Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2018 / Les gens

Messieurs Cinéma

par Brigitte Batonnier

La famille Roulleau est aux manettes du Studio 28 depuis 70 ans. Alain et son fils Hubert se démènent pour conserver toute son aura à la salle, sans pour autant la transformer en musée.

La salle des chefs-d’oeuvre et le chef-d’oeuvre des salles ! » disait Jean Cocteau du Studio 28. Le poète fut le parrain de l’historique cinéma qui a ouvert ses portes le 12 février 1928. Il en a dessiné, réalisé et fait installer les deux magnifiques lustres qui nimbent de magie, aujourd’hui encore, ce temple du 7e art. Un cinéma de proximité, le cinéma du village de Montmartre comme l’appellent Alain Roulleau et son fils Hubert qui exploitent la salle de 170 places, une salle mythique mais pas nostalgique.
Alain est tombé tout petit dans la marmite du cinéma. S’il ne se souvient pas de ses premiers pas devant une caméra, il a pourtant été – à l’âge de 6 mois – le bébé des soupes Jacquemaire dans un spot publicitaire. « À l’époque, on disait « une réclame », précise-t-il. Il garde en revanche le souvenir de ses premiers émois de spectateur au Studio 28, notamment lors de la projection du premier James Bond, même s’il avoue son penchant de l’époque pour les westerns programmés… au Ciné Abbesses, disparu en 1965.
Une famille poitevine
Le père d’Alain, Edgard a repris le Studio 28 en 1948. Alain aime en raconter l’histoire : « C’est Jean-Placide Mauclaire, un passionné des premiers films russes et chinois qui a transformé cette ancienne salle de spectacles en cinéma. Mais en 1930 la projection de L’Âge d’Or de Buñuel fait scandale. » La bataille d’opinions est si rude que la salle est vandalisée lors d’une projection, ce qui oblige Mauclaire à vendre. Elle est reprise en 1932 par Édouard Gross, un amateur de cinéma américain et notamment des premiers Marx Brothers. (Lire la suite dans le numéro de février 2018)


Photo : © Thierry Nectoux

Dans le même numéro (mars 2018)

  • Le dossier du mois

    Mobilisation contre la malbouffe à l’école

    Hajer Khader Bizri, Sylvie Chatelin
    Grogne chez les parents d’élèves : la restauration scolaire ne serait pas à la hauteur de la qualité revendiquée. Las d’entendre leurs enfants (...)
  • Simplon

    The Vincent Times, le meilleur journal de collège

    Samuel Cincinnatus
    Le journal du collège Saint-Vincent a été élu meilleur journal de collège de France en 2017. En trois ans d’existence, il a permis aux élèves de (...)
  • La vie du 18e

    Au moins 300 personnes à la rue dans le 18e

    Charline Vergne
    La Nuit de la solidarité a réuni 170 bénévoles et permis d’établir un contact avec près de 300 personnes sans abri dans l’arrondissement. Jeudi 15 (...)
  • La vie du 18e

    Un homme agressé à Marx Dormoy témoigne

    Bernard Kalaora
    Six personnes ont été agressées au couteau, le 12 février dernier, rue Marx Dormoy. Cinq d’entre elles ont été hospitalisées, sans que leur vie ait été (...)
  • Montmartre

    Le Théâtre ouvert en partance vers le 20e ?

    Charline Vergne
    Le Théâtre ouvert, qui soutient depuis bientôt 50 ans la création francophone, doit prochainement fermer ses portes passage Véron. « Personne ne (...)
  • La Chapelle

    Lourd verdict contre le propriétaire voyou

    Brigitte Batonnier
    Le marchand de sommeil de la rue Marx Dormoy a été condamné en appel à deux ans de prison avec sursis et 500 000 € d’amendes.Une sanction sans (...)
  • Goutte d’or

    Les paradoxes d’un précurseur du punk

    Stéphane Bardinet
    Le chanteur précurseur du punk français habite la Goutte d’Or depuis les années 1980. Il sort son 13e album et vient d’entamer sa tournée. Dans une (...)

n° 282

mai 2020