Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mai 2016 / La vie du 18e

Château-Rouge : la station ferme le 20 mai pour 14 mois de travaux

par Marie-Odile Fargier

Jusqu’à l’été 2017, les usagers devront aller au métro Barbès ou Marcadet avant de retrouver une station flambant neuve, plus spacieuse et plus accessible.

La date est définitivement fixée : la station de métro Château-Rouge fermera le 20 mai et ne rouvrira pas avant le 31 juillet 2017.
14 longs mois pour les très nombreux usagers de cette station, l’une des plus fréquentées de la ligne 4, et des difficultés à prévoir dans la station la plus proche, Barbès-Rochechouart, qui s’en trouvera surchargée. Mais 14mois indispensables pour mener à bien cet énorme chantier.
Celui-ci a démarré il y a un an. Pendant l’été dernier, le boulevard Barbès a été en partie éventré pour construire, sous la chaussée, la dalle de béton qui deviendra le plafond de la nouvelle salle d’accès. Une salle qui passera de 45 à 170 m2,comme l’explique la chef de projet, An­toinette Morel. Et l’escalier vers le quai direction Montrouge débouchera directement dans la salle des billets : finis les embouteillages dans le couloir actuel.

Un sous-sol fragile

Alors depuis on creuse : côté ouest du boulevard pour percer un nouvel escalier qui débouchera sur le terre-plein entre les rues Custine et Poulet ; côté nord pour dégager l’espace nécessaire à la future salle, dans le prolongement de la salle actuelle. Mais pour pouvoir creuser, il a fallu d’abord consolider un sous-sol fragilisé par les galeries des anciennes carrières de gypse du secteur. On a donc coulé, jusqu’à plus de 25 m de profondeur, plusieurs énormes pieux de béton. Les riverains se souviennent du tapage nocturne provoqué en février par les machines géantes qui creusaient et coulaient ces tonnes de béton : le chantier est si proche des voies du métro qu’il était impossible de faire ce travail aux heures où les rames circulent et les habitants, prévenus par courrier, ont dû prendre leur mal en patience... (Lire la suite dans le numéro de mai 2016)


Photo : © Joseph Banderet

Dans le même numéro (mai 2016)

n° 282

mai 2020