Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

juillet-août 2016 / Histoire

De l’éducation des filles à la Commune de Paris, la vie de Louise Michel s’ancrait à Montmartre

par Valeria Nicoletti

Institutrice et révolutionnaire, elle consacra sa vie entière aux luttes sociales et à l’émancipation des femmes.

Vers la fin de l’Empire, j’habitais avec ma mère une petite demeure gaie et proprette où j’avais installé mon école. Je ne tardai pas à avoir beaucoup d’élèves. J’aimais ces enfants de Montmartre, gentilles et franches, espiègles et bavardes comme de jeunes oiseaux… » C’est Louise Michel, la fière communarde, que l’on peut entendre parler, au début de la rue Becquerel, à quelques pas du Sacré-Cœur. Une petite maison qui, par hasard, est entourée de crèches et d’écoles, fait face aux marches de la rue du Mont-Cenis. Louise Michel en avait fait son quartier général, son instrument principal de lutte, une école, pour sortir les jeunes filles de la cage domestique où des siècles de régime patriarcal les avaient enfermées.
Une cage à laquelle elle avait réussi à échapper grâce à la bibliothèque familiale. À l’âge de dix ans, après avoir lu Rousseau, Hugo, Lamartine et les textes philosophiques de sa maison d’enfance, la petite Louise disait avoir déjà traversé tous les changements de la pensée, jusqu’à l’anarchie. D’ailleurs, si à 13 ans elle refusait les demandes en mariage, c’était avec des citations effrontées tirées de Molière.

D’école en école

Née à Vroncourt-la-Côte, dans la Haute-Marne, le 29 mai 1830, pendant que son futur maître Auguste Blanqui se battait sur les barricades à Paris, Louise Michel passe son enfance heureuse entre les chevreuils et les crapauds, en plein air. Un isolement qui ne l’empêche pas de remarquer les injustices sociales qui l’entourent. Chez elle, l’éducation des filles est bien différente de celle donnée aux garçons, mais Louise refuse de rester enfermée dans la cuisine et passe son temps dehors et parmi les livres, en traçant son propre chemin : « Je m’en vais sans crainte dans l’espace, écrira-t-elle, si dans le grand désert nul voyageur ne passe, qu’importe ! J’irai seule à la voix du destin. »
Pour ne pas prêter serment à l’Em­pire, Louise Michel ne travaille que dans des écoles libres. Elle ouvre sa première école à Audeloncourt, une petite classe où on chantait La Marseillaise au début et à la fin des cours, et une autre école à Millières, avec son amie Julie Longchamp, qui deviendra ensuite sa compagne pendant la Commune. Une fois à Paris, Montmartre l’accueille rue Houdon, près des Abbesses, dans sa première école parisienne. C’est à Paris, où elle s’installe définitivement en 1856, que Louise Michel découvre sa vocation : la lutte et la propagande républicaine... (Lire la suite dans le numéro de juillet-août 2016)


Photo : © DR

Dans le même numéro (juillet-août 2016)

  • La vie du 18e

    Le dépôt de La Chapelle mène Grand Train

    Stéphane Bardinet
    L’occupation éphémère du dépôt SNCF de La Chapelle est prolongée jusqu’au 15 octobre. Avec la participation de la SNCF, le lieu s’est mué en un (...)
  • La vie du 18e

    Balade street artistique dans le 18e

    Nadia Djabali
    Levez le nez, nos rues foisonnent d’œuvres d’art. Des artistes de rue de toutes tendances ont transformé l’arrondissement en musée à ciel ouvert. Le (...)
  • Sport

    Dojo de La Chapelle, c’est fini [Article complet]

    Stéphane Bardinet
    Les solutions de relogement à court et long termes n’ont pas abouti. Le dojo, fondé en 1989, fermera ses portes à la fin de septembre 2016. Le pire est arrivé, même si les dirigeants veulent croire à une réouverture au 38 rue de La Chapelle, au mieux en 2018.
  • La Chapelle

    Espoir pour le Bois Dormoy [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Trois événements relatifs au Bois Dormoy, toujours menacé de disparition, ont jalonné ce mois de juin. Le plus important, l’audience du tribunal (...)
  • La Chapelle

    Création du Charles de Gaulle Express : réagissez avant le 12 juillet !

    Annie Katz
    Serpent de mer depuis 18 ans, la liaison rapide entre la gare de l’Est et l’aéroport de Roissy fait l’objet d’une nouvelle enquête publique, jusqu’au (...)
  • Montmartre

    Extension du domaine du commerce rue Androuet

    Nadia Djabali
    Que s’est-il passé rue Androuet, le soir de la Fête de la musique ? Ce 21 juin, une fête de l’Afrique est organisée. Rien de bien exceptionnel, les (...)
  • L’actu du mois

    Bientôt un camp humanitaire pour réfugiés dans le 18e ?

    Sophie Roux
    La Ville de Paris change de méthode et annonce l’ouverture prochaine d’un centre d’accueil et d’hébergement. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a (...)
  • Culture

    Mu, du garage à la friche ferroviaire

    Nadia Djabali
    Un nouveau lieu culturel à la porte d’Aubervilliers, en bordure du périph’ propose concerts et installations visuelles. Les friches ferroviaires ne (...)
  • Culture

    Mille et une images à partager cet été en famille

    Gilles Jeudy, Patrick Mallet
    En partenariat avec l’opération Square en fête, de juillet à septembre, l’association 1001 Images projettera gratuitement cinq films tout public à la (...)
  • Hommage

    Salut Hervé

    Marie-Odile Fargier
    Hervé Baudry, notre ami, est mort d’une crise cardiaque le 4 juin dernier, trois jours après la parution de son dernier dessin en Une du 18e du (...)
  • Les Gens

    Christiane et Robert : l’amour et la tapisserie

    Michel Cyprien
    Depuis plus de 62 ans, Christiane et Robert vivent deux passions jamais contrariées. La passion de leur vie de couple et la passion de leur (...)

n° 285

septembre 2020