Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

octobre 2020 / La vie du 18e

Mixité au collège

par Dominique Boutel

Qu’en est-il, quatre ans plus tard, du projet qui, en modifiant la carte scolaire du 18e, tente de lutter contre la fracture sociale ? Rencontre avec le principal du collège Hector Berlioz, cheville ouvrière de la mise en œuvre du projet.

Une cour ravissante, repeinte et plantée de deux arbres, aménagée avec des bancs en bois, une belle fresque réalisée l’année dernière illustrant le compositeur qui donne son nom au collège, une récréation tranquille, une école propre, aucun graffiti : en cette rentrée 2020, le collège Hector Berlioz a complètement changé de look et d’ambiance. La mixité sociale au collège serait-elle possible et même source de qualité de vie ?

Mis en œuvre il y a quatre ans, le projet de sectorisation entre les collèges Hector Berlioz et Antoine Coysevox, situés aux deux extrêmes de la carte sociale du 18e arrondissement, porte déjà ses fruits, si l’on en croit le principal du collège Hector Berlioz, Farid Boukhelifa. Pour lui, la mixité est facteur de réussite : « Quel que soit l’élève, lorsqu’il y a beaucoup de mixité sociale, il va pouvoir trouver quelqu’un qui lui ressemble, et ainsi trouver sa place. »

Un élève sur deux en bilangue

Le système qui a été adopté pour mélanger « harmonieusement » les populations des deux quartiers (différent de celui adopté pour les collèges Marie Curie et Gérard Philipe, basé sur le choix régulé1) est de réunir en un seul secteur les deux établissements et de regrouper tous les élèves d’un même niveau dans un collège. Ainsi, en 2017, tous les 6e sont rentrés au collège Coysevox et, en 2018, tous les 6e ont intégré le collège Berlioz : « On réunit tous les élèves sans discrimination, avec les mêmes équipes pédagogiques : on peut agir ainsi sur la structure du collège, c’est-à-dire obtenir un collège à deux niveaux, ce qui facilite le travail pédagogique et d’encadrement des enseignants. » Cela a permis également de passer de trois/quatre classes de 6e à neuf, et d’ouvrir trois classes bilangues (anglais et chinois, allemand et espagnol) : un élève sur deux est en bilangue. Pour favoriser davantage encore la mixité, chaque classe de 25 élèves est à moitié en bilangue, ce qui en renforce l’hétérogénéité.

Des recrutements et des locaux

Par ailleurs, le collège a recruté l’année dernière un adulte-relais, un médiateur qui connait les familles, leur culture, les us et coutumes, et est présent aux conseils de classe pour faciliter la relation avec l’école, ainsi qu’un deuxième CPE. Et cette année, après plusieurs années d’instabilité, un adjoint au principal, poste clef dans l’organisation de la scolarité, pour trois ans.

Un travail est aussi effectué sur le bâti : création d’une maison des collégiens, d’un kiosque à musique, d’un jardin pédagogique et d’une verrière végétalisée, d’un théâtre dans la salle d’art réaménagée, grâce aux projets des budgets participatifs auxquels le collège a concouru.

La bande géographique porte de Saint-Ouen-porte de Clignancourt, où se situe le collège Berlioz, est une des plus pauvres de Paris. « Il y a encore quatre ans, le collège était un ghetto pire que dans le 93 ! Le taux d’évitement était très élevé, les problématiques de voisinage nombreuses, d’où l’idée de l’expérimentation à la rentrée de 2016. Il y a eu consensus d’une majorité des acteurs, parents, enseignants, encadrants sur le mode de recrutement… Vu la réputation de Berlioz, on peut comprendre que les parents de Coysevox aient été réticents, mais c’était leur angoisse, pas celle des enfants. »

On se réjouit du positivisme du principal, mais on comprend également l’inquiétude de certains parents, leur peur du nivellement par le bas, du changement, la peur de l’autre… Surtout que la communication institutionnelle, qui a lancé le projet, n’a pas été des plus transparente, et que le comité de suivi, constitué de tous les participants, inspecteurs, principaux, élus, parents, directeurs d’école n’assure pas vraiment son travail d’accompagnement, indispensable pour un tel projet : de nombreuses demandes (mesure de la réussite scolaire, de l’ambiance…) formulées à son intention par des parents sont restées sans réponse, malgré le travail entrepris par un chercheur du CNRS, Julien Grenet, membre du comité scientifique du ministère de l’Education, plus axé sur les taux de mixité.

Casser la logique des territoires

« Nous ne sommes pas contre le projet, au contraire, mais contre la manière de s’y prendre  », affirme une mère d’élève de 4e, très impliquée. La première année n’a pas été facile pour toutes les familles, surtout celle de 4e à Coysevox dont les enfants sont allés poursuivre leur scolarité à Berlioz. Des familles n’ont pas joué le jeu et ont préfèré inscrire leur enfant dans le privé, qui n’est pas inclus dans l’expé­ri­mentation.

Mais pour l’humaniste convaincu qu’est Farid Boukhelifa, la mixité construit la République, à travers la rencontre avec d’autres représentations du monde, qui finissent par transformer les points de vue : « L’entre-soi a des effets dévastateurs, c’est à l’école qu’on apprend la tolérance. Cela a permis de pacifier le territoire, en en cassant la logique chez certains gamins : les élèves qui partent de la périphérie et vont à Coysevox n’auraient jamais franchi la barrière invisible qui sépare les quartiers. Ils s’habituent à aller ailleurs, cela augmente leur estime de soi. »

Progressivement, le changement est sensible. Les incidents dans le collège ont diminué. Le nombre de conseils de discipline est passé d’une dizaine par an à 0 cette année. « Les enfants sont apaisés, respectueux, ils ont envie d’apprendre, ce mélange les stimule », assure une professeure de musique. Une autre mère d’élève est satisfaite pour sa fille, elle aussi en 4e à Berlioz : « Elle est très bien là-bas. Les enfants y apprennent le collectif, la solidarité, c’est une bonne école de la vie. Il y a tellement de propositions, les sorties, les colonies de vacances. Les possibilités d’épanouissement sont variées, pas seulement au niveau scolaire. » Autre point révélateur, la stabilité du corps enseignant, quasiment jamais absent. Et les résultats au Brevet ont augmenté de manière substantielle (de 45 % en 2015 à 90 % en 2019). « Mixer des établissements à ce point aux antipodes, c’était un pari audacieux mais qu’on a a réussi », affirme Farid Boukhelifa. Il y avait un collège à sauver, on savait qu’il y aurait des pots cassés, mais on a joué le jeu", avouent certains parents, pleinement conscients des obstacles encore à franchir. •

Dans le même numéro (octobre 2020)

  • Le dossier du mois

    Un 18e écolo engagé

    Florianne Finet, Noël Bouttier, Sylvie Chatelin
    Faire sa part, comme disait le colibri ! Une nourriture plus saine dans les écoles, des immeubles moins énergivores, valoriser les engagements citoyens, toutes les actions en faveur de l'écologie sont bonnes.
  • La vie du 18e

    Dans les allées désertées du marché d’antiquités

    Jerôme Demarquet
    L’épidémie n’a pas épargné l’immense Marché aux Puces que les touristes ont déserté. C’est l’occasion de s’y balader en évitant la foule des années fastes.
  • La vie du 18e

    Terrasses étendues, riverains tendus

    Danielle Fournier
    En un été, l’apparition de terrasses sur la chaussée a changé nos rues. Mais commerçants, consommateurs et riverains ne sont pas sur la même longueur d’onde.
  • La vie du 18e

    Zoom sur les points chauds de la circulation à vélo

    Florianne Finet, Jean-Claude N’Diaye, Sandra Mignot, Stéphane Bardinet
    La pratique du vélo explose à Paris depuis le déconfinement. En un an, les déplacements ont augmenté de 65 % dans la capitale.
  • La vie du 18e

    Balade le long de la petite ceinture

    Sylvie Chatelin
    Un petit air de province de la Recyclerie au Hasard ludique en longeant la Petite Ceinture, qui sera notre fil conducteur.
  • Ecologie, passages à l’acte

    Ecoplan 18 : les lieux de la transition écologique en une seule carte [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Dans un document unique, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les acteurs de la transition écologique dans le 18e.
  • Ecologie, passages à l’acte

    Cantines scolaires : bientôt des repas cuisinés sur place ?

    Florianne Finet
    La cantine du collège Aimé Césaire devrait ouvrir dès la rentrée prochaine, pour préparer le passage de relais entre la Sogeres et la Mairie dans les écoles du 18e. Une promesse de campagne d’Eric Lejoindre.
  • Ecologie, passages à l’acte

    Rénovation énergétique, une copropriété se mobilise, la banque ne suit pas

    Noël Bouttier
    Dans le nord de l’arrondissement, une grosse copropriété est en butte à l’attitude inconstante de la Caisse d’épargne.
  • Montmartre

    Un hôtel à l’abandon reprend vie

    Claire Rosemberg
    Un collectif d’artistes s’est installé dans un immeuble à l’abandon dont la cour abrite l’ancien gymnase d’entraînement de Marcel Cerdan.
  • Histoire

    Le 18e sur grand écran

    Dominique Delpirou
    Second épisode de notre série consacrée aux tournages réalisés dans le 18e. Avec la couleur sont arrivés les films à succès et les budgets croissants du cinéma. De La Grande Vadrouille à Mesrine, L’Ennemi public n° 1, en passant par Les Ripoux ou Monsieur Batignole, l’arrondissement continue d’attirer les réalisateurs.
  • Les Gens

    « Marx Dormoy m’a fait aimer paris a nouveau »

    Catherine Portaluppi
    Lola Lafon est dans la vie comme sur la photo : présente et discrète, en équilibre et sur le fil, courtoise mais sans sourire inutile. Son dernier roman, Chavirer, est sur la liste finale des prix littéraires de la rentrée. Rencontre en terrasse.

n° 297

octobre 2021