Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2021 / La vie du 18e

C’est l’électrique qui flambe

par Florianne Finet

L’utilisation croissante des vélos à moteur s’est traduite par de nombreuses pannes et une forte hausse des dépenses de maintenance. La Mairie envisage un ajustement des tarifs.

L’engouement des Parisiens et des banlieusards pour les vélos électriques en libre-service installés en 2018, ne semble pas avoir été anticipé par le prestataire, Smovengo. Résultat, de nombreuses machines en mauvais état voire inutilisables dans les stations et une explosion des coûts d’exploitation. Près de 1 000 vélos au total sont réparés tous les jours dans les ateliers.

Après d’âpres négociations, la Mairie de Paris et les 55 autres communes franciliennes adhérentes au syndicat Autolib’-Vélib’ métropole ont accepté de verser jusqu’à six millions d’euros supplémentaires par an au prestataire. Une rallonge qui servira à acheter de nouveaux vélos électriques – pour atteindre 40 % du total des Vélib’ - et améliorer la qualité de la flotte. En revanche, le devenir des batteries en fin de vie n’a pas été mentionné.

Manque de transparence

Smovengo s’est aussi engagé à améliorer l’information sur les vélos disponibles en station et à faciliter le signalement des deux-roues défectueux. Il devrait être possible à l’avenir d’attacher sa monture à côté d’une station si celle-ci est pleine, comme lorsque JCDecaux gérait ce service. Un temps évoquée, l’introduction de publicité sur les vélos et les stations a été rejetée.

Bien qu’il s’agisse d’un service public, financé par l’impôt, difficile de connaître le contenu exact de l’avenant au marché public signé mi-février par la Mairie. Le nombre et le type de pannes recensées restent par exemple confidentiels. Dans l’opposition, on ne manque pas de dénoncer le manque de transparence de la municipalité. Le conseiller de Paris, élu du 18e, Pierre-Yves Bournazel (Groupe indépendants et progressistes) a récemment demandé le lancement d’un audit pour connaître la situation financière exacte du prestataire.

De son côté, l’association d’usagers Paris en selle regrette la faible prise en compte de l’avis des 420 000 abonnés au service. « Aucune réunion avec les associations et l’opérateur n’a eu lieu depuis un an et demi et le comité usagers vient tout juste d’être relancé. Pourtant, travailler collectivement sur les moyens d’améliorer le service bénéficierait à tous », assure Camille Hanuise, directrice de Paris en selle. Elle ne souhaite d’ailleurs pas accabler Smovengo, insistant sur le caractère inédit du déploiement d’un grand nombre de vélos électriques en location sur un grand territoire : « Ils ont essuyé les plâtres. »

Modulation des tarifs

Parallèlement, pour inciter les cyclistes à privilégier les VAE sur de longs trajets, entre Paris et la banlieue notamment, au lieu de s’en servir pour parcourir un ou deux kilomètres, la Mairie de Paris souhaite revoir certains tarifs. « Cela ne se traduira pas forcément par une hausse des prix mais par une modulation selon la distance parcourue », prévient Antoine Dupont, l’adjoint au maire du 18e chargé des mobilités. Paris en selle n’est pas opposé à une augmentation des tarifs, actuellement très bas, si cela permet d’améliorer la qualité. Il suffit de débourser 2 € pour se laisser (quasiment) porter pendant trente minutes et l’abonnement électrique dépasse à peine les 8 € par mois. L’association propose aussi de créer un nouveau tarif destiné aux trajets longs – une heure – qui sont amenés à se multiplier avec l’implantation de nouvelles stations en dehors de la capitale. « Nous aimerions retrouver les minutes bonus pour les utilisateurs qui font l’effort de déposer leur deux-roues en haut d’une côte, sur la butte Montmartre par exemple », ajoute Camille Hanuise. « C’est un bon moyen de mieux répartir les vélos dans tout l’arrondissement et d’améliorer le quotidien des usagers. » •

Photo : Thierry Nectoux

Dans le même numéro (avril 2021)

  • Le dossier du mois

    Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

    Brigitte Batonnier, Dominique Gaucher, Sophie Roux
    Que ce soit pour sauver un bâtiment historique de la démolition, lutter contre la surdensification de l'habitat, proposer le réaménagement d'une rue pour donner plus de place aux piétons, au végétal et au lien social, ou encore préserver les abords d'une église classée, des riverains se concertent, montent des dossiers, proposent des projets afin de sauver des trésors du 18e et proposer des cadres de vie citoyens et responsables.
  • Le printemps de la commune

    Balades comme si on y était [Article complet]

    Dominique Boutel
    Arpenter les lieux où se sont déroulés les évènements majeurs de la Commune, découvrir les traces encore existantes de ce passé révolutionnaire, y associer musiques d’hier et d’aujourd’hui, tel est le projet de podcast « baladeur » qu’ont imaginé Manola Bouley et Timothée Peignier, deux jeunes Parisiens, passionnés d’art, d’histoire et de sons.
  • Le printemps de la commune

    Images et Imaginaires

    Danielle Fournier
    Cet article est le second d’une série de trois consacrés à cet événement historique que fut la Commune de Paris. Beaucoup d’idées nouvelles ont été lancées, débattues, mais comment les informations circulaient-elles ? Quelle part ont pris les nouveaux moyens de diffusion, la photographie entre autres, et comment ont-ils façonné, dès 1871, et pour des décennies, l’imaginaire collectif ?
  • Le printemps de la commune

    Un 18 mars à huis clos

    Sandra Mignot
    L’évènement inaugurant les célébrations de la Commune de Paris s’est tenu dans le square Louise-Michel… à l’abri du public.
  • Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

    Projet Boris Vian : le permis de construire est suspendu

    Sophie Roux
    Le chantier avait commencé sur l’ilot situé entre les rues Polonceau et de la Goutte d’Or.
  • Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

    Rue Letort : un collectif redessine son artère

    Dominique Gaucher
    Près de la porte de Clignancourt, un collectif constitué à l’occasion du premier confinement, a élaboré un projet pour rendre sa rue plus verte et plus conviviale.
  • Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

    46 rue des trois frères : Vent debout contre la densification de Montmartre

    Brigitte Batonnier
    Démolition, surdensification, béton matricé, aluminium. Soit tout le contraire de ce que l’on pouvait espérer de la sauvegarde d’un immeuble de deux étages dans le style montmartrois.
  • Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

    10 bis rue Muller : Cyclope sacrifié sur l’autel de l’immobilier

    Brigitte Batonnier
    Dans la cour, les jeux sont interdits, mais rien n’empêche d’y jouer à construire un immeuble de cinq appartements. Au mépris de l’architecture de la Butte et de la fragilité de ses sous-sols.
  • La vie du 18e

    Tests salivaires, à quoi ça sert ?

    Danielle Fournier
    Les tests salivaires sont arrivés dans les écoles, enfin dans quelques-unes d’entre-elles. La manière dont l’outil – présenté comme le moyen de maintenir les établissements ouverts – est utilisé pose nombre de questions.
  • La vie du 18e

    Les cantines remettent le couvert

    Florianne Finet
    Quatre ateliers associant des habitants préparent le retour en gestion directe des cantines. Le contrat avec la Sogeres, prestataire privé, se termine en 2023.
  • La vie du 18e

    Mal-logés en colère

    Unt’ Margaria
    Logements insalubres, petits, les confinements successifs ont aggravé les conditions de vie des mal-logés et la situation ne va pas s’arranger de sitôt.
  • Clignancourt

    Comme sur le zinc, à la maison

    Stéphane Bardinet
    Pour survivre, Antoine Valo Berthon, barman dans le 18e, s’est lancé dans la livraison de cocktails maison.
  • Montmartre

    Ça ne coule pas de source

    Samuel Cincinnatus
    C’est un petit miracle quotidien dont nous ne pourrions plus nous passer, on tourne un robinet et l’eau coule dans nos éviers et dans nos douches.
  • Les gens

    Jean-Claude Casadesus, montmartrois d’origine

    Dominique Boutel
    Sans être un « poulbot », un enfant des rues, il a pourtant joué avec eux et a grandi au cœur de Montmartre, qu’il n’a jamais quitté longtemps.

n° 295

juillet-août 2021