Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

septembre 2020 / La Chapelle

Alberto, le podologue de rue

par Sylvie Chatelin

La meilleure façon de marcher… c’est d’avoir des pieds en bon état. Tous les mercredis après-midi, des soins de pédicure sont prodigués aux usagers du square Jessaint, jardin d’insertion géré par Emmaüs à la sortie du métro La Chapelle.

Armé de sa bassine d’eau chaude, de son coupe-ongles, de ses limes et de ses lames, Alberto Torres Ramirez enlève callosités, corne, durillons et soigne des pieds durement maltraités. Le tout à l’air libre du square Jessaint. Une callosité qui s’épaissit peut « devenir comme un petit caillou sous le pied et être extrêmement douloureuse », pour des personnes à la rue, toujours en mouvement et qui ne retirent jamais leurs chaussures, pas même la nuit, de peur de se les faire voler.

Un long chemin

Alberto a été chef de service de STEP/EGO (programme d’échange de seringues boulevard de La Chapelle) pendant une quinzaine d’années. Le monde de la toxicomanie et des personnes en précarité sociale et sanitaire, il connaît. Dans les années 1985-1990, il voit les usagers de drogue « avec des pieds dans un état pas possible ». La cocaïne et le crack sont de puissants anesthésiants « et les gens ne sentent pas leurs pieds d’où l’aggravation de leur état ». La seule réponse médicale apportée à l’époque étant « la distribution de méthadone », il se dit alors qu’’il faut faire quelque chose, il faut faire plus que distribuer du café et du thé et de l’accueil’ parce que « si on vous touche [lorsque vos pieds vous font souffrir], vous montez en flèche » et que « quand les usagers ne sont pas entendus dans les structures, les corps parlent ».
Il prend des photos de pieds avec des ongles incarnés non soignés, des crevasses « de chaussettes collées à la peau » et les présente lors d’une réunion avec la DDASS (direction départementale de l’action sanitaire et sociale). Devant la stupeur générale et la prise de conscience, il présente un projet aux écoles de podologie. Mais celles-ci refusent de soigner « des usagers de drogue en raison de l’hygiène, des maladies qu’ils peuvent avoir comme le VIH ou les hépatites et leur comportement parfois violent » sans parler de « l’indifférence du corps médical devant les douleurs et les pathologies des pieds de ces personnes car “si tu es toxicomane il est normal de souffrir” ».

Un podologue heureux

Alberto prend alors « la décision de faire le travail lui-même avec la permission de la DDASS et d’ouvrir un premier atelier à l’association Charonne puis dans le même temps un deuxième avec Emmaüs ». Il commence un peu « à tâtons et développe petit à petit une technique en se formant dans des livres et en pratiquant ». Très vite, en les soignant, il constate que « les gens récupèrent en dignité ». « Ce sont ensuite les usagers eux-mêmes qui ont demandé la présence d’un podologue et c’est ainsi que les podologues ont commencé* à collaborer avec Emmaüs. »

Maintenant à la retraite, Alberto a repris les ateliers au square Jessaint, il y a quelques mois. Il « adore » et continue de développer « un bon regard, une bonne écoute, un bon toucher » et d’apprendre à « mieux connaître l’être humain ». Il dit qu’il est « comme un psychanalyste auquel les gens racontent tout et avec qui il crée des liens ». Mais il se souvient toujours avec émotion de Petit George, son premier « client », « la plus belle histoire de ma vie. Après une séance de soin, il pouvait remarcher et il a fait le tour de Paris ».

Alberto est le mercredi au square Jessaint et le mardi au square Saint-Laurent, autre jardin géré par Emmaüs près de la gare de l’Est.

* depuis les écoles de podologie ont effectivement revu leur copie et ont noué des partenariats avec Emmaüs, l’Armée du Salut ou encore la Croix-Rouge.

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (septembre 2020)

  • La vie du 18e

    Feu vert pour les piétons

    Sandra Mignot
    Les abords de certaines écoles piétonnisés, des rues commerçantes barrées et des places de stationnement qui disparaissent : l’espace occupé par la voiture recule.
  • La vie du 18e

    Boxe, gym, karaté, sans contacts ?

    Florianne Finet
    Une rentrée pas comme les autres pour les sports de contact. Focus sur trois activités qui se déroulent en espace clos, la boxe, le karaté et la gymnastique. Malgré les incertitudes, les trois associations se préparent à la reprise, avec masque obligatoire pour certains.
  • La vie du 18e

    Comparution immédiate [Article complet]

    Sandra Mignot
    Menaces de mort, rébellion et outrage à agent ont amené Alexandre* dans un box du tribunal correctionnel de Paris.
  • La vie du 18e

    Toilettes à l’envi

    Danielle Fournier
    Alors que la Mairie de Paris souhaite reprendre la gestion des toilettes publiques, deux expérimentations ont attiré notre attention.
  • Le dossier du mois

    A l’assaut de la rentrée

    De la réforme des retraites à la régularisation des sans-papiers, en passant pas la défense de l’hôpital public et des personnes transgenres... la pandémie n’a pas entamé la détermination des associations et de l’ensemble des collectifs en lutte. Dans le 18e, la rentrée 2020 est bel et bien placée sous le signe de la mobilisation !
  • Goutte d’or

    TATI : la fin d’une époque

    Annie Katz
    Difficile à croire et pourtant... le magasin emblématique de la marque au vichy rose et aux lettres bleues devrait fermer définitivement ses portes à la fin de l’année.
  • Goutte d’or

    LMP : le spectacle peut continuer [Article complet]

    Annie Katz
    Le LMP, enfin dans ses murs ! Le seul théâtre de ce quartier populaire va pouvoir vivre plus sereinement et l’équipe qui l’anime continuer à se consacrer à la découverte de nouveaux talents.
  • La Chapelle

    Deux beaux projets en perspective au Bois Dormoy

    Sylvie Chatelin
    Le Bois Dormoy va s’agrandir d’environ 500 m2 et diversifier ses activités pour plus d’ouverture sur le quartier de La Chapelle.
  • Mobilisation en tout genre

    ACCeptess-T à l’épreuve de la crise

    Sandra Mignot
    Acceptess-T milite pour les droits des personnes transgenres. Elle les accompagne aussi dans leur démarche de soins et d’accès au droit. Le confinement et la crise sanitaire auraient pu avoir raison de l’association, mais il se pourrait qu’ils aient au contraire renforcé la mobilisation et la combativité de l’équipe.
  • Mobilisation en tout genre

    Sans-papiers : Vivre comme si la situation était normale

    Catherine Masson
    Ils seraient près de 200 couturiers dans la Goutte d’Or, souvent dans l’économie informelle.
  • Mobilisation en tout genre

    La solidarité anime les luttes sociales

    Marion Bernard
    Loin des clivages habituels, des citoyens de tous horizons mettent en action, ensemble et sur tous les fronts, leur conscience politique pour tenter de faire barrage aux réformes anti-sociales en cours.
  • Les Gens

    Thierry Jousse : la voix du cinéma

    Dominique Boutel
    Cinéphile et mélomane, homme de radio et d’images, Thierry Jousse a construit sa carrière entre ses deux passions.

n° 289

janvier 2021