Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

juillet-août 2016 / La Chapelle

Espoir pour le Bois Dormoy [Article complet]

par Sylvie Chatelin

Trois événements relatifs au Bois Dormoy, toujours menacé de disparition, ont jalonné ce mois de juin.

Le plus important, l’audience du tribunal administratif qui a eu lieu le 19 juin. Les adhérents et usagers du Bois Dormoy ont eu la bonne surprise d’apprendre que le rapporteur public demandait « l’annulation partielle du permis de construire en tant que l’accueil de jour du deuxième étage méconnaît l’article UG 2-3-2 du PLU ». Tous se prennent maintenant à espérer que cette décision sera confirmée. Le moral est assurément remonté !
Avant cela, les supporters du Bois Dormoy s’étaient rassemblés le 14 juin devant la mairie pour continuer à réclamer la sauvegarde de cette petite forêt sauvage. Les banderoles déployées, les pancartes et les slogans scandés : « Des arbres, pas du bé­ton », « Oui au bois, non au béton », « Jardin partagé à protéger ».

Vœu pieux

Pascal Julien, conseiller de Paris, nous confirme que la mairie refuse toujours les alternatives proposées par les élus écologistes. Une de leur proposition : construire seulement la crèche sur l’emplacement du bois ce qui permettrait de garder la plus grande partie des arbres et de relocaliser l’EHPAD à Chapelle Charbon dans le cadre du grand réaménagement du Nord Est parisien.
Enfin le 20 juin, le groupe écologiste du 18e, émet le vœu (soutenu par le parti LR au conseil d’arrondissement que « tout ou partie de la parcelle du Bois Dormoy soit classée en espace boisé classé » ce qui empêcherait toute construction.
Ce vœu qui n’a pas été adopté intervient fort à propos quelques jours avant le vote de la modification du PLU (plan local d’urbanisme) par le Conseil de Paris le 4 juillet. Le PLU peut être amendé de manière générale ou à la parcelle et Galla Bridier (EE-LV) souligne que le Bois Dormoy est « la parcelle la plus emblématique » du 18e arrondissement car elle représente un lieu unique de nature spontanée en ville et de lien social. L’association du Bois Dormoy qui occupe encore aujourd’hui les lieux est tout à fait prête à envisager de transformer le bois en espace public car son seul objectif est de maintenir cet espace de nature spontanée unique en son genre à Paris.
Rappelons que la mairie de Paris n’a pas hésité à annuler le projet de construction de l’ICI rue Polonceau alors même que les panneaux de permis de construire étaient affichés. Il devrait donc être possible de revenir sur le projet de double construction au Bois Dormoy et de laisser vivre cet espace qui correspond à « l’aspiration profonde » de beaucoup de ses riverains.


Photo : © Simon Renou

Dans le même numéro (juillet-août 2016)

n° 282

mai 2020