Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2017 / La vie du 18e

Sauvé grâce au cœur d’un autre : un greffé de Bichat raconte son retour à la vie

par Michel Germain

Opéré par l’équipe du professeur Nataf après un infarctus massif, Georges Serra témoigne de l’excellence des soins et de l’importance du don d’organes.

Plus belle la vie pour Georges Serra : sans un don du cœur, il serait mort. Il a été greffé à l’hôpital Bichat en 2014 par le professeur Nataf. Nous avons rencontré ce sexagénaire, attachant, qui nous a raconté son parcours.
Trois fois par jour, Georges prend son traitement anti-rejet, un geste qu’il n’oubliera jamais car vital pour sa nouvelle vie. « S’y soustraire serait dramatique et mettrait ma vie en danger » lâche sur le ton de l’évidence ce greffé prolixe à l’évocation de son avenir.
Algérois de naissance en 1951, cet homme de 65 ans a frôlé la mort. Arrivé en métropole à l’âge de 11 ans, Georges, marié à une pétillante Italienne du Piémont, réside porte de Saint-Ouen. Un faux air de Jean Reno, l’allure sportive, ouvert, spontané, décontracté, la barbe affirmant une vraie personnalité, le greffé croque la vie à pleines dents et se livre avec une faconde intarissable... (Lire la suite dans le numéro de mars 2017)


Photo : © Tessa Chéry

Dans le même numéro (mars 2017)

En kiosque, n° 273

juillet-aout 2019