Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

février 2021 / Sorties de crise incertaines

Etudiants, l’année de tous les risques

par Mehdi Bouttier

Entre fermeture des universités, cours à distance, isolement, augmentation de la précarité, troubles psychologiques, les étudiants souffrent des mesures prises pour contrer la pandémie. Dans le 18e arrondissement, l’atmosphère est particulièrement tendue.

Depuis de nombreux mois, le secteur de l’enseignement supérieur subit de plein fouet les conséquences de la Covid-19. Une situation qui touche les différentes unités présentes dans le 18e. Du centre Clignancourt de l’université Paris-Sorbonne à l’IUT Paris Diderot en passant par le CFA Stephenson, toutes ces structures tentent de s’adapter.

A la fac, tous les maux réunis

Le centre Clignancourt qui accueille près de 6 000 étudiants de première à troisième année de licence en sciences humaines (histoire, philosophie, sociologie, géographie) est fermé depuis octobre 2020. A la place, des cours à distance ont été mis en place avec une réussite très inégale. « J’ai des profs qui nous envoient les cours par mail et d’autres qui ont du mal à travailler avec les plateformes numériques », témoigne Quentin, 21 ans, étudiant en deuxième année d’histoire au centre Clignancourt. « L’adaptation des profs par rapport à la situation est très aléatoire. Même si je ne peux pas leur en vouloir, cela nous affecte directement. »

Martin, étudiant en master de mathématiques à Jussieu et résidant à Marcadet-Poissonniers, avait anticipé les difficultés. « Au moment de la rentrée universitaire, je me suis inscrit administrativement pour suivre directement les cours à distance, ce qui me permet d’avoir accès à plus de contenus que les seuls cours en visioconférence. » Malgré sa bonne volonté, il reconnaît la difficulté de suivre des cours à distance. « Même si notre génération passe beaucoup de temps sur les écrans, c’est compliqué d’être concentré sur des cours qui peuvent dépasser trois heures. » Ce constat touche la majorité du corps étudiant, plongé dans une profonde lassitude comme le constate Quentin : « On n’a plus du tout envie. »

Les syndicats étudiants dénoncent une situation qui perdure et qui ne trouve pas de solutions depuis des mois. Adrien Lienard, responsable des questions sociales à l’UNEF, pointe la responsabilité du gouvernement, qui « préfère la com aux réponses concrètes ». Le 20 janvier, à l’appel de plusieurs syndicats, l’UNEF en tête, Adrien et ses camarades ont organisé une manifestation à Paris, en direction du ministère de l’Enseignement supérieur pour défendre leurs droits. La résidente du 1 rue Descartes, Frédérique Vidal, était particulièrement visée dans le cortège. L’une des revendications phares des manifestants était un retour en présentiel.

Un retour en présentiel au cas par cas

Cette demande a été entendue par le président de la République puisque Emmanuel Macron a décrété un retour des cours à l’université un jour par semaine à compter du 25 janvier à condition de respecter un protocole strict contre la Covid-19. Si cette annonce a été accueillie positivement, dans les faits son application reste floue. Au centre Clignancourt, les partiels du premier semestre se sont achevés mi-janvier et le début du second a été décalé au 1er février. La reprise des cours en physique ne semble pas à l’ordre du jour. Le personnel n’a pas reçu de directives particulières liées à l’annonce présidentielle.

Comparé au marasme universitaire, le CFA Stephenson s’est adapté différemment. Cet établissement accompagne 1 200 jeunes de tous horizons dans des parcours professionnels en alternance. On y trouve aussi bien des aspirants bacheliers que des étudiants en BTS hôtellerie/tourisme et licence pro commerce. L’établissement a ajusté ses formations aux cours à distance avec un suivi renforcé. Ainsi, des aides numériques et un accompagnement pédagogique ont permis aux élèves de suivre leur formation sans trop de difficulté. Toujours dans cette démarche, le CFA Stéphenson a mené une enquête afin de savoir comment ses jeunes avaient vécu le premier confinement. Il en serait ressorti une appréhension positive du suivi des cours à distance.

Le centre de formation a aussi rouvert ses locaux progressivement à destination des plus précaires numériquement. Dès la rentrée de septembre, les jeunes apprentis et aspirants bacheliers ont pu reprendre les cours au moins une fois par semaine au 48 rue Stephenson.

La vie étudiante au point mort

Au-delà des difficultés à étudier dans des conditions normales, c’est toute la vie étudiante qui est bouleversée. Billy, 22 ans et qui habite à Château-Rouge, étudie l’informatique à l’ISET (Montparnasse). Habituellement, son rythme de vie alterne entre deux jours de cours à son école et trois jours en alternance dans une entreprise. « On est passé d’une routine, cours, travail, sortir pour voir des amis, aller au resto, à rester enfermé chez soi, c’est tout un mode de vie qui est bouleversé. » Billy a pu garder l’alternance avec son entreprise, mais n’a pas remis les pieds dans son école, fermée depuis la rentrée en septembre. D’une part, les problèmes de communication au sein de son établissement l’ont isolé, d’autre part, cela porte un coup à sa motivation. « Je ne connais personne dans ma classe, chacun est de son côté à suivre ses cours en visio. Ça me met dans une mauvaise phase. »

Ce changement radical a plongé de nombreux étudiants dans une grande détresse. Quentin a éprouvé le besoin d’aller voir un psychologue à la fin du premier semestre 2020. Il explique : « Cette routine ne me plaît pas, car les journées, les semaines se ressemblent. J’ai préféré voir un psy par prévention, ne pas attendre le dernier moment, avec une crise ou une dépression. »

Pour l’UNEF, le malaise est dû « à la fermeture des universités et aux conditions précaires des étudiants ». Le rapport annuel des services à la vie étudiante a révélé une augmentation de 3,69 % de la précarité. « C’est une augmentation 18 fois plus importante par rapport au reste de la population », explique Adrien Lienard. Pour répondre à cette détresse, le gouvernement a annoncé la mise en place d’un « chèque santé mentale », et une augmentation du nombre de psychologues. Des réponses qui ne satisfont pas l’UNEF. « On passe d’un psychologue pour 30 000 étudiants à une pour 15 000, donc c’est pas une avancée énorme. » Ce qu’il dénonce surtout c’est une infantilisation des étudiants et des réponses partielles. « La ministre ne nous écoute pas, ne répond pas à nos revendications, elle nous méprise. Et rejette l’appellation “génération sacrifiée”, mais dans les faits, on l’est », conclut Adrien Lienard. Une situation qui pourrait s’améliorer avec la réouverture des établissements. Car, comme l’explique Martin « retourner en cours permettrait à beaucoup d’étudiants de retrouver une stabilité ».

illustration : Olga Blomme

Dans le même numéro (février 2021)

  • Le dossier du mois

    Sorties de crise incertaines

    Annie Katz, Danielle Fournier, Mehdi Bouttier
    C'est peu dire que la crise sanitaire n'a pas placé ce début d'année sous les meilleurs auspices ! Souffrance des étudiants précarisés et isolés, difficultés de la vaccination malgré l'engagement de tous les acteurs de santé. Pourtant un peu d'humour, grâce au regard acéré d'un artiste en herbe, à propos des gestes-barrières.
  • La vie du 18e

    La place du village se réinvente en ligne [Article complet]

    Florianne Finet
    Le confinement a donné un nouvel élan au groupe d’entraide entre voisins du 18e sur Facebook, qui compte désormais près de 12 000 membres.
  • La vie du 18e

    Des écoliers à la rencontre de l’art contemporain

    Dominique Boutel
    Dans le cadre du programme Une œuvre à l’école, le Fonds d’art contemporain-Paris Collection prête des œuvres aux établissements scolaires. Cette cohabitation n’est-elle pas la meilleure façon de sensibiliser les jeunes esprits à la création ?
  • La vie du 18e

    Lycée Rabelais : saison 4, le retour

    Danielle Fournier
    Le « rapatriement » d’une partie des élèves dans le 18e programmé pour le 1er mars aura-t-il lieu ? Cela dépendra de l’issue du bras de fer entre la Ville de Paris et la Région Ile-de-France.
  • Sorties de crise incertaines

    Vaccins : ni les flacons, ni l’ivresse

    Annie Katz
    Tous les acteurs de santé et leurs partenaires sont mobilisés pour accueillir les personnes souhaitant se faire vacciner contre le coronavirus. Il ne manque plus que les doses adéquates.
  • Sorties de crise incertaines

    Obtenir un rendez-vous : le parcours du combattant

    Marie-Odile Fargier
    Centres d’appel surchargés, liens Internet activés tardivement et surtout manque de doses : il faut être aussi chanceux qu’obstiné pour décrocher un rendez-vous à Paris.
  • Grandes carrières

    Une entreprise bien culottée

    Dominique Boutel
    « Osez être culottée », « Il est temps de changer les règles », telle est la communication d’une petite entreprise bien implantée depuis deux ans dans l’arrondissement et qui a le souci de préserver la santé aussi bien que la nature.
  • Montmartre

    Le vidéo-club de la Butte : un vrai cinéma de quartier

    Monique Loubeski
    Un vidéo-club est-il un commerce essentiel ? Les riverains de la rue Caulaincourt ont répondu un grand OUI à cette question. En créant et alimentant une cagnotte en ligne, ils ont permis à ce petit bout de Paris malmené par la crise de ne pas sombrer.
  • Simplon

    Feu vert pâle du Conseil de Paris à un projet controversé

    Dominique Gaucher
    Le réaménagement du centre de remisage et de maintenance des bus de la RATP, certes nécessaire pour accueillir dès 2025 des véhicules propres, est aussi l’occasion de bâtir au-dessus d’une dalle de recouvrement jusqu’à neuf étages de logements sociaux, résidence en coliving, commerces, etc.
  • Histoire

    Les demoiselles du téléphone du central Marcadet

    Annick Amar
    Avant l’automatisation définitive du réseau français, des centraux téléphoniques hébergeaient de nombreux employés. Ce personnel qualifié était essentiellement constitué des « demoiselles du téléphone », jeunes filles célibataires corvéables à merci.
  • Les Gens

    « On est là pour le frisson »

    Dominique Boutel
    Implantés dans le quartier de la Goutte d’Or depuis plus de trente ans, Patrick et Louise Marty donnent le goût de la musique et du spectacle vivant en mettant le plaisir en première ligne.

n° 296

septembre 2021