Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

juillet-août 2021 / Porte de Saint-Ouen

Vandalisme ou hostilité ? La terrasse d’Antanak détruite

par Stéphane Bardinet

Une terrasse arborée et ses pieds d’arbres fleuris, installés depuis cinq ans devant le siège d’Antanak, rue Bernard Dimey, ont été effacés par un commando nocturne.

« En arrivant lundi matin, la terrasse que nous avons entretenue depuis cinq ans avait disparu, des arbustes avaient été arrachés, les plantes, les bacs et les constructions en bois jetés dans les poubelles et la terre évacuée. Il ne restait que l’asphalte. C’est d’une grande violence pour nous tous », confie Isabelle Carrère, présidente de l’association Antanak. Chez les bénévoles et permanents d’Antanak, mais aussi chez ceux de l’association Adage, de l’Association pour le droit à la santé des femmes (ADSF) et de la radio Cause Commune, dont les locaux sont sur la même placette dans la rue Bernard Dimey et dont les pieds d’arbres ont aussi été saccagés, et enfin chez les habitants et usagers de ces structures, c’est la stupéfaction.

Une disparition révélatrice d’une faille

Comment en est-on arrivé là ? Pour l’heure, Le 18e du mois n’a pu recueillir que le témoignage d’Antanak. La situation actuelle serait l’aboutissement d’une montée des tensions avec certains habitants des immeubles alentour, hostiles à la présence de ces associations. « La découverte de cette hostilité a été pour nous un premier choc, nous pensions jusqu’alors avoir totalement trouvé notre place dans cette rue et ce quartier », s’étonne Isabelle Carrère. L’association, installée depuis 2016 dans ces locaux, porte un projet autour de l’accès au numérique et fait œuvre de formation, d’ouverture à la culture électronique et a accueilli sur la terrasse et dans ses locaux nombre de jeunes et de moins jeunes pour les former ou les sensibiliser aux enjeux du numérique. Plus encore, elle propose quelque 1 500 consultations par an d’écrivains publics au cours de permanences régulières et en 2020 elle a distribué, avec le soutien de la Mairie du 18e, plus de 200 ordinateurs reconditionnés à des familles pour les aider à surmonter l’épreuve de l’école à distance pendant le confinement. Tout cela n’a pas empêché ce commando nocturne, qui serait constitué de personnes d’ailleurs et aussi d’habitants du quartier, de réduire à rien ce symbole d’enracinement dans un lieu et une communauté. « Une des raisons, parmi les rumeurs qui circulent, serait que ces gens auraient été effrayés par la présence de rats, continue Isabelle Carrère, mais je pense que cela ne tient pas la route – des rats, à Paris, il y en a partout. »

Concertation et cohabitation

A la suite de la destruction, une réunion s’est tenue le 11 juin à la Maison bleue, porte Montmartre, avec les habitants et les associations. « Une habitante a pris la parole pour dire qu’il y avait trop d’associations “chez nous », se souvient Isabelle Carrère, « un “nous” dont nous, les trois directrices d’associations, femmes, blanches et ne résidant pas dans le quartier ne faisions de toute évidence pas partie. » Car ce quartier a la particularité d’accueillir dans ses pas-de-porte une grande majorité d’associations, un choix politique qui s’avèrerait donc ne pas couler de source. « C’est un vrai sujet qu’il nous faut discuter tous ensemble », admet Isabelle Carrère. C’est pourquoi, après avoir déposé plainte pour le saccage de la terrasse, Antanak s’est tournée vers la Mairie, porteuse et gestionnaire de ces choix politiques.

Les élus jouent la prudence

Une autre réunion s’est donc tenue à la mi-juin en présence de Maya Akkari, adjointe à la politique de la ville à la Mairie du 18e, Nadia Benakli, référente du conseil de quartier Moskova-Porte Montmartre-Porte de Clignancourt et Gilles Ménède, adjoint chargé des espaces verts. Les représentants des associations étaient présents ainsi que quelques habitants. « Des propos similaires à la réunion de la Maison bleue ont été entendus de la part des habitants présents : “Il y a trop d’associations”, “Nous ne sommes pas concertés”, “C’est notre cité”, rapporte Isabelle Carrère. Et la réponse des équipes municipales a été d’annoncer une réflexion sur la lutte contre la présence des rats, autrement dit une façon de botter en touche. »

Le 18e du mois s’est aussi adressé à la Mairie pour recueillir son point de vue par courriel. Aux questions – Existe-t-il un réel problème d’hygiène ou d’insalubrité ? S’agit-il d’une difficulté de cohabitation entre l’association et les/certains riverains ? Quels sont vos axes de réflexion pour améliorer la situation ? La terrasse et la végétalisation pourront-elles être remises en place ? –, voici la réponse que nous a adressée Aline Weber, directrice de la communication : « Nous pouvons vous dire à ce stade que nous allons régler le problème d’hygiène et lancer un nouveau projet de végétalisation en concertation avec les habitants et les associations du quartier. »

En attendant, pour ne pas céder à la peur et aux intimidations, Antanak a refleuri ses pieds d’arbre et remonté une terrasse lors d’un événement festif, le samedi 26 juin. •

Dans le même numéro (juillet-août 2021)

  • Le dossier du mois

    Les meilleures glaces du 18e

    Annie Katz, Danielle Fournier, Jean Cittone, Nadia Dehmous, Sylvie Chatelin, Unt’ Margaria
    C’est l’été, il fait chaud, on a envie de lézarder en terrasse, d'une boisson fraîche, d’une bonne glace gourmande, ou d’un sorbet rafraîchissant à déguster en cornet ou en pot en déambulant dans les rues. Nos rédacteurs et rédactrices ont repéré et goûté pour vous les meilleures de l’arrondissement. Liste peut-être non exhaustive mais vaste choix de saveurs et d’ambiances. Allez-y, revenez-y, faites-vous plaisir. Toutes (ou presque) se disent « artisanales » mais qui sont les vrais « Maîtres Artisans Glaciers » ?
  • Les meilleures glaces du 18e

    Kozak, parfums du jour

    Danielle Fournier
    Catherine et Nathalie ont ouvert leur petite boutique il y a 6 ans et elles proposent deux produits d’exception : le chocolat et les glaces.
  • Les meilleures glaces du 18e

    Des glaces engagées

    Sylvie Chatelin
    Chose de plus en plus rare dans le quartier, on peut déguster de délicieuses glaces italiennes chez Unis Vers l’Art Studio.
  • La vie du 18e

    Bichat et Beaujon : regroupement sur ordonnance

    Dominique Gaucher
    On en parle depuis plus de cinq ans. Les hôpitaux Bichat (18e) et Beaujon (Clichy-la-Garenne) doivent fusionner pour s’installer à Saint-Ouen. Annoncé pour 2028, le projet ne va pas sans poser problèmes.
  • Belliard

    Projet Belliard : consultation express des habitants

    Florianne Finet
    Ce mégaprojet, qui comporte peu d’espaces verts, risque de densifier encore le quartier.
  • Clignancourt

    La Maison Verte à la recherche d’un nouveau souffle

    Dominique Boutel
    Lieu de mémoire et d’action, acteur clé dans la vie sociale et associative du quartier, l’institution est menacée.
  • La Chapelle

    Jardins d’Éole : les riverains toujours vent debout

    Sandra Mignot
    Les riverains du parc se sont intensément mobilisés pour que leur quartier ne devienne pas une salle de consommation à ciel ouvert. Médiatisation, manifestations, rencontres avec les élus, retour sur plus de six semaines d’action.
  • La Chapelle

    Octopousse : le composteur nouveau est arrivé

    Sylvie Chatelin
    L'Octopousse, construit sur le modèle du « keyhole », s’inscrit dans une nouvelle génération de composteur. Les résultats de la phase pilote sont concluants. Encore faut-il des volontés pour pérenniser le procédé.
  • La Chapelle

    Un banc public bien sympathique

    Sylvie Chatelin
    Place des Messageries de l’Est, un banc mystérieux
  • Simplon

    Ordener-Poissonniers : la riposte s’organise

    Sylvie Chatelin
    Le collectif Extra-Ordener reste vigilant face au projet d’aménagement du site et change de statut.
  • Les Gens

    Céleste Brunnquell : la révélation de En thérapie [Article complet]

    Dominique Boutel
    Révélée au grand public dans la série « En thérapie », Céleste Brunnquell, jeune espoir du cinéma, a grandi à Montmartre.

n° 299

décembre 2021