas à sa clientèle. « C’est une fausse bonne idée », affirme-t-elle. Les commerçants ont développé une inventivité et une énergie remarquables. Ils ont montré une capacité d’adaptation incroyable. Pourtant l’inquiétude demeure… Le déconfinement permettra de réouvrir mais avec des précautions qui limiteront encore l’accès aux magasins. Que se passera-t-il quand tous ces petits commerces n’auront plus de trésorerie ? Ou si un troisième confinement survient ? Et si les aides demeurent aussi complexes à obtenir ?

Photo : Dominique Dugay

Dans le même numéro (décembre 2020)

  • Le dossier du mois

    Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Noël Bouttier, Sophie Roux
    La crise sanitaire est aussi une crise économique. Sur les 150 000 parisiens actuellement demandeurs d’emploi, on en recense 17 642 dans le 18e, avec une hausse de 13,5 % sur un an. Quelles sont les solutions proposées pour favoriser leur retour à l’emploi ?
  • La vie du 18e

    Rabelais : un lycée éparpillé façon puzzle

    Danielle Fournier
    Le lycée Rabelais a fermé ses portes le 16 février dernier pour des raisons de sécurité et depuis, les cours sont dispensés dans quatre établissements. Aux difficultés de cette délocalisation s’ajoutent les contraintes sanitaires et maintenant, la violence.
  • La vie du 18e

    Un lieu d’échange pour parents fatigués

    Florianne Finet
    Tous les après-midis, l’association « La Babillo » accueille les tout-petits jusqu’à quatre ans avec leur famille.
  • Goutte d’Or

    Claudie Carayon, une belle personne

    Brigitte Batonnier
    Une figure de la Goutte d’Or est disparue début octobre. Retour sur ses engagements.
  • La Chapelle

    Des paniers pour les étudiants [Article complet]

    Annick Amar
    Les étudiants sont aussi touchés de plein fouet par la crise actuelle. Des paniers alimentaires gratuits leur sont proposés à la résidence universitaire Philippe de Girard.
  • La Chapelle

    Repousser les exilés, toujours plus et où ?

    Djillali Bourahla, Marion Bernard
    La brutale évacuation de la place de la République, retransmise par de nombreux médias dans le monde, a son prologue dans le nord-est parisien. Une semaine avant, un camp regroupant quelque 3.000 migrants avait été démantelé, laissant au moins 1.000 d’entre eux sans solution.
  • Montmartre

    Pierre Valéry, rémouleur itinérant

    Jean Cittone
    Depuis cinquante ans, Pierre arpente les rues de plusieurs arrondissements du nord de Paris avec sa clochette et sa rémoulette, proposant aux professionnels et particuliers d’affûter leurs couteaux, lames et ciseaux. La crise sanitaire est venue fragiliser son métier.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    SNC, une association au service des « chercheurs d’emploi »

    Sophie Roux
    Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) existe depuis 35 ans et accompagne, en binôme, des chômeurs pour les aider à retrouver un emploi.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Le quartier Charles Hermite se mobilise

    Noël Bouttier
    Depuis quelques mois, le quartier Charles Hermite travaille sur la démarche Territoires zéro chômeur de longue durée. Sa candidature pourrait être retenue en 2021 lors de l’appel à projets.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Paris lance son plan emploi

    Sophie Roux
    Lors du dernier Conseil de Paris, le 18 novembre, la Ville de Paris a adopté un plan de soutien en faveur des Parisiens en recherche d’emploi « pour faire face à cette crise sans précédent ».
  • Les Gens

    Rachid Arar, le cuistot du cœur

    Sylvie Chatelin
    Rencontre avec Rachid Arar autour d’un café, dans son royaume, le patio du restaurant solidaire « La Table ouverte » à la Goutte d’Or.

n° 297

octobre 2021