Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mai 2022 / Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

la tour des Poissonniers : nouvelle vie d’un immeuble témoin des années 60

par Stéphane Bardinet

Bientôt transformée en cité étudiante, la tour des Poissonniers marque l’évolution de l’urbanisme de masse face aux défis contemporains.

Une vieille tour en bordure de périphérique, une verrue comme ces quartiers en comptent tant. Mais aussi une des premières tours de logement social de la capitale, produit des restructurations urbaines du nord des 17e et 18e arrondissements et de l’arrivée dans la capitale des IGH, les immeubles de grande hauteur. Elle va être complètement repensée, tant pour ses surfaces habitables que dans ses usages, avec une réflexion autour des espaces.

Cité étudiante dédiée à la musique à la danse

L’agence AUC, sise rue Marx Dormoy, est lauréate du projet. Elle est aussi à l’œuvre dans le quartier Chapelle International et se spécialise dans la revivification de quartiers sociaux ou industriels. Pour la tour des Poissonniers, elle s’est associée avec un large pool d’entreprises pour traiter les aspects de la qualité de l’air intérieur, le profil bas carbone, l’économie circulaire et le profil biodiversité. Car, tout comme Chapelle-Charbon le projet vise les normes environnementales et d’intégration sur le territoire les plus exigeantes, grâce notamment à la présence du jardin ouvert sur le quartier.

« Nous avons voulu replacer le commun, les espaces partagés au centre de la réflexion avec une ambition : permettre une vie en société et l’entraide et briser l’isolement dont peuvent souffrir les étudiants, comme on l’a vu pendant le Covid », synthétise Caroline Poulin, architecte de l’agence AUC. « Toutes les pistes ont été envisagées : étudier ensemble, se retrouver dans des espaces de repos, cuisiner ou encore partager un appartement. » Outre les logements qui seront proposés en colocation, un demi-étage accueillera une salle de travail et un autre une salle de sport. Au dernier étage, une cuisine collective donnera sur un toit-terrasse. En bas, le jardin et le village des arts mêleront aussi travail et détente. Les promoteurs du projet aimeraient faire de la nouvelle tour un pôle de sociabilité dans le quartier, en lien avec les habitants et les associations.

Elaboration collective

Pour coller au plus près de la réalité de la vie estudiantine, les espaces décrits plus haut sont nés d’une réflexion collective qui a rassemblé au cours de quatre ateliers étudiants, l’UFR de musicologie, les architectes, un atelier de sociologie connaisseur des habitats partagés et des associations de quartier. Evolution intéressante, la concertation avec les occupants et habitants, la co-conception s’invite dans les travaux préparatoires. Paris Habitat, propriétaire et maître d’ouvrage, revendique cette démarche. « Aujourd’hui, la co-construction fait partie intégrante du projet. Le fait de travailler avec les habitants est une nécessité, c’est un enrichissement », détaille Nicolas Mouyon, directeur de la construction pour Paris Habitat. « En fait, c’est toute la démarche, dite de dialogue compétitif, qui est innovante car la maîtrise d’œuvre est sélectionnée non pas par concours avec un projet arrêté et des spécifications techniques rigides mais par des propositions débattues entre maître d’œuvre et maître d’ouvrage. Ce projet emblématique pour Paris Habitat, le CROUS et la Ville de Paris soulève beaucoup d’enthousiasme au sein de nos équipes. »

Faire plus grand

La tour sera équipée de diverses extensions qui permettront d’atteindre le maximum défini par le plan local d’urbanisme (PLU) avec un traitement des façades différencié selon l’orientation. Les appartements seront agrandis par des terrasses et des balcons qui viendront recouvrir la structure. L’isolation phonique et thermique sont ainsi renforcées et le traitement de l’air est optimisé. Ainsi, la façade nord sera enrichie d’une demi-trame de 3,75 mètres de profondeur, face au périphérique et isolée par cette double peau de verre. Au-dessus de cette extension, la surface gagnée sera utilisée pour installer des jardins d’hiver.

Au pied de la tour, les rez-de-chaussée et rez-de-jardin seront transformés. Des salles de danse transparentes et de forme ovale déborderont de la façade pour s’avancer dans le jardin et effacer la frontière entre le bâti et le végétal. Des studios de répétition, semi-enterrés, en forme de "ruches, seront regroupés et disséminés dans le jardin, petites alvéoles qui s’intégreront dans la déambulation.

Couvert végétal en pied de tour

Un jardin occupe la place centrale de cet espace de création et de sérénité. Catherine Mosbach a mis toute sa passion dans cet espace qu’elle veut laisser vivre et évoluer. Installée dans le 18e depuis quinze ans, la paysagiste s’est rendue célèbre dans le monde avec des réalisations d’envergure telles que le jardin du Louvre-Lens, le jardin botanique de Bordeaux ou un Central Park de 70 hectares sur l’ancien aéroport de Taïchung à Taiwan. Le petit projet de la tour des Poissonniers l’a séduite par ses ambitions sociales, tout autant que l’amicale invitation de l’architecte Caroline Poulin et un attachement au 18e.

Si près du périphérique « le jardin en creux offrira un lieu protégé, en retrait, ancré dans l’épaisseur de la terre, il y fera frais en été et bon en hiver. Pour les étudiants, ce sera un environnement positif où l’on stimule la créativité en brisant les clivages entre les gens, la faune et la flore. » Pour densifier le couvert végétal, aux platanes originels seront adjoints des buis, des lauriers et des troènes notamment. Cerisiers et amélanchiers compléteront ce jardin de 3 200 m2.

Un projet ambitieux donc, dont l’existence doit beaucoup à la restructuration en 2007 de sa petite « sœur », la tour du Bois-le-Prêtre à la porte Pouchet. Paris Habitat avait confié le projet au trio d’architectes Anne Lacaton, Jean-Philippe Vassal et Frédéric Druot. Depuis, tous trois ont été décorés du prix Pritzker, l’équivalent du Nobel pour l’architecture. Souhaitons que la restructuration de la tour des Poissonniers rencontre le même succès.

Dans le même numéro (mai 2022)

  • Le dossier du mois

    Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

    Dominique Andreani, Dominique Boutel, Dominique Gaucher, Sandra Mignot, Stéphane Bardinet
    Aux quatre coins de l'arrondissement, les grands chantiers fleurissent, nourris d'une belle envie d'éco-responsabilité, de concertations avec les habitants, d'innovations architecturales et de choix volontaires pour lutter contre le réchauffement climatique.
  • La vie du 18e

    Nature en ville : le retour du coquelicot

    Jacky Libaud
    Du pavot bleu au jaune en passant par le rouge coquelicot, de nos champs à l’Himalaya, la famille des papavéracées reste à découvrir pour embellir nos parcs et nos jardins.
  • La vie du 18e

    Législatives : venez débattre à la Maison Verte [Article complet]

    Danielle Fournier
    A l’initiative du 18e du mois et de La Ligue des droits de l’homme, le jeudi 2 juin, à la Maison verte, Daniel Desesquelle (RFI) animera un débat avec les candidats aux législatives. Préparez-vous pour ce qui est devenu le « troisième tour » de l’élection présidentielle.
  • Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

    Chapelle International : un quartier innovant en devenir

    Dominique Gaucher
    Transformer un ancien site ferroviaire en écoquartier pour une nouvelle urbanité conciliant densité et cadre de vie, favoriser toutes les mixités grâce à de nouvelles formes d’habitat intégrées aux activités … Chapelle International relèvera-t-il le défi de ses concepteurs ?
  • Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

    Gare du nord : un nouveau projet sur les rails

    Dominique Gaucher
    Après les hauts cris qu’avait suscité la présentation du projet de rénovation de la gare du Nord en 2021, un autre chantier, plus modeste et moins tourné vers la consommation, devrait être lancé à l’automne prochain.
  • Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

    Chapelle Charbon : 380 logements en bordure du parc

    Dominique Boutel, Sandra Mignot
    Les consultations sont lancées pour la construction de bâtiments d’habitation au nord de la ZAC de l’Evangile.
  • Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

    Gare des mines-Fillettes

    Sandra Mignot
    Ce projet est disséminé autour de la rue Charles Hermite et réparti en plusieurs lots de part et d’autre du périphérique.
  • Grands travaux : un paysage urbain en chantiers

    Belliard : sous la verdure, les vagues

    Dominique Andreani
    Une nouvelle piscine devrait s’implanter dans l’ouest de l’arrondissement, même si sa construction peine à commencer.
  • Goutte d’or

    Ils font parler du 18e : Séverine et les écouteurs de rue !

    Sandra Mignot
    On en parle partout dans la presse : le dispositif d’écoute imaginé à la Goutte d’Or fait des petits en province.
  • Montmartre

    Bye bye Claire

    L’équipe du 18e du mois
    « J'aimais tellement ce que je faisais... »
  • Histoire

    De la Belle Époque aux Années Folles

    Dominique Delpirou
    Une prochaine fin de semaine peut être l’occasion de s’exercer à la flânerie en partant à la rencontre dans le 18e de témoignages intéressants d’un passé pas si lointain, ceux de l’Art nouveau et de l’Art déco. Mais encore faut-il savoir distinguer ces différents mouvements artistiques.
  • Culture

    Expo à l’ICI : le voyage des regards

    Patrick Mallet
    Que restituer, que transmettre des récits familiaux, de sa culture, de son histoire qui ne sont plus tout à fait siennes lorsque l’on est artiste, vivant en France, en exil, ou enfant d’immigré ?
  • Les Gens

    Roger Dufreney, dans le 18e de père en fils

    Annick Amar
    Le père de Roger, déjà, était né au 13 rue des Amiraux. Avec son épouse ils en sont sûrement les plus anciens résidents. Et pourquoi ne continueraient ils pas d’y couler des jours heureux ?

n° 307

septembre 2022