Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

octobre 2020 / La vie du 18e

Dans les allées désertées du marché d’antiquités

par Jerôme Demarquet

L’épidémie n’a pas épargné l’immense Marché aux Puces que les touristes ont déserté. C’est l’occasion de s’y balader en évitant la foule des années fastes.

Le célèbre Marché aux Puces de Saint-Ouen souffre lui aussi de l’épidémie de la Covid-19. Succédant aux manifestations des Gilets jaunes et aux grèves de l’hiver dernier, la crise sanitaire a laissé des traces. Les touristes ne viennent plus en masse. Les très nombreux designers, décorateurs, collectionneurs et passionnés du monde entier se font terriblement attendre depuis quelques mois. La fête annuelle de septembre a été annulée. Certes le préfet a autorisé très récemment l’ouverture du marché chaque vendredi après-midi, mais uniquement pour les professionnels, et cela ne semble pas changer la donne. Avant la crise, il s’agissait du cinquième lieu le plus visité en France ! Signe des difficultés actuelles, le restaurant Ma cocotte, que le designer Philippe Stark avait conçu et décoré, a fermé ses portes.

Depuis la réouverture du marché le 15 mai, toutes les précautions ont bien été prises par les marchands. Gels hydroalcooliques, masques et surtout moins de monde dans les boutiques. Mais le plus grand et le plus beau marché d’antiquités du monde ‒ 3 500 marchands répartis sur sept hectares – ne voit plus venir qu’une petite clientèle d’habitués, des promeneurs et quelques passionnés.

Unique et durable

Pourtant les marchandises débordent des étals. La plupart des objets sont en bon état. Des jeux d’échecs, des jeux de l’oie, des peintures, des bougeoirs, des bronzes, des sculptures, des montres anciennes, des parements de salle de bains, des commodes, des photos, des magazines, du mobilier ancien, voire très ancien et encore plein de vêtements, on trouve ici pléthore de merveilles plus ou moins encombrantes.

Les marchands ont soin de présenter du bel objet, de l’objet unique mais aussi de l’objet durable. Des armoires, des sièges, des instruments, des fossiles et des silex par exemple, dont certains datent même de plusieurs milliers d’années. Pour trouver la perle rare, il faut prendre son temps, explorer tous les recoins… et arriver tôt ! La marchandise est constamment renouvelée. On pourra découvrir différents styles de mobilier et d’objets très anciens. Les prix vont ainsi de quelques centimes à plusieurs dizaines de milliers d’euros ! Vous aurez peut-être l’occasion enfin, de croiser quelques « people » qui fréquentent les allées de ce marché mondialement réputé. En tout cas si l’on en croit certains marchands…

De marché en marché

Si on choisit d’arriver par la porte de Clignancourt, passé les quelques stands de vêtements et le pont sous le périphérique un peu sombre, on arrive rue des Rosiers pour la visite du plus ancien des marchés, le marché Vernaison. On y trouvera du mobilier, des tableaux, de la vaisselle, de la verroterie, du cristal, des affiches, des jouets, des objets vintage mais aussi des vases, des interrupteurs… et des objets dont on ne comprend pas à quoi ils pourraient servir !

Juste en face, de l’autre côté de la rue des Rosiers, se trouve le marché Mallassis, avec ses stands estampillés Art Déco, mais pas seulement. On y trouvera également des tapis, des tableaux, du mobilier et des bronzes. Juste à côté, le marché Dauphine, qui regroupe 150 marchands exposant du mobilier ancien et des objets divers et variés, voire insolites. N’hésitez pas à grimper à l’étage : disques, affiches, vêtements anciens et jouets d’époque vous y attendent.

Le long de cette même rue des Rosiers, on trouvera ensuite le célèbre marché Biron. C’est le plus luxueux, plutôt destiné aux grands collectionneurs et aux connaisseurs.

La promenade se poursuit par les marchés Paul Bert, Jules Vallès et quelques autres marchés un peu plus confidentiels. Dans la rue Henri Fabre, bondée à certaines heures, l’ambiance est plutôt « sportswear ».

Trouvailles

Vous pouvez enfin croiser dans certains cafés, Thomas Dutronc jouant de la guitare avec ses potes manouches, et quelques autres célébrités. Cet univers a inspiré et continue d’inspirer beaucoup d’écrivains, de cinéastes, de décorateurs, de designers et de gens du théâtre et du spectacle. De nombreux films ont été tournés dans ce lieu mythique. Entre autres Marathon Man, Frantic, Midnight in Paris… « Ici, les gens ne trouvent quasiment jamais ce qu’ils viennent chercher, s’amuse un marchand. En revanche ils y font quelquefois des trouvailles miraculeuses ! C’est un peu un musée à ciel ouvert où l’on peut emporter chaque objet ».

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (octobre 2020)

  • Le dossier du mois

    Un 18e écolo engagé

    Florianne Finet, Noël Bouttier, Sylvie Chatelin
    Faire sa part, comme disait le colibri ! Une nourriture plus saine dans les écoles, des immeubles moins énergivores, valoriser les engagements citoyens, toutes les actions en faveur de l'écologie sont bonnes.
  • La vie du 18e

    Terrasses étendues, riverains tendus

    Danielle Fournier
    En un été, l’apparition de terrasses sur la chaussée a changé nos rues. Mais commerçants, consommateurs et riverains ne sont pas sur la même longueur d’onde.
  • La vie du 18e

    Zoom sur les points chauds de la circulation à vélo

    Florianne Finet, Jean-Claude N’Diaye, Sandra Mignot, Stéphane Bardinet
    La pratique du vélo explose à Paris depuis le déconfinement. En un an, les déplacements ont augmenté de 65 % dans la capitale.
  • La vie du 18e

    Mixité au collège

    Dominique Boutel
    Qu’en est-il, quatre ans plus tard, du projet qui, en modifiant la carte scolaire du 18e, tente de lutter contre la fracture sociale ? Rencontre avec le principal du collège Hector Berlioz, cheville ouvrière de la mise en œuvre du projet.
  • La vie du 18e

    Balade le long de la petite ceinture

    Sylvie Chatelin
    Un petit air de province de la Recyclerie au Hasard ludique en longeant la Petite Ceinture, qui sera notre fil conducteur.
  • Ecologie, passages à l’acte

    Ecoplan 18 : les lieux de la transition écologique en une seule carte [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Dans un document unique, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les acteurs de la transition écologique dans le 18e.
  • Ecologie, passages à l’acte

    Cantines scolaires : bientôt des repas cuisinés sur place ?

    Florianne Finet
    La cantine du collège Aimé Césaire devrait ouvrir dès la rentrée prochaine, pour préparer le passage de relais entre la Sogeres et la Mairie dans les écoles du 18e. Une promesse de campagne d’Eric Lejoindre.
  • Ecologie, passages à l’acte

    Rénovation énergétique, une copropriété se mobilise, la banque ne suit pas

    Noël Bouttier
    Dans le nord de l’arrondissement, une grosse copropriété est en butte à l’attitude inconstante de la Caisse d’épargne.
  • Montmartre

    Un hôtel à l’abandon reprend vie

    Claire Rosemberg
    Un collectif d’artistes s’est installé dans un immeuble à l’abandon dont la cour abrite l’ancien gymnase d’entraînement de Marcel Cerdan.
  • Histoire

    Le 18e sur grand écran

    Dominique Delpirou
    Second épisode de notre série consacrée aux tournages réalisés dans le 18e. Avec la couleur sont arrivés les films à succès et les budgets croissants du cinéma. De La Grande Vadrouille à Mesrine, L’Ennemi public n° 1, en passant par Les Ripoux ou Monsieur Batignole, l’arrondissement continue d’attirer les réalisateurs.
  • Les Gens

    « Marx Dormoy m’a fait aimer paris a nouveau »

    Catherine Portaluppi
    Lola Lafon est dans la vie comme sur la photo : présente et discrète, en équilibre et sur le fil, courtoise mais sans sourire inutile. Son dernier roman, Chavirer, est sur la liste finale des prix littéraires de la rentrée. Rencontre en terrasse.

n° 297

octobre 2021