Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

février 2021 / La vie du 18e

Lycée Rabelais : saison 4, le retour

par Danielle Fournier

Le « rapatriement » d’une partie des élèves dans le 18e programmé pour le 1er mars aura-t-il lieu ? Cela dépendra de l’issue du bras de fer entre la Ville de Paris et la Région Ile-de-France.

Il y a 1 an le lycée Rabelais était fermé soudainement par la Région, propriétaire des locaux, pour des raisons de vétusté. Des photos édifiantes du bâtiment montraient le péril de travailler dans cet établissement (lire notre numéro 276). Depuis la rentrée de septembre le millier d’élèves de ce lycée a été éparpillé aux quatre coins de Paris et les élèves des sections d’enseignement général – les seules de tout le 18e – ont été répartis dans les lycées Bergson et Jacquard, loin de leur lieu de résidence. Pour les professeurs cela peut notamment aboutir à jongler entre plusieurs lieux d’enseignement. À la fin du premier trimestre une rixe a eu lieu devant le lycée Bergson et un élève de Rabelais, pour l’heure hors de danger, a été grièvement blessé. Élèves et professeurs ont alors pris conscience qu’ils n’étaient pas bienvenus dans ce secteur du 19e arrondissement.

Cela a-t-il poussé les administrations à « relocaliser » ces élèves ? Ce qui est sûr, c’est que comme dans un jeu de dominos, les élèves du collège Utrillo, qui jouxte le lycée Rabelais à la porte de Clignancourt, ont été hébergés dans une école désaffectée de la rue Championnet le temps que leur collège soit reconstruit. Alors que c’est chose faite, les locaux de la rue Championnet se trouvent disponibles. Un bâtiment « merveilleux » qui enthousiasme profs et élèves de Rabelais lors de la visite. Sauf que, dernier coup de théâtre en date, le conseil d’administration extraordinaire du lycée Rabelais, qui devait se tenir fin janvier pour valider la relocalisation a été reporté : les élus de la Ville de Paris sont « en attente d’un engagement écrit de la Région précisant que cette solution d’hébergement temporaire prendra fin au plus tard à la rentrée de septembre ».

Déménager

L’école, propriété de la Ville de Paris, sera investie à la rentrée 2021 par des élèves de maternelle. Alors, l’emménagement sera-t-il possible au 1er mars ? D’autant que « prévoir et réaliser les déménagements n’a jamais été le point fort de la Région » selon un des professeurs. Ses collègues s’inquiètent aussi qu’il n’y ait pas de salles spécifiques pour les enseignements expérimentaux, physique, chimie et SVT. Nul besoin, pour les futurs jeunes élèves, de ces équipements… qui sont indispensables pour les occupants temporaires qui doivent passer leurs épreuves du Bac.

Dernière inquiétude qui vient ternir la joie de revenir dans le 18e : il n’y aura plus l’an prochain de recrutement d’élèves de première année pour l’école d’infirmières et de travail social. Le projet de Rabelais qui « permet à des étudiants moins argentés, moins scolaires, de poursuivre des études se trouve donc amputé » de sa spécificité. Quant à reconstituer une communauté éducative que les déménagements ainsi que la crise sanitaire ont mise à mal ? « Ce sera l’objet de la saison 2 », dit un enseignant qui ne manque pas d’humour et avoue passer « du rire au larmes » dans cette situation ubuesque.

Illustration : Paul Dehedin

Dans le même numéro (février 2021)

  • Le dossier du mois

    Sorties de crise incertaines

    Annie Katz, Danielle Fournier, Mehdi Bouttier
    C'est peu dire que la crise sanitaire n'a pas placé ce début d'année sous les meilleurs auspices ! Souffrance des étudiants précarisés et isolés, difficultés de la vaccination malgré l'engagement de tous les acteurs de santé. Pourtant un peu d'humour, grâce au regard acéré d'un artiste en herbe, à propos des gestes-barrières.
  • La vie du 18e

    La place du village se réinvente en ligne [Article complet]

    Florianne Finet
    Le confinement a donné un nouvel élan au groupe d’entraide entre voisins du 18e sur Facebook, qui compte désormais près de 12 000 membres.
  • La vie du 18e

    Des écoliers à la rencontre de l’art contemporain

    Dominique Boutel
    Dans le cadre du programme Une œuvre à l’école, le Fonds d’art contemporain-Paris Collection prête des œuvres aux établissements scolaires. Cette cohabitation n’est-elle pas la meilleure façon de sensibiliser les jeunes esprits à la création ?
  • Sorties de crise incertaines

    Etudiants, l’année de tous les risques

    Mehdi Bouttier
    Entre fermeture des universités, cours à distance, isolement, augmentation de la précarité, troubles psychologiques, les étudiants souffrent des mesures prises pour contrer la pandémie. Dans le 18e arrondissement, l’atmosphère est particulièrement tendue.
  • Sorties de crise incertaines

    Vaccins : ni les flacons, ni l’ivresse

    Annie Katz
    Tous les acteurs de santé et leurs partenaires sont mobilisés pour accueillir les personnes souhaitant se faire vacciner contre le coronavirus. Il ne manque plus que les doses adéquates.
  • Sorties de crise incertaines

    Obtenir un rendez-vous : le parcours du combattant

    Marie-Odile Fargier
    Centres d’appel surchargés, liens Internet activés tardivement et surtout manque de doses : il faut être aussi chanceux qu’obstiné pour décrocher un rendez-vous à Paris.
  • Grandes carrières

    Une entreprise bien culottée

    Dominique Boutel
    « Osez être culottée », « Il est temps de changer les règles », telle est la communication d’une petite entreprise bien implantée depuis deux ans dans l’arrondissement et qui a le souci de préserver la santé aussi bien que la nature.
  • Montmartre

    Le vidéo-club de la Butte : un vrai cinéma de quartier

    Monique Loubeski
    Un vidéo-club est-il un commerce essentiel ? Les riverains de la rue Caulaincourt ont répondu un grand OUI à cette question. En créant et alimentant une cagnotte en ligne, ils ont permis à ce petit bout de Paris malmené par la crise de ne pas sombrer.
  • Simplon

    Feu vert pâle du Conseil de Paris à un projet controversé

    Dominique Gaucher
    Le réaménagement du centre de remisage et de maintenance des bus de la RATP, certes nécessaire pour accueillir dès 2025 des véhicules propres, est aussi l’occasion de bâtir au-dessus d’une dalle de recouvrement jusqu’à neuf étages de logements sociaux, résidence en coliving, commerces, etc.
  • Histoire

    Les demoiselles du téléphone du central Marcadet

    Annick Amar
    Avant l’automatisation définitive du réseau français, des centraux téléphoniques hébergeaient de nombreux employés. Ce personnel qualifié était essentiellement constitué des « demoiselles du téléphone », jeunes filles célibataires corvéables à merci.
  • Les Gens

    « On est là pour le frisson »

    Dominique Boutel
    Implantés dans le quartier de la Goutte d’Or depuis plus de trente ans, Patrick et Louise Marty donnent le goût de la musique et du spectacle vivant en mettant le plaisir en première ligne.

n° 295

juillet-août 2021