Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

février 2016 / Le dossier du mois

L’exercice de l’État (d’urgence) dans le 18e

par Mathieu Neu

Alors que la possible prorogation de l’état d’urgence défraye la chronique, les pleins pouvoirs donnés à la police prennent dans le 18e arrondissement des formes très concrètes, générant l’inquiétude. Retour sur les conséquences d’un virage sécuritaire pris à toute allure.

Dans la cage d’escalier du 29 rue Affre, la quiétude a repris ses droits. Désor­mais, seul le râle lointain de la vie urbaine s’invite dans les lieux. Mais à tous les étages, les habitants se souviennent comme d’hier des événements du 25 novembre 2015 et de leur lot d’angoisses. « Les parties communes ont vite été prises d’assaut par des policiers en nombre, équipés pour une intervention musclée. Nous avons d’abord cru à une opération d’envergure, de type Saint-Denis, contre des terroristes retranchés dans un appartement », confie un voisin. Il n’en était rien. Aucun assaillant, aucune menace. Pourtant, l’état d’urgence a frappé fort ce jour-là, et Albert Diabaté (1), résident de l’immeuble, en a lourdement fait les frais.
À l’origine de l’affaire, une interpellation dans la rue pour une banale affaire de stupéfiants. Rien d’extraordinaire dans le quartier. Mais rapidement, la méthode employée étonne. L’individu est plaqué au sol, violemment malmené par plusieurs policiers. Attiré par des bruits extérieurs inhabituels, Albert Diabaté se rend à sa fenêtre et somme les agents de modérer leurs gestes. « C’était excessif. Ils s’acharnaient physiquement sur lui alors qu’il était déjà maîtrisé depuis un moment », explique-t-il. Par un vocabulaire fleuri, les policiers font comprendre au riverain que l’affaire ne le regarde pas. Le ton monte et les forces de l’ordre décident de s’inviter chez le jeune homme pour lui signifier plus clairement qu’ils mènent leurs interventions comme ils l’entendent... (La suite dans le numéro de février 2016)

1. Le nom a été modifié.


Photo : © Tessa Chéry

Dans le même numéro (février 2016)

n° 283

juin 2020