Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2018 / La vie du 18e

Un homme agressé à Marx Dormoy témoigne

par Bernard Kalaora

Six personnes ont été agressées au couteau, le 12 février dernier, rue Marx Dormoy. Cinq d’entre elles ont été hospitalisées, sans que leur vie ait été en danger. Vous le savez sûrement, cela a fait les unes de l’actualité parisienne. Un lecteur, habitant du quartier depuis 25 ans, victime lui-même de cette agression, a souhaité nous livrer son ressenti.

J’avais tenté d’alerter le président Macron sur la situation inhumaine pour ne pas dire apocalyptique des réfugiés à Paris porte de La Chapelle quelques mois après son élection, sans succès. J’ai aujourd’hui l’honneur de faire, avec d’autres personnes, la une du Parisien et de BFM mais cette fois en tant que victime d’une agression par un jeune réfugié marocain de 17 ans, venu à Paris il y a un an d’après le rapport de police et vivant dans la détresse totale entre La Chapelle, Jaurès et Stalingrad comme des centaines d’autres abandonnés dans ces quartiers depuis des années (plus de cinq ans) par les pouvoirs publics.
Ce jeune, face à l’indifférence générale de nos gouvernants et à la violence imposée par des conditions de vie bestiales est devenu lui-même un barbare. Point besoin d’être radicalisé, selon l’expression dorénavant politiquement correcte, pour passer à l’acte : sa situation inhumaine suffit pour comprendre la haine qu’il doit ressentir et qui l’a conduit à passer à l’acte. Face à un tel traitement inhumain et indigne, moi-même dans les conditions de non-vie qui lui sont faites, j’aurais peut-être été envahi par la haine de moi et de l’humain et animé de la volonté de tuer. Sans doute, me direz-vous, j’ai le syndrome de l’otage qui compatit pour son agresseur. (Lire la suite dans le numéro de mars 2018)

Dans le même numéro (mars 2018)

  • Le dossier du mois

    Mobilisation contre la malbouffe à l’école

    Hajer Khader Bizri, Sylvie Chatelin
    Grogne chez les parents d’élèves : la restauration scolaire ne serait pas à la hauteur de la qualité revendiquée. Las d’entendre leurs enfants (...)
  • Simplon

    The Vincent Times, le meilleur journal de collège

    Samuel Cincinnatus
    Le journal du collège Saint-Vincent a été élu meilleur journal de collège de France en 2017. En trois ans d’existence, il a permis aux élèves de (...)
  • La vie du 18e

    Au moins 300 personnes à la rue dans le 18e

    Charline Vergne
    La Nuit de la solidarité a réuni 170 bénévoles et permis d’établir un contact avec près de 300 personnes sans abri dans l’arrondissement. Jeudi 15 (...)
  • Montmartre

    Le Théâtre ouvert en partance vers le 20e ?

    Charline Vergne
    Le Théâtre ouvert, qui soutient depuis bientôt 50 ans la création francophone, doit prochainement fermer ses portes passage Véron. « Personne ne (...)
  • La Chapelle

    Lourd verdict contre le propriétaire voyou

    Brigitte Batonnier
    Le marchand de sommeil de la rue Marx Dormoy a été condamné en appel à deux ans de prison avec sursis et 500 000 € d’amendes.Une sanction sans (...)
  • Les gens

    Messieurs Cinéma

    Brigitte Batonnier
    La famille Roulleau est aux manettes du Studio 28 depuis 70 ans. Alain et son fils Hubert se démènent pour conserver toute son aura à la salle, sans (...)
  • Goutte d’or

    Les paradoxes d’un précurseur du punk

    Stéphane Bardinet
    Le chanteur précurseur du punk français habite la Goutte d’Or depuis les années 1980. Il sort son 13e album et vient d’entamer sa tournée. Dans une (...)

En kiosque, n° 281

avril 2020