Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

octobre 2020 / Ecologie, passages à l’acte

Ecoplan 18 : les lieux de la transition écologique en une seule carte [Article complet]

par Sylvie Chatelin

Dans un document unique, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les acteurs de la transition écologique dans le 18e.

Aux commandes de cette belle réalisation, un groupe de cinq personnes, engagées et motivées, habitant ou travaillant dans l’arrondissement. Anaïs et Mona se croisent début 2019 lors d’une réunion publique du conseil de quartier Clignancourt-Jules Joffrin où est initié le projet « mettre en lumière les initiatives écologiques du territoire ». Leslie, rencontrée lors d’une balade nature et culture organisée par le même conseil de quartier, les rejoint vite. Paul, coordinateur des conseils de quartier et du suivi du budget participatif au service démocratie locale et Pauline, stagiaire, complètent le trio pour l’aide logistique.

Une vingtaine de mois après, de multiples visioconférences hebdomadaires, confinement oblige, une « to do » liste pour se répartir le travail, ne rien oublier et avancer, des centaines de coups de fil et de mails, le résultat est là : Ecoplan 18, une carte papier dépliable « à l’ancienne » recensant les acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS) de l’arrondissement. Et ils sont nombreux, classés en huit rubriques allant de Alimentation à Plaidoyer citoyen en passant par Economie circulaire, Education/Sensibilisation, Mobilités douces, Nature en ville, Jardins partagés et Composteurs collectifs.

La force du réseau

Pour les dénicher, le groupe est parti du référencement d’Astérya, association créée pour « faciliter l’engagement citoyen pour une société plus solidaire, plus écologique et plus démocratique », où Mona est chargée de mission transition écologique dans le cadre du programme expérimental Boost éco-citoyen et qu’elle a complété avec ses propres réseaux. A leur questionnement « on met qui ? on met quoi ? », Anaïs, Mona et Leslie choisissent de ne parler que des initiatives citoyennes, des collectifs, des associations et de laisser de côté les acteurs privés. On y trouve ainsi les circuits courts de distribution, les Amap, les associations qui prônent le vélo, les frigos solidaires, les recycleries et autres ressourceries, les boîtes à livres et à dons. Mais aussi les jardins partagés, les fermes urbaines et les composteurs ou encore les centres sociaux et les centres d’animation. La liste est longue !

Leurs objectifs, « faire entrer les habitants par un thème, les composteurs par exemple, puis créer des synergies géographiques ou de centres d’intérêt ». Et former un grand réseau engagé dans la transition écologique à l’échelle de l’arrondissement.

Les 10 000 premiers exemplaires de la carte, financés par le conseil de quartier Clignancourt-Jules Joffrin, sont largement distribués gratuitement par tous ceux qui y apparaissent. On la trouve également dans le hall de la mairie ou en ligne sur www.participezparis18.fr depuis le 1er octobre.

Vous pouvez contribuer à sa mise à jour pour la future version numérique interactive et aider le groupe d’origine à envisager la suite : balades thématiques, jeux de piste, toutes les idées sont les bienvenues, pour toujours mieux faire connaître la richesse solidaire et associative de nos quartiers.

Pour plus d’informations ou pour enrichir la carte : ecoplan75018@gmail.com

Dans le même numéro (octobre 2020)

  • Le dossier du mois

    Un 18e écolo engagé

    Florianne Finet, Noël Bouttier, Sylvie Chatelin
    Faire sa part, comme disait le colibri ! Une nourriture plus saine dans les écoles, des immeubles moins énergivores, valoriser les engagements citoyens, toutes les actions en faveur de l'écologie sont bonnes.
  • La vie du 18e

    Dans les allées désertées du marché d’antiquités

    Jerôme Demarquet
    L’épidémie n’a pas épargné l’immense Marché aux Puces que les touristes ont déserté. C’est l’occasion de s’y balader en évitant la foule des années fastes.
  • La vie du 18e

    Terrasses étendues, riverains tendus

    Danielle Fournier
    En un été, l’apparition de terrasses sur la chaussée a changé nos rues. Mais commerçants, consommateurs et riverains ne sont pas sur la même longueur d’onde.
  • La vie du 18e

    Zoom sur les points chauds de la circulation à vélo

    Florianne Finet, Jean-Claude N’Diaye, Sandra Mignot, Stéphane Bardinet
    La pratique du vélo explose à Paris depuis le déconfinement. En un an, les déplacements ont augmenté de 65 % dans la capitale.
  • La vie du 18e

    Mixité au collège

    Dominique Boutel
    Qu’en est-il, quatre ans plus tard, du projet qui, en modifiant la carte scolaire du 18e, tente de lutter contre la fracture sociale ? Rencontre avec le principal du collège Hector Berlioz, cheville ouvrière de la mise en œuvre du projet.
  • La vie du 18e

    Balade le long de la petite ceinture

    Sylvie Chatelin
    Un petit air de province de la Recyclerie au Hasard ludique en longeant la Petite Ceinture, qui sera notre fil conducteur.
  • Ecologie, passages à l’acte

    Cantines scolaires : bientôt des repas cuisinés sur place ?

    Florianne Finet
    La cantine du collège Aimé Césaire devrait ouvrir dès la rentrée prochaine, pour préparer le passage de relais entre la Sogeres et la Mairie dans les écoles du 18e. Une promesse de campagne d’Eric Lejoindre.
  • Ecologie, passages à l’acte

    Rénovation énergétique, une copropriété se mobilise, la banque ne suit pas

    Noël Bouttier
    Dans le nord de l’arrondissement, une grosse copropriété est en butte à l’attitude inconstante de la Caisse d’épargne.
  • Montmartre

    Un hôtel à l’abandon reprend vie

    Claire Rosemberg
    Un collectif d’artistes s’est installé dans un immeuble à l’abandon dont la cour abrite l’ancien gymnase d’entraînement de Marcel Cerdan.
  • Histoire

    Le 18e sur grand écran

    Dominique Delpirou
    Second épisode de notre série consacrée aux tournages réalisés dans le 18e. Avec la couleur sont arrivés les films à succès et les budgets croissants du cinéma. De La Grande Vadrouille à Mesrine, L’Ennemi public n° 1, en passant par Les Ripoux ou Monsieur Batignole, l’arrondissement continue d’attirer les réalisateurs.
  • Les Gens

    « Marx Dormoy m’a fait aimer paris a nouveau »

    Catherine Portaluppi
    Lola Lafon est dans la vie comme sur la photo : présente et discrète, en équilibre et sur le fil, courtoise mais sans sourire inutile. Son dernier roman, Chavirer, est sur la liste finale des prix littéraires de la rentrée. Rencontre en terrasse.

n° 286

octobre 2020