Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2018 / La vie du 18e

Au moins 300 personnes à la rue dans le 18e

par Charline Vergne

La Nuit de la solidarité a réuni 170 bénévoles et permis d’établir un contact avec près de 300 personnes sans abri dans l’arrondissement.

Jeudi 15 février, peu avant 19 h 30. Les premiers bénévoles pénètrent dans le hall de la mairie du 18e arrondissement pour participer à la Nuit de la solidarité. Voulue par Anne Hidalgo, cette opération s’inspire de celles mises en pratique par d’autres villes telles que New York, Washington ou Londres. La capitale a ainsi réuni 1 700 bénévoles, 300 fonctionnaires, des élus locaux et les membres de 42 associations oeuvrant dans l’action sociale pour partir en maraude dans tous ses arrondissements, à la rencontre de ceux qui dorment dehors. Rien que dans le 18e, 170 habitants ont répondu à l’appel. Une fois l’identité déclinée et la promesse que « la charte éthique a bien été lue et signée », chacun se voit attribuer un numéro et découvre les membres de l’équipe qui l’accompagneront. Premiers sourires, premières paroles échangées. En moyenne, un travailleur social guidera trois bénévoles.
Besoin d’échanger
Il est 20 h, l’heure des explications. Cette nuit, entre 22 h et 1 h du matin, les bénévoles et leur chef d’équipe arpenteront les rues d’un quartier bien défini. Au total, 28 équipes pour autant de secteurs. Quelques règles, qui reprennent celles de la charte signée : parler à voix basse, expliquer le but de l’opération aux personnes rencontrées, ne pas insister si elles ne souhaitent pas échanger, ne réveiller personne. L’objectif : recenser le nombre de sans-abri et les interroger sur leur situation, leur expérience des services sociaux ou encore du dispositif d’hébergement d’urgence, le 115. (Lire la suite dans le numéro de mars 2018)


Photo : © Christian Adnin

Dans le même numéro (mars 2018)

  • Le dossier du mois

    Mobilisation contre la malbouffe à l’école

    Hajer Khader Bizri, Sylvie Chatelin
    Grogne chez les parents d’élèves : la restauration scolaire ne serait pas à la hauteur de la qualité revendiquée. Las d’entendre leurs enfants (...)
  • Simplon

    The Vincent Times, le meilleur journal de collège

    Samuel Cincinnatus
    Le journal du collège Saint-Vincent a été élu meilleur journal de collège de France en 2017. En trois ans d’existence, il a permis aux élèves de (...)
  • La vie du 18e

    Un homme agressé à Marx Dormoy témoigne

    Bernard Kalaora
    Six personnes ont été agressées au couteau, le 12 février dernier, rue Marx Dormoy. Cinq d’entre elles ont été hospitalisées, sans que leur vie ait été (...)
  • Montmartre

    Le Théâtre ouvert en partance vers le 20e ?

    Charline Vergne
    Le Théâtre ouvert, qui soutient depuis bientôt 50 ans la création francophone, doit prochainement fermer ses portes passage Véron. « Personne ne (...)
  • La Chapelle

    Lourd verdict contre le propriétaire voyou

    Brigitte Batonnier
    Le marchand de sommeil de la rue Marx Dormoy a été condamné en appel à deux ans de prison avec sursis et 500 000 € d’amendes.Une sanction sans (...)
  • Les gens

    Messieurs Cinéma

    Brigitte Batonnier
    La famille Roulleau est aux manettes du Studio 28 depuis 70 ans. Alain et son fils Hubert se démènent pour conserver toute son aura à la salle, sans (...)
  • Goutte d’or

    Les paradoxes d’un précurseur du punk

    Stéphane Bardinet
    Le chanteur précurseur du punk français habite la Goutte d’Or depuis les années 1980. Il sort son 13e album et vient d’entamer sa tournée. Dans une (...)

n° 281

avril 2020