Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

septembre 2020 / Goutte d’or

TATI : la fin d’une époque

par Annie Katz

Difficile à croire et pourtant... le magasin emblématique de la marque au vichy rose et aux lettres bleues devrait fermer définitivement ses portes à la fin de l’année.

L’annonce est tombée début juillet : le groupe GPG, présidé par Philippe Ginestet, liquide l’ensemble des magasins Tati, repris par l’enseigne GiFi en 2019, y compris le vaisseau amiral du 18e, alors qu’il avait assuré vouloir le conserver. Seules restent à Barbès, Tati Mariage et Tati Destockage... jusqu’à quand ? La direction invoque les grèves de décembre 2019 et la crise sanitaire qui auraient entraîné « une baisse de 60 % de ses ventes entre le 1er octobre 2019 et le 31 mai 2020 par rapport à la même période de l’année précédente ». Version contestée par la fédération CGT du commerce et des services qui rappelle, dans un communiqué, qu’en 2017, Philippe Ginestet avait présenté devant le tribunal de Bobigny un plan prétendant sauvegarder 1 428 emplois et reprenant, contraint et forcé, le magasin de Barbès. A l’époque, la CGT avait alerté sur le manque de stratégie et d’investissement du projet.

Priorité à l’emploi

En 2019, un premier plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) a supprimé 188 postes et la quasi-totalité des magasins sont passés sous enseigne GiFi. Les grèves et le coronavirus sont un « piètre prétexte » pour un bilan désastreux, insiste le syndicat.

Le sort des 34 salariés est en négociation, dans le cadre d’un nouveau PSE. « L’emploi est la priorité et les reclassements sont préférés aux primes de fin de carrière, notamment pour les vendeuses proches de la retraite et ayant beaucoup d’ancienneté » précise Céline Carlen, responsable de l’union syndicale CGT Commerce de Paris. Des congés de transition, plus longs, seront proposés pour atteindre l’âge de départ. Des formations seront mises en place car les salariés ont une compétence quasi exclusive dans le textile et les magasins GiFi sont spécialisés dans les objets de décoration, la vaisselle, etc., dont la présentation et la vente sont très différentes de celles acquises chez Tati. Parmi les salariés repris par GiFi, beaucoup n’avaient pas pu rester. Les reclassements devraient se faire par petits groupes, afin de conserver des collectifs de travail et de ne pas isoler des personnes déjà fragilisées.

Dans le collimateur

Même si elle n’a aucun pouvoir juridique pour intervenir, la Mairie de Paris suit de près cette affaire. « Paris rappellera toujours aux entreprises leurs responsabilités envers leurs employé.e.s » a twitté Afaf Gabelotaud, adjointe chargée des entreprises, de l’emploi et du développement économique. Elle a toutefois rappelé que si le groupe GPG « ne respecte pas ses engagements... la municipalité lui refusera toute demande d’autorisation nécessaire [pour des projets] dont la Mairie a le pouvoir. » L’élue a également conseillé à la direction du groupe de mettre en place un accompagnement psychologique et personnalisé pour les employés de plus de 50 ans.

Dans le même numéro (septembre 2020)

  • La vie du 18e

    Feu vert pour les piétons

    Sandra Mignot
    Les abords de certaines écoles piétonnisés, des rues commerçantes barrées et des places de stationnement qui disparaissent : l’espace occupé par la voiture recule.
  • La vie du 18e

    Boxe, gym, karaté, sans contacts ?

    Florianne Finet
    Une rentrée pas comme les autres pour les sports de contact. Focus sur trois activités qui se déroulent en espace clos, la boxe, le karaté et la gymnastique. Malgré les incertitudes, les trois associations se préparent à la reprise, avec masque obligatoire pour certains.
  • La vie du 18e

    Comparution immédiate [Article complet]

    Sandra Mignot
    Menaces de mort, rébellion et outrage à agent ont amené Alexandre* dans un box du tribunal correctionnel de Paris.
  • La vie du 18e

    Toilettes à l’envi

    Danielle Fournier
    Alors que la Mairie de Paris souhaite reprendre la gestion des toilettes publiques, deux expérimentations ont attiré notre attention.
  • Le dossier du mois

    A l’assaut de la rentrée

    De la réforme des retraites à la régularisation des sans-papiers, en passant pas la défense de l’hôpital public et des personnes transgenres... la pandémie n’a pas entamé la détermination des associations et de l’ensemble des collectifs en lutte. Dans le 18e, la rentrée 2020 est bel et bien placée sous le signe de la mobilisation !
  • Goutte d’or

    LMP : le spectacle peut continuer [Article complet]

    Annie Katz
    Le LMP, enfin dans ses murs ! Le seul théâtre de ce quartier populaire va pouvoir vivre plus sereinement et l’équipe qui l’anime continuer à se consacrer à la découverte de nouveaux talents.
  • La Chapelle

    Deux beaux projets en perspective au Bois Dormoy

    Sylvie Chatelin
    Le Bois Dormoy va s’agrandir d’environ 500 m2 et diversifier ses activités pour plus d’ouverture sur le quartier de La Chapelle.
  • La Chapelle

    Alberto, le podologue de rue

    Sylvie Chatelin
    La meilleure façon de marcher… c’est d’avoir des pieds en bon état. Tous les mercredis après-midi, des soins de pédicure sont prodigués aux usagers du square Jessaint, jardin d’insertion géré par Emmaüs à la sortie du métro La Chapelle.
  • Mobilisation en tout genre

    ACCeptess-T à l’épreuve de la crise

    Sandra Mignot
    Acceptess-T milite pour les droits des personnes transgenres. Elle les accompagne aussi dans leur démarche de soins et d’accès au droit. Le confinement et la crise sanitaire auraient pu avoir raison de l’association, mais il se pourrait qu’ils aient au contraire renforcé la mobilisation et la combativité de l’équipe.
  • Mobilisation en tout genre

    Sans-papiers : Vivre comme si la situation était normale

    Catherine Masson
    Ils seraient près de 200 couturiers dans la Goutte d’Or, souvent dans l’économie informelle.
  • Mobilisation en tout genre

    La solidarité anime les luttes sociales

    Marion Bernard
    Loin des clivages habituels, des citoyens de tous horizons mettent en action, ensemble et sur tous les fronts, leur conscience politique pour tenter de faire barrage aux réformes anti-sociales en cours.
  • Les Gens

    Thierry Jousse : la voix du cinéma

    Dominique Boutel
    Cinéphile et mélomane, homme de radio et d’images, Thierry Jousse a construit sa carrière entre ses deux passions.

n° 288

décembre 2020