Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

octobre 2020 / Montmartre

Un hôtel à l’abandon reprend vie

par Claire Rosemberg

Un collectif d’artistes s’est installé dans un immeuble à l’abandon dont la cour abrite l’ancien gymnase d’entraînement de Marcel Cerdan.

Pour la quarantaine d’artistes du collectif, l’heure est au nettoyage et au bricolage plutôt qu’à la création. Un va-et-vient incessant dans les étroits couloirs où l’un installe sa chambre, l’autre un rangement pour ses toiles, pendant que d’autres encore aménagent une vaste cuisine commune et reposent des vitres aux fenêtres avant l’arrivée de l’hiver. Dans les ateliers, le duo Tito-Mulk, deux personnes pour un seul artiste exposé un peu partout dans le monde, pressés de terminer une commande style manga. Ils ne vivent pas avec le collectif mais y occupent leur troisième atelier en deux ans. « On suit la famille, il y a une vraie énergie. »

Il règne dans le bâtiment – vide depuis sept ans – un air de fébrilité. A l’entrée, une vache quasi taille réelle, marquée Le Phare, du nom du dernier squat du collectif, accueille les visiteurs. Ce lieu a succédé à celui dit Le Post, un immeuble vide de huit étages et de souterrains dans le 9e, appartenant à la compagnie Generali, où ils avaient pu installer, en plus des ateliers, un cinéma et un skate-park.

Le boxeur ou l’oiseau

Ici ça ne sera pas possible car la quarantaine de pièces, dont une moitié est consacrée aux ateliers et le reste aux logements, sont petites. Héritage d’un hôtel à l’ancienne seules quelques chambres disposent d’une douche, les autres ne possèdent qu’un lavabo. Une ancienne pancarte précise que la douche coûtait 3 €. Les membres du collectif, qui se connaissent depuis Le Post, Le Phare et même depuis le célèbre 59 Rivoli, ont encore à choisir un nom pour leur nouvelle demeure, un nom en rapport avec le lieu.

« Le Cerdan » peut-être, en hommage à l’énorme structure délabrée de 300 à 400 m2 en bois et fer qui trône de l’autre coté d’un jardin intérieur mais qui reste interdite. Invisible de la rue, le bâtiment fut, selon la légende, la salle d’entraînement du boxeur au temps où il fréquentait Piaf. « J’aimerais qu’on s’appelle Le Geai » suggère Hugo Behregaray, artiste-plasticien franco-néerlandais qui aime le chant de l’oiseau niché dans l’arbre de la cour.

Un lieu de travail et de rencontre

La plupart d’entre eux ne sont pas de Paris où il est dur de trouver logements et ateliers. Lors de précédents squats, ils ont pu s’accorder avec les propriétaires ou signer une convention d’occupation provisoire. La condition ? Partir à la date prévue et respecter les clauses de sécurité et le voisinage. Leur seule revendication ? Le droit au logement, inscrit dans la Constitution depuis 1946.

« Ces bâtiments sont à l’abandon, on les fait revivre » poursuit le jeune artiste aux yeux clairs, tarbouch rouge vissé sur la tête. « On dépense pour améliorer le lieu, on travaille dur. Ce n’est pas légal mais c’est légitime. » De plus, laisser un collectif investir de tels lieux évite les frais de gardiennage et empêche l’installation de squats sauvages assurent-ils.

Peintres, sculpteurs, tatoueurs et autres, ils cohabitent sans hiérarchie mais non sans règles. Tout se décide par vote lors d’une réunion chaque lundi. Chacun paye 10 € par mois pour l’eau et les autres factures, chacun fait sa propre cuisine. « Les autorités sont assez cool avec nous, on nous connait, on n’a jamais créé de problèmes », dit Alexandre Gain, un serial squatteur grand et brun de 28 ans.

« C’est très dur d’être artiste quand on est jeune » ajoute Roberto Pezet, un franco-hondurien diplômé des Beaux-Arts de Cergy. « Dans le monde de l’art souvent on est entre soi. Ici je peux travailler, respirer, rencontrer d’autres artistes dans d’autres domaines. Et on vit en totale confiance, il n’y a même pas de clefs sur les portes. »

Le collectif est actuellement en discussion avec le propriétaire des lieux pour officialiser sa présence. C’est pourquoi nous ne donnons pas encore les coordonnées du lieu. Prochaine étape ? Intervenir dans le quartier et organiser des portes ouvertes. Davantage d’informations dans notre prochain numéro.

Dans le même numéro (octobre 2020)

  • Le dossier du mois

    Un 18e écolo engagé

    Florianne Finet, Noël Bouttier, Sylvie Chatelin
    Faire sa part, comme disait le colibri ! Une nourriture plus saine dans les écoles, des immeubles moins énergivores, valoriser les engagements citoyens, toutes les actions en faveur de l'écologie sont bonnes.
  • La vie du 18e

    Dans les allées désertées du marché d’antiquités

    Jerôme Demarquet
    L’épidémie n’a pas épargné l’immense Marché aux Puces que les touristes ont déserté. C’est l’occasion de s’y balader en évitant la foule des années fastes.
  • La vie du 18e

    Terrasses étendues, riverains tendus

    Danielle Fournier
    En un été, l’apparition de terrasses sur la chaussée a changé nos rues. Mais commerçants, consommateurs et riverains ne sont pas sur la même longueur d’onde.
  • La vie du 18e

    Zoom sur les points chauds de la circulation à vélo

    Florianne Finet, Jean-Claude N’Diaye, Sandra Mignot, Stéphane Bardinet
    La pratique du vélo explose à Paris depuis le déconfinement. En un an, les déplacements ont augmenté de 65 % dans la capitale.
  • La vie du 18e

    Mixité au collège

    Dominique Boutel
    Qu’en est-il, quatre ans plus tard, du projet qui, en modifiant la carte scolaire du 18e, tente de lutter contre la fracture sociale ? Rencontre avec le principal du collège Hector Berlioz, cheville ouvrière de la mise en œuvre du projet.
  • La vie du 18e

    Balade le long de la petite ceinture

    Sylvie Chatelin
    Un petit air de province de la Recyclerie au Hasard ludique en longeant la Petite Ceinture, qui sera notre fil conducteur.
  • Ecologie, passages à l’acte

    Ecoplan 18 : les lieux de la transition écologique en une seule carte [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Dans un document unique, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les acteurs de la transition écologique dans le 18e.
  • Ecologie, passages à l’acte

    Cantines scolaires : bientôt des repas cuisinés sur place ?

    Florianne Finet
    La cantine du collège Aimé Césaire devrait ouvrir dès la rentrée prochaine, pour préparer le passage de relais entre la Sogeres et la Mairie dans les écoles du 18e. Une promesse de campagne d’Eric Lejoindre.
  • Ecologie, passages à l’acte

    Rénovation énergétique, une copropriété se mobilise, la banque ne suit pas

    Noël Bouttier
    Dans le nord de l’arrondissement, une grosse copropriété est en butte à l’attitude inconstante de la Caisse d’épargne.
  • Histoire

    Le 18e sur grand écran

    Dominique Delpirou
    Second épisode de notre série consacrée aux tournages réalisés dans le 18e. Avec la couleur sont arrivés les films à succès et les budgets croissants du cinéma. De La Grande Vadrouille à Mesrine, L’Ennemi public n° 1, en passant par Les Ripoux ou Monsieur Batignole, l’arrondissement continue d’attirer les réalisateurs.
  • Les Gens

    « Marx Dormoy m’a fait aimer paris a nouveau »

    Catherine Portaluppi
    Lola Lafon est dans la vie comme sur la photo : présente et discrète, en équilibre et sur le fil, courtoise mais sans sourire inutile. Son dernier roman, Chavirer, est sur la liste finale des prix littéraires de la rentrée. Rencontre en terrasse.

n° 292

avril 2021