Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2021 / Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

46 rue des trois frères : Vent debout contre la densification de Montmartre

par Brigitte Batonnier

Démolition, surdensification, béton matricé, aluminium. Soit tout le contraire de ce que l’on pouvait espérer de la sauvegarde d’un immeuble de deux étages dans le style montmartrois.

« Réhabilitation et non démolition  », tel est le credo du collectif créé il y bientôt deux ans pour la sauvegarde de l’immeuble du 46 rue des Trois-Frères (lire notre numéro 277). « On nous écoute, mais on ne nous entend pas », déplore Clotilde Dusoulier, demeurant rue Berthe depuis vingt ans. « Nous, c’est le collectif d’une trentaine de riverains soucieux de protéger le patrimoine montmartrois, précise-t-elle. On, ce sont les élus chargés de l’urbanisme au niveau parisien, comme du 18e. »

C’est en juillet 2019 que le permis de construire au bénéfice de la Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP) est affiché. Il prévoit la démolition d’un petit immeuble de deux étages pour construire un ouvrage de cinq étages qui abritera sept logements sociaux. Le projet prévoit une emprise sur la moitié de la cour comprenant la pose d’un escalier métallique, seul moyen d’accès aux étages ! Clotilde Dusoulier et son époux ont formé un recours contentieux contre ce projet qui a été rejeté en décembre dernier par le tribunal administratif. « Ce que l’on ne comprend pas, reprend Clotilde Dusoulier, c’est que le rapporteur public a repris point par point les arguments de la Ville. Or nos arguments à nous sont en conformité tant avec le plan climat parisien voté en 2018 qu’avec le plan local d’urbanisme (PLU) bientôt révisé. » » Le projet en effet entraînerait une « surdensification » de l’habitat et une augmentation de la surface du bâti au sol contraires au PLU à venir.

Incohérence avec l’architecture de la rue

Quant au plan climat, il dispose que chaque chantier doit « favoriser l’usage des matériaux aux cycles de vie les moins émissifs en carbone tels que le bois produit à proximité du territoire » ; or en l’espèce, la construction serait presque exclusivement faite de béton préfabriqué matricé et d’aluminium. Enfin, selon le collectif toujours, le nouvel immeuble dénaturerait la cohérence architecturale de la rue, en totale rupture avec le style montmartrois, alors même que la Ville projette de faire inscrire Montmartre au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le conseil d’arrondissement du 1er mars a adopté un contre-vœu visant à ce que la RIVP privilégie les matériaux biosourcés et intègre des éléments d’ossature en bois en façade, alors que le vœu initial visait la remise à plat de l’ensemble du projet. Quant au vœu, déposé devant le Conseil de Paris le 11 mars, relatif aux projets de densification dans le 18e et demandant la suspension des permis du 46 rue des Trois-Frères – ainsi que celui du 10 rue Muller – il a, en ce qui concerne le 46 été rejeté par 42 voix contre 31. Le collectif ne se déclare pas battu. Il soutient le couple Dusoulier qui fait appel devant le Conseil d’Etat. Il relance la pétition1 qui a déjà recueilli plus de 6 000 signatures et relaie sur sa page Twitter sa mobilisation toujours intacte.

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (avril 2021)

  • Le dossier du mois

    Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

    Brigitte Batonnier, Dominique Gaucher, Sophie Roux
    Que ce soit pour sauver un bâtiment historique de la démolition, lutter contre la surdensification de l'habitat, proposer le réaménagement d'une rue pour donner plus de place aux piétons, au végétal et au lien social, ou encore préserver les abords d'une église classée, des riverains se concertent, montent des dossiers, proposent des projets afin de sauver des trésors du 18e et proposer des cadres de vie citoyens et responsables.
  • Le printemps de la commune

    Balades comme si on y était [Article complet]

    Dominique Boutel
    Arpenter les lieux où se sont déroulés les évènements majeurs de la Commune, découvrir les traces encore existantes de ce passé révolutionnaire, y associer musiques d’hier et d’aujourd’hui, tel est le projet de podcast « baladeur » qu’ont imaginé Manola Bouley et Timothée Peignier, deux jeunes Parisiens, passionnés d’art, d’histoire et de sons.
  • Le printemps de la commune

    Images et Imaginaires

    Danielle Fournier
    Cet article est le second d’une série de trois consacrés à cet événement historique que fut la Commune de Paris. Beaucoup d’idées nouvelles ont été lancées, débattues, mais comment les informations circulaient-elles ? Quelle part ont pris les nouveaux moyens de diffusion, la photographie entre autres, et comment ont-ils façonné, dès 1871, et pour des décennies, l’imaginaire collectif ?
  • Le printemps de la commune

    Un 18 mars à huis clos

    Sandra Mignot
    L’évènement inaugurant les célébrations de la Commune de Paris s’est tenu dans le square Louise-Michel… à l’abri du public.
  • Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

    Projet Boris Vian : le permis de construire est suspendu

    Sophie Roux
    Le chantier avait commencé sur l’ilot situé entre les rues Polonceau et de la Goutte d’Or.
  • Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

    Rue Letort : un collectif redessine son artère

    Dominique Gaucher
    Près de la porte de Clignancourt, un collectif constitué à l’occasion du premier confinement, a élaboré un projet pour rendre sa rue plus verte et plus conviviale.
  • Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

    10 bis rue Muller : Cyclope sacrifié sur l’autel de l’immobilier

    Brigitte Batonnier
    Dans la cour, les jeux sont interdits, mais rien n’empêche d’y jouer à construire un immeuble de cinq appartements. Au mépris de l’architecture de la Butte et de la fragilité de ses sous-sols.
  • La vie du 18e

    C’est l’électrique qui flambe

    Florianne Finet
    L’utilisation croissante des vélos à moteur s’est traduite par de nombreuses pannes et une forte hausse des dépenses de maintenance. La Mairie envisage un ajustement des tarifs.
  • La vie du 18e

    Tests salivaires, à quoi ça sert ?

    Danielle Fournier
    Les tests salivaires sont arrivés dans les écoles, enfin dans quelques-unes d’entre-elles. La manière dont l’outil – présenté comme le moyen de maintenir les établissements ouverts – est utilisé pose nombre de questions.
  • La vie du 18e

    Les cantines remettent le couvert

    Florianne Finet
    Quatre ateliers associant des habitants préparent le retour en gestion directe des cantines. Le contrat avec la Sogeres, prestataire privé, se termine en 2023.
  • La vie du 18e

    Mal-logés en colère

    Unt’ Margaria
    Logements insalubres, petits, les confinements successifs ont aggravé les conditions de vie des mal-logés et la situation ne va pas s’arranger de sitôt.
  • Clignancourt

    Comme sur le zinc, à la maison

    Stéphane Bardinet
    Pour survivre, Antoine Valo Berthon, barman dans le 18e, s’est lancé dans la livraison de cocktails maison.
  • Montmartre

    Ça ne coule pas de source

    Samuel Cincinnatus
    C’est un petit miracle quotidien dont nous ne pourrions plus nous passer, on tourne un robinet et l’eau coule dans nos éviers et dans nos douches.
  • Les gens

    Jean-Claude Casadesus, montmartrois d’origine

    Dominique Boutel
    Sans être un « poulbot », un enfant des rues, il a pourtant joué avec eux et a grandi au cœur de Montmartre, qu’il n’a jamais quitté longtemps.

n° 295

juillet-août 2021