Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

novembre 2020 / La vie du 18e

Les petites épiceries de quartier en détresse

par Stéphane Bardinet

Ouvertes souvent sept jours sur sept, jusque parfois très tard dans la nuit, les supérettes sont fortement impactées par le couvre-feu. C’est le cas d’Au 36 rue Doudeauville et de CocciMarket rue Caulaincourt. Leurs dirigeants décrivent la situation et leurs inquiétudes.

« Le couvre-feu pour nous, c’est une chute de 80 % de notre chiffre d’affaires, si ça continue comme ça je mets la clé sous la porte dans trois mois ». Adel Msadak plante le décor : les épiceries de quartier sont en grand péril. Avec la fermeture à 21 h, elles sont privées de leurs meilleures heures, quand les plus grandes enseignes ont baissé le rideau depuis longtemps. Pour ces petits établissements où on compte rarement ses heures et souvent pour des salaires faibles, les conséquences sociales pourraient être désastreuses.

Jamel est salarié d’Au 36. Habitant du quartier depuis toujours, il connaît bien tous les clients, « quasiment tous des habitants proches ». Demain, il sera en chômage partiel. « Je commence habituellement à 20 h et termine à 1 h 30, voire 2 h les vendredis et samedis. Avec le couvre-feu, mon service saute », explique-t-il. Car si l’épicerie n’avait pas trop souffert du confinement, les conséquences du couvre-feu elles, sont immédiates. « Nous vendons d’habitude des fruits et légumes frais, les ventes se sont effondrées, et pour le reste, nous allions chez les grossistes tous les deux jours, maintenant, c’est une fois dans la semaine. Et c’est pareil pour les autres épiceries du quartier. »

Toute une année impactée

Lahcen dirige le CocciMarket à l’intersection des rues Lamarck et Caulaincourt. Des cinq salariés avant la crise, il n’en reste que deux et Lahcen de rappeler l’évolution depuis le confinement : « Les mois de mars et avril ont été les pires depuis mon installation il y a plus de vingt ans. Le quartier a été déserté, beaucoup de gens sont partis dans leur famille ou leur résidence secondaire et ça a recommencé en juin, juillet et août alors que le printemps et l’été sont habituellement nos meilleurs mois. Maintenant avec le couvre-feu, on est à -30 %, si ça continue, je vais devoir mettre les deux derniers salariés en chômage partiel. Mais pour l’instant, j’ai encore un peu de trésorerie, on se maintient. »

L’établissement fait face à une baisse du panier moyen et aux conséquences du couvre-feu. « Tout est chamboulé pour nous, par exemple pour les commandes à notre centrale, un camion ne se déplace que pour 100 produits minimum, j’ai demandé à ce que le seuil baisse à 80 malgré les coûts fixes que représente le transport, précise Lahcen. Et puis les gens affluent à 20 h 30 ce qui a failli nous poser problème : le premier soir nous avons fermé à 21 h 05, la police est passée pour nous menacer de quinze jours de fermeture administrative à la prochaine infraction, depuis à 20 h 58, le rideau est baissé. »

Aujourd’hui, l’activité se poursuit tant bien que mal, les clients âgés ou malades sont encore livrés à domicile, comme pendant le confinement, et les mesures sanitaires et de désinfection sont respectées à la lettre. Mais pour Lahcen, amoureux du quartier, le plus dur reste l’ambiance générale : « C’est dur de voir tous les gens qui souffrent, ceux qui ont perdu leur travail et de sentir tout le monde inquiet. » •

Dans le même numéro (novembre 2020)

  • Alimentation : les invendus cassent les prix

    Un spécialiste du déstockage à La Chapelle

    Stéphane Bardinet
    Un nouveau commerce propose à petit prix des produits en voie de péremption mais encore consommables. De quoi aider les consommateurs à maîtriser leur budget alimentaire.
  • Alimentation : les invendus cassent les prix

    Des applis anti-gaspi pour faire ses courses

    Stéphane Bardinet
    Les nouvelles technologies au service de la lutte contre le gaspillage alimentaire.
  • Alimentation : les invendus cassent les prix

    Un bonus pour aider les associations

    Stéphane Bardinet
    L’équivalent de 30 repas donnés par semaine
  • Le dossier du mois

    Alimentation : les invendus cassent les prix

    Stéphane Bardinet
    Dans le contexte de crise économique née de la Covid et après la Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire, Le 18e du mois fait le tour des initiatives qui permettent de récupérer à prix cassés des produits auparavant promis à la benne.
  • La vie du 18e

    Aide à domicile : de l’attention au quotidien

    Noël Bouttier
    Afin de pouvoir continuer à vivre à leur domicile, de nombreuses personnes âgées ont recours à une auxiliaire de vie. Reportage sur les pas d’Houria, avec Anne-Marie, Jacqueline et Jeannine.
  • La vie du 18e

    Après le plu, le beau temps ?

    Dominique Gaucher
    Le prochain PLU sera participatif… Enfin, en théorie. Une conférence citoyenne a été organisée en octobre pour recueillir les propositions d’une centaine de Parisiens sur ce sujet éminemment technique. Une démarche qui soulève quelques interrogations.
  • La vie du 18e

    L’arrivée de la marche des sans-papiers

    Sandra Mignot
    La marche des sans-papiers est entrée dans Paris le 17 octobre.
  • Montmartre

    Plein « fard » sur Madame Arthur

    Dominique Dugay
    Samedi 10 octobre 18 h 30. Au 75 rue des Martyrs une entrée sombre, nous sommes chez Madame Arthur. Je rentre, deux artistes sont sur la scène en répétition, l’un au piano l’autre qui chante. Je me présente, Dominique photographe du journal Le 18e du mois, d’une voix sûre mais un peu intimidé je leur demande si je peux photographier la répétition et les artistes dans les loges, même si j'avais pris rendez-vous au préalable. Un oui général. Il n’y a pas de doute nous sommes dans une maison conviviale.
  • Histoire

    Quand le jazz était là [Article complet]

    Ivan Amar
    Né dans le sud des Etats-Unis, le jazz débarque en France avec les orchestres militaires américains, en 1917. Fuyant la ségrégation, des artistes noirs s’installent et font découvrir des rythmes excitants et des danses inconnues. Des clubs s’installent à Paris, notamment entre Pigalle et Montmartre. Voyage à travers leur histoire.
  • Les Gens

    Alice, femme d’action(s)

    Dominique Boutel
    Montmartroise depuis toujours, socialement engagée et culturellement investie, Alice Bséréni est l’une des âmes du quartier.

n° 297

octobre 2021