Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2020 / Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

Le quartier Charles Hermite se mobilise

par Noël Bouttier

Depuis quelques mois, le quartier Charles Hermite travaille sur la démarche Territoires zéro chômeur de longue durée. Sa candidature pourrait être retenue en 2021 lors de l’appel à projets.

Il s’est passé un petit événement ces dernières semaines que l’arrivée de la seconde vague de la Covid-19 et l’incroyable élection américaine ont quelque peu occulté : au Sénat comme à l’Assemblée nationale, une proposition de loi (émanant des parlementaires) a été adoptée à l’unanimité. De quoi s’agit-il ? Le texte approuvé vise à étendre l’expérimentation appelée “Territoires zéro chômeur de longue durée” au moins à cinquante nouveaux territoires, s’ajoutant aux dix zones où elle est actuellement testée (dont une dans un quartier du 13e arrondissement).

En 2018, le Conseil de Paris a voté une résolution pour financer l’émergence de trois projets dans les 18e, 19e et 20e. Pour notre arrondissement, le quartier Charles Hermite (3 000 habitants) très enclavé et confronté à de lourds problèmes sociaux, a été retenu par la municipalité. En mars 2019, une première réunion d’information (dont nous avions rendu compte dans notre numéro 271) avait été organisée dans le quartier pour présenter la démarche. Où en est-on aujourd’hui ?

Dynamique générale

Depuis quelques mois, Guillaume Vuarnet travaille pour faire avancer le projet, rejoint tout dernièrement par Mathilde Gestin, une autre cheffe de projet employée à mi-temps. Tous deux sont salariés d’Ares, importante structure d’insertion par l’activité économique (IAE) qui gère, dans le 18e notamment, une entreprise basée à Cap 18 et un centre d’adaptation à la vie active (Cava). Elle est mandatée par la Ville de Paris pour susciter une dynamique locale autour de “Territoires zéro chômeur”. Le confinement du printemps a fait perdre beaucoup de temps au projet, mais depuis l’été tout le monde met les bouchées doubles pour être prêt à temps – sans doute mi-2021 – afin de candidater pour la deuxième fournée de territoires.

La nouvelle adjointe à l’emploi Gabrielle Siry-Houari qui prend le relais de Claudine Bouygues, initiatrice du projet, se déclare très engagée sur cette initiative. Elle explique pourquoi ce quartier a été choisi : « A la différence, par exemple, de la Goutte d’Or, il existe à Charles Hermite beaucoup moins de structures d’insertion. De plus, nous tablons sur le dynamisme de la porte de La Chapelle pour la création d’emplois générée par les différents chantiers. »

Un groupe de pionniers

L’un des premiers objectifs a été de mobiliser le quartier et notamment de faire émerger un groupe de demandeurs d’emploi volontaires pour s’engager dans le projet. Pas simple ! « Malheureusement, explique Guillaume Vuarnet, Charles Hermite a l’habitude des promesses non tenues. » Cependant, le fait que la loi pour la seconde expérimentation ait enfin été votée facilite la mobilisation locale. Déjà, quelques habitants au chômage se sont déclarés partants pour intégrer le groupe de pionniers qui réfléchit à des activités possibles. Parallèlement, les acteurs de l’emploi, notamment Pôle emploi, ont commencé à contacter les 450 personnes au chômage depuis au moins un an ou travaillant à temps partiel pour une durée inférieure au mi-temps. L’objectif est de leur présenter le projet d’entreprise à but d’emploi (EBE) et de les inviter à se porter candidats, sachant que celle-ci ne pourra démarrer que si le projet est retenu par le comité de sélection. « En général, 60 % des personnes se déclarent candidates », pronostique le chef de projet.

Déjà, des idées plus ou moins abouties d’activités ont été émises. « Plusieurs champs ont été définis, explique Guillaume Vuarnet. D’une part, il y a différentes actions possibles pour améliorer le cadre de vie, par exemple avec la végétalisation. D’autre part, nous souhaitons proposer des services à la personne, comme une conciergerie, le soutien aux personnes âgées ou un atelier de réparation de vélos. Enfin, nous allons développer des activités en direction des entreprises et de leurs salariés. Nous avons déjà pris des contacts avec des entreprises de la porte de La Chapelle. » Pour vérifier que les activités retenues ne sont pas concurrentielles avec l’existant, un comité local de l’emploi, réunissant les différents acteurs économiques et obligatoire pour candidater, devrait être constitué avant la fin de l’année.

Pour la petite histoire, dans le 19e, le projet “Territoires zéro chômeur” se situe dans le quartier nouveau de Rosa Parks, à moins d’un kilomètre de Charles Hermite. Les deux projets ne risquent-ils pas de se marcher sur les pieds ? L’adjointe à l’emploi assure qu’une collaboration a déjà été mise en place entre les deux projets et que les EBE sont appelées à avoir des échanges. « On ne se voit pas comme des concurrents », assure Guillaume Vuarnet.

Dans les prochains mois, l’équipe locale va accentuer la mobilisation des demandeurs d’emploi et des acteurs économiques. Tant il est vrai que la réussite de cette démarche originale ne sera au rendez-vous que si elle est réellement portée par tout le quartier. Il reste beaucoup de pain sur la planche.

Dans le même numéro (décembre 2020)

  • Le dossier du mois

    Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Noël Bouttier, Sophie Roux
    La crise sanitaire est aussi une crise économique. Sur les 150 000 parisiens actuellement demandeurs d’emploi, on en recense 17 642 dans le 18e, avec une hausse de 13,5 % sur un an. Quelles sont les solutions proposées pour favoriser leur retour à l’emploi ?
  • La vie du 18e

    Commerces de quartier, même fermés, ils sont restés ouverts

    Dominique Boutel
    Pendant ce deuxième confinement, intervenu durant une période de l’année souvent essentielle pour leur chiffre d’affaires, les petits commerçants ont inventé des moyens de ne pas perdre le contact avec leur clientèle et surtout, de ne pas baisser définitivement leur rideau.
  • La vie du 18e

    Rabelais : un lycée éparpillé façon puzzle

    Danielle Fournier
    Le lycée Rabelais a fermé ses portes le 16 février dernier pour des raisons de sécurité et depuis, les cours sont dispensés dans quatre établissements. Aux difficultés de cette délocalisation s’ajoutent les contraintes sanitaires et maintenant, la violence.
  • La vie du 18e

    Un lieu d’échange pour parents fatigués

    Florianne Finet
    Tous les après-midis, l’association « La Babillo » accueille les tout-petits jusqu’à quatre ans avec leur famille.
  • Goutte d’Or

    Claudie Carayon, une belle personne

    Brigitte Batonnier
    Une figure de la Goutte d’Or est disparue début octobre. Retour sur ses engagements.
  • La Chapelle

    Des paniers pour les étudiants [Article complet]

    Annick Amar
    Les étudiants sont aussi touchés de plein fouet par la crise actuelle. Des paniers alimentaires gratuits leur sont proposés à la résidence universitaire Philippe de Girard.
  • La Chapelle

    Repousser les exilés, toujours plus et où ?

    Djillali Bourahla, Marion Bernard
    La brutale évacuation de la place de la République, retransmise par de nombreux médias dans le monde, a son prologue dans le nord-est parisien. Une semaine avant, un camp regroupant quelque 3.000 migrants avait été démantelé, laissant au moins 1.000 d’entre eux sans solution.
  • Montmartre

    Pierre Valéry, rémouleur itinérant

    Jean Cittone
    Depuis cinquante ans, Pierre arpente les rues de plusieurs arrondissements du nord de Paris avec sa clochette et sa rémoulette, proposant aux professionnels et particuliers d’affûter leurs couteaux, lames et ciseaux. La crise sanitaire est venue fragiliser son métier.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    SNC, une association au service des « chercheurs d’emploi »

    Sophie Roux
    Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) existe depuis 35 ans et accompagne, en binôme, des chômeurs pour les aider à retrouver un emploi.
  • Chômage : trois pistes pour sortir de l’impasse

    Paris lance son plan emploi

    Sophie Roux
    Lors du dernier Conseil de Paris, le 18 novembre, la Ville de Paris a adopté un plan de soutien en faveur des Parisiens en recherche d’emploi « pour faire face à cette crise sans précédent ».
  • Les Gens

    Rachid Arar, le cuistot du cœur

    Sylvie Chatelin
    Rencontre avec Rachid Arar autour d’un café, dans son royaume, le patio du restaurant solidaire « La Table ouverte » à la Goutte d’Or.

n° 295

juillet-août 2021