Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mai 2022 / Les Gens

Roger Dufreney, dans le 18e de père en fils

par Annick Amar

Le père de Roger, déjà, était né au 13 rue des Amiraux. Avec son épouse ils en sont sûrement les plus anciens résidents. Et pourquoi ne continueraient ils pas d’y couler des jours heureux ?

« Je ne peux que l’aimer, parce que j’y suis né et que j’y ai toujours habité ! » répond Roger Dufreney, 91 ans, lorsqu’on lui demande s’il y a des choses qu’il n’apprécie pas dans le 18e arrondissement d’aujourd’hui. En effet, l’ancien télégraphiste vit avec sa femme Bernadette dans l’appartement, situé au 13 rue des Amiraux, où il est né le 14 avril 1931. « A cette époque, les femmes accouchaient chez elles et non à l’hôpital », explique Bernadette. Leur logement de 100 m2 avec la terrasse est au cinquième étage de la fameuse HBM Art déco, construite par l’architecte Henri Sauvage entre 1913 et 1927. Facteur et mère au foyer, les parents de Roger ont fait partie des premiers locataires de l’immeuble. Roger est le benjamin d’une fratrie de six enfants. Son père était, lui aussi, un enfant du 18e.

« Qu’est-ce que tu veux faire maintenant ? »

Petit, il habitait la rue du Roi-d’Alger et était scolarisé au 7 rue Championnet « tout comme mes deux fils et moi, d’ailleurs », précise Roger, « mais je n’étais pas spécialement un bon élève ». En 1944, l’école Championnet est bombardée. Roger interrompt quelques mois sa scolarité puis la reprend à partir d’octobre 1945 jusqu’au certificat d’études. « Et, attention, je l’ai obtenu », déclare-t-il, pas peu fier. Toutefois, comme l’école n’est pas vraiment sa tasse de thé, son père lui demande rapidement : « Qu’est-ce que tu veux faire maintenant ? Je peux te faire rentrer à la banque, à la Sécurité sociale ou comme télégraphiste aux PTT, mais tu devras faire du vélo ! » Comme Roger a envie de faire du vélo, il choisit les PTT. Avant d’entrer à la Poste, les nouvelles recrues doivent prêter le serment de remplir leurs fonctions « avec conscience, honnêteté et probité » et de respecter « le secret des correspondances et des informations concernant la vie privée d’autrui ». Alors, Roger se rappelle, avec émotion et honneur, s’être exécuté trois fois, à quinze ans : devant le directeur de la Poste, devant le juge d’instance à la mairie du 18e et enfin devant le commissaire du 18e.

Porteur de télégrammes

Roger commence sa carrière de télégraphiste au bureau de poste de l’avenue Wagram dans le 17e. « Quand on arrive, on vous donne une sacoche, on vous met une casquette, une chemise blanche, une cravate noire et hop sur le vélo ! » se souvient-il. Il est chargé d’apporter les télégrammes à chaque destinataire. « Et en main propre. Chaque télégramme devait être signé par l’usager concerné. C’est ce que j’expliquais aux domestiques qui m’ouvraient la porte et qui essayaient de faire de la résistance », ajoute-t-il. Grâce à son travail, il rencontre toutes sortes de gens, aussi bien des célébrités que des concierges avec lesquelles il adore discuter. « La seule chose que je n’aimais pas dans ce boulot de messager, c’était qu’il fallait prendre l’escalier de service car on n’avait pas le droit à l’ascenseur. » A 21 ans, sursitaire, il exécute dix-huit mois de service militaire : six mois de classe à Laval puis douze mois au Mont-Valérien en tant que radiotélégraphiste. Il part ensuite six mois en Algérie. En 1962, il rencontre à la poste du boulevard Rochechouart une guichetière d’origine picarde, née en 1937, qui se prénomme Bernadette. « Le coup de foudre, cela faisait des étincelles, elle était mignonne comme tout, vraiment classe, jamais le même tailleur, le même corsage ou le même chignon, elle sentait si bon la framboise qu’un jour, sa framboise, je la lui ai mangée », se remémore Roger. Ils se marient en 1964 et auront deux fils. Il devient ensuite releveur de boîtes aux lettres, à pied et à bicyclette. Le défaut principal de Roger, selon sa femme : « Soupe au lait, mais quand on est amoureux on ne voit pas les défauts, on accepte tout. »

En général, ça s’est toujours bien passé

Comment perçoivent-ils, au fil du temps, l’évolution de l’arrondissement ? Le couple déplore la disparition progressive des commerces de proximité de la rue Boinod et des cinémas de quartier qui égayaient leurs soirées tout en renforçant la vie sociale. « Tout près de chez nous, il y avait trois cinémas, l’Ornano 43, l’Ornano Palace, le Fantasio. On y retrouvait l’immeuble entier ! » se souvient Roger.

Cependant, ce qui a surtout dérangé le couple, c’est le trafic de drogue qui s’est tenu tout près de chez eux pendant des années. « Il y avait des drogués dans l’immeuble, des seringues dans la cave, dans le vide-ordures, on avait la trouille », dit Roger. « Au bout de notre rue, il y avait une cabine téléphonique qui était le point de rencontre des drogués et des dealers. Mais la construction des immeubles de la rue des Poissonniers a permis d’assainir le quartier en renouvelant la population », se réjouit Bernadette.

« Contrairement à ce que l’on pourrait croire, poursuit Roger, ce n’est pas d’aujourd’hui que le 18e est une terre avec une population aux origines diverses et, en général, ça s’est toujours bien passé. D’ailleurs, à six ans, j’étais amoureux d’une de mes voisines, Yolande, une Antillaise... T’as eu chaud, hein ? » demande Roger, un brin provocateur à sa femme. « Je ne suis pas jalouse », répond-elle du tac au tac.

Roger connaît son heure de gloire, en 2011, lorsqu’il apparaît dans un reportage de l’émission de France 3 Des racines et des ailes consacrée à leur immeuble classé (depuis 1991) aux Monuments historiques. « Et, d’ailleurs, c’est parce qu’il est classé, qu’on n’a pas pu devenir propriétaires », regrette Bernadette.

Début 2020, Roger a contracté la Covid. Depuis, il a définitivement perdu l’odorat et sa vue baisse au point qu’il ne peut presque plus lire. Néanmoins, le couple est très heureux de vieillir « ensemble et… avec toute notre tête », même s’ils voient partir un à un leurs amis et connaissances. Comme récemment leur voisin du troisième étage qui, juste avant de mourir à l’hôpital, a dit à sa femme : « Tu diras bien le bonjour au monsieur du cinquième ! » Roger conclut, philosophe : « De toute façon, avoir la chance de vieillir, c’est aussi voir mourir les autres. »

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (mai 2022)

  • Le dossier du mois

    Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

    Dominique Andreani, Dominique Boutel, Dominique Gaucher, Sandra Mignot, Stéphane Bardinet
    Aux quatre coins de l'arrondissement, les grands chantiers fleurissent, nourris d'une belle envie d'éco-responsabilité, de concertations avec les habitants, d'innovations architecturales et de choix volontaires pour lutter contre le réchauffement climatique.
  • La vie du 18e

    Nature en ville : le retour du coquelicot

    Jacky Libaud
    Du pavot bleu au jaune en passant par le rouge coquelicot, de nos champs à l’Himalaya, la famille des papavéracées reste à découvrir pour embellir nos parcs et nos jardins.
  • La vie du 18e

    Législatives : venez débattre à la Maison Verte [Article complet]

    Danielle Fournier
    A l’initiative du 18e du mois et de La Ligue des droits de l’homme, le jeudi 2 juin, à la Maison verte, Daniel Desesquelle (RFI) animera un débat avec les candidats aux législatives. Préparez-vous pour ce qui est devenu le « troisième tour » de l’élection présidentielle.
  • Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

    Chapelle International : un quartier innovant en devenir

    Dominique Gaucher
    Transformer un ancien site ferroviaire en écoquartier pour une nouvelle urbanité conciliant densité et cadre de vie, favoriser toutes les mixités grâce à de nouvelles formes d’habitat intégrées aux activités … Chapelle International relèvera-t-il le défi de ses concepteurs ?
  • Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

    la tour des Poissonniers : nouvelle vie d’un immeuble témoin des années 60

    Stéphane Bardinet
    Bientôt transformée en cité étudiante, la tour des Poissonniers marque l’évolution de l’urbanisme de masse face aux défis contemporains.
  • Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

    Gare du nord : un nouveau projet sur les rails

    Dominique Gaucher
    Après les hauts cris qu’avait suscité la présentation du projet de rénovation de la gare du Nord en 2021, un autre chantier, plus modeste et moins tourné vers la consommation, devrait être lancé à l’automne prochain.
  • Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

    Chapelle Charbon : 380 logements en bordure du parc

    Dominique Boutel, Sandra Mignot
    Les consultations sont lancées pour la construction de bâtiments d’habitation au nord de la ZAC de l’Evangile.
  • Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

    Gare des mines-Fillettes

    Sandra Mignot
    Ce projet est disséminé autour de la rue Charles Hermite et réparti en plusieurs lots de part et d’autre du périphérique.
  • Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

    Belliard : sous la verdure, les vagues

    Dominique Andreani
    Une nouvelle piscine devrait s’implanter dans l’ouest de l’arrondissement, même si sa construction peine à commencer.
  • Goutte d’or

    Ils font parler du 18e : Séverine et les écouteurs de rue !

    Sandra Mignot
    On en parle partout dans la presse : le dispositif d’écoute imaginé à la Goutte d’Or fait des petits en province.
  • Montmartre

    Bye bye Claire

    L’équipe du 18e du mois
    « J'aimais tellement ce que je faisais... »
  • Histoire

    De la Belle Époque aux Années Folles

    Dominique Delpirou
    Une prochaine fin de semaine peut être l’occasion de s’exercer à la flânerie en partant à la rencontre dans le 18e de témoignages intéressants d’un passé pas si lointain, ceux de l’Art nouveau et de l’Art déco. Mais encore faut-il savoir distinguer ces différents mouvements artistiques.
  • Culture

    Expo à l’ICI : le voyage des regards

    Patrick Mallet
    Que restituer, que transmettre des récits familiaux, de sa culture, de son histoire qui ne sont plus tout à fait siennes lorsque l’on est artiste, vivant en France, en exil, ou enfant d’immigré ?

n° 307

septembre 2022