Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mai 2014 / Théâtre

Sandrine Bonnaire et Pascal Greggory au théâtre de l’atelier

par Catherine Halpern

Une femme sans gêne s’impose dans la vie d’un vieux garçon, débarquant sous un prétexte fallacieux dans son studio avec armes et bagages. On comprend qu’elle ne partira pas tout de suite. Sans gêne, insouciante et oisive, tout oppose Suzanne à Jean-Jacques, qui aime tant l’ordre et dont la vie ne connaît guère de hasards ou de surprises. Y compris avec les femmes. Jean-Jacques tient un décompte rigoureux de ses conquêtes féminines : il a un aide-mémoire dans lequel il note scrupuleusement dates, prénoms et autres caractéristiques… L’amour naissant de ces deux personnages antithétiques suscite bien des interrogations. La pièce semble d’abord drôle et légère. On rit… et puis la gêne grandit, un vague sentiment de malaise car l’on comprend peu à peu que l’affaire est plus compliquée qu’il n’y paraît. Qui est Suzanne ? A-t-elle déjà connu Jean-Jacques dans le passé, lui dont la mémoire est peu fidèle ? Est-elle une envahissante manipulatrice, ne respectant aucune intimité, ou bien une femme fragile et blessée ? Et qui est Jean-Jacques derrière cette vie bien rangée à l’image de son appartement ? Est-il vraiment cet homme poli mais distant, gentil mais égoïste, cordial mais sans passion ?
La mise en scène de Ladislas Chollat parvient à semer le trouble en s’appuyant sur le jeu précis des acteurs, Sandrine Bon­naire et Pascal Greggory. Tous deux déploient une impressionnante palette parvenant d’une scène à l’autre à transmettre légèreté ou gravité, sincérité ou ambivalence. Les costumes très années 1970 sont un clin d’œil. Ils rappellent que cette pièce de Jean-Claude Carrière a été écrite en 1967. Elle n’en garde pas moins toute sa force.

* L’Aide-mémoire, de Jean-Claude Carrière, mise en scène de Ladislas Chollat,
Jusqu’au 4 juillet, du mardi au samedi à 21 h, matinée le samedi à 16 h.
Au théâtre de l’atelier
1 place Charles Dullin, 01 46 06 49 24.


Photo : ©Nathalie Hervieux

Dans le même numéro (mai 2014)

n° 285

septembre 2020