Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

novembre 2021 / Culture

Ricardo Suanes, architecte et artiste engagé

par Cornélie Paul

Alors que la session automnale du festival Traverses est annoncée, rencontre avec son fondateur, profondément ancré dans l’arrondissement.

A quelques jours du lancement de la session automnale du festival Traverses, Ricardo Suanes est sur tous les fronts. Finalisant l’exposition de ses dessins et photos, Korpus, qui vient en écho à la représentation unique des trois spectacles du 12 novembre, il met encore une fois en résonance la danse contemporaine avec des créations graphiques. Nous le rencontrons au 104, juste avant la répétition avec ses danseurs.

Quand Ricardo enlève son masque et sa casquette noirs, on découvre une belle barbe blanche de patriarche et un regard malicieux. « Je n’ai pas l’habitude de parler de moi… », avance-t-il, presque timidement. Son histoire commence au Chili, où il est diplômé d’architecture et urbanisme. Après la prise de pouvoir de Pinochet en 1973, il remporte un concours et est invité en France. « Je rêvais de poursuivre mes études à l’Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs » dit-il, un peu songeur quant à cette époque lointaine. Il en sort également diplômé.

En 1976, l’architecte s’installe donc en France, apprend la langue qu’il parle maintenant parfaitement, avec le joli accent de son pays, commence à exercer en tant qu’architecte tout en créant et exposant dans différentes galeries, à la BNF, au Centre national de la danse, et bien d’autres lieux d’Amérique latine, des USA et d’Europe. Que ce soit pour les projets d’architecture ou d’urbanisme : « Mon envie était de travailler avec et pour les gens. Quand j’ai pu me mettre à mon compte, j’ai enfin pu proposer des projets conçus dans ce sens. »

Sauver la Goutte d’Or

A la Goutte d’Or, Ricardo vit sa première expérience marquante du collectif. Pour lutter contre l’insalubrité et les divers trafics qui y régnaient, un projet de tout raser et tout reconstruire, sur le modèle du 13e arrondissement, avait été émis par le gouvernement de Jacques Chirac. Très vite, habitants et associations se sont mobilisés pour sauver leur quartier. Une des premières victoires de ce type à Paris. Ricardo y a participé avec la construction d’un bâtiment achevé en 2007. Sur un terrain en friche de la rue Richomme, il a érigé, en dialogue avec les habitants, des ateliers d’artistes, des logements attenants, et un espace pour la création d’une fresque renouvelable.

Il s’investit ensuite dans la lutte autour de la réhabilitation de la Halle Pajol. Ici aussi la mobilisation des habitants et associations est capitale. Elle a permis de négocier l’installation d’équipements qui faisaient défaut dans cette partie de l’arrondissement, plutôt que de nouveaux logements. « La destruction de la charpente métallique de la halle, trésor architectural, me fendait le cœur. » Partie prenante de la cellule de prévisualisation, nom donné au collectif engagé dans le dialogue avec les élus, Ricardo a participé activement aux nombreuses réunions avec architectes, sociologues, maitres d’œuvres et élus pour que chaque voix soit prise en compte.

« Qu’est-ce qu’on fait après ? »

Quand la Halle a été finalisée, Ricardo Suanes avait plusieurs envies : faire participer les habitants, proposer un évènement pérenne de haut niveau artistique, qui permette l’identification du lieu, et faire vivre ses passions dans la création de formes d’art plastique en dialogue avec la danse contemporaine, dont il est un fervent amateur et connaisseur. Le festival Traverses est né et existe aujourd’hui sous sa forme bisannuelle : un temps dans l’espace public au printemps, et une représentation unique à l’automne associée à une exposition. De grands noms de la danse contemporaine y ont déjà été invités, de Thomas Lebrun à Raphaëlle Delaunay, de Christine Bastin à Ousmane Sy, récemment décédé….

Mais l’heure tourne, les danseurs arrivent pour leur répétition, on a juste le temps d’évoquer quelques projets dans l’arrondissement en profonde mutation : l’Arena, Chapelle-Charbon, Chapelle International, Gare des Mines/Fillettes… Autant de beaux projets en perspective. « On se retrouve le 5 novembre pour le vernissage de l’expo à l’auberge de jeunesse, et le 12 pour le spectacle. » Ricardo attend un public nombreux, curieux, pour partager avec lui ses passions d’artiste. •

Dans le même numéro (novembre 2021)

  • Le dossier du mois

    Alimentation : les nouveaux marchés

    Dominique Boutel, Sandra Mignot, Stéphane Bardinet
    Avec la crise sanitaire, les Parisiens ont beaucoup plus mangé chez eux, et cela se traduit… dans les vitrines de nos quartiers. La moitié ouest de l’arrondissement a vu se multiplier les points de vente alimentaires, notamment de fruits et légumes, misant toujours plus sur l’argument de la qualité, voire de la vertu.
  • Actu

    Main basse sur la Butte ?

    Erwan Jourand
    Un groupe de promoteurs promet monts et merveilles aux futurs acheteurs des appartements qu’ils rénovent dans trois immeubles de Montmartre. Mais derrière la façade glamour se cachent des agissements qualifiés par un élu parisien de « pratiques de cow-boy ».
  • La vie du 18e

    Attention piétons ! Ça roule dans tous les sens [Article complet]

    Florianne Finet
    Depuis l’explosion de la pratique du vélo dans la capitale il y a deux ans, les conflits se multiplient entre piétons et cyclistes. Ces derniers étant accusés de prendre la place des premiers sur les trottoirs ou d’ignorer délibérément le Code de la route.
  • La vie du 18e

    Du local sur les étals

    Sandra Mignot
    Avec la crise sanitaire, les Parisiens ont beaucoup plus mangé chez eux, et cela se traduit… dans les vitrines de nos quartiers. La moitié ouest de l’arrondissement a vu se multiplier les points de vente alimentaires, notamment de fruits et légumes, misant toujours plus sur l’argument de la qualité, voire de la vertu.
  • La vie du 18e

    Une épicerie de quartier rue des martyrs

    Dominique Boutel
    Il y a un peu plus de six mois, un « pop up store » à la vie assez courte, a cédé la place à une « épicerie » comme il en pousse dans le quartier depuis le confinement.
  • La vie du 18e

    Moissons Solidaires : donner, c’est mangé

    Stéphane Bardinet
    Une association, active depuis 2013 sur Paris et en Ile-de-France récupère sur les marchés de plein air les invendus et les distribue après la fermeture des stands. Une initiative inspirée d’une idée lilloise.
  • Montmartre

    La ligne enchantée

    Sandra Mignot
    Toutes les lignes de bus ne se ressemblent pas. Nous avons embarqué à bord de l’ex Montmartrobus, avec Thomas l’un de ses chauffeurs, lui-même habitant de Montmartre.
  • Clignancourt

    Bibliothèque Robert Sabatier rouvre enfin ses portes

    Monique Loubeski
    Cette fois c’est la bonne. Le 5 octobre dernier le rideau s’est levé sur un immeuble entièrement rénové. Un outil conçu pour répondre aux besoins des habitants d’aujourd’hui. Visite guidée, étage par étage, de cette bibliothèque new look.
  • Histoire

    Pigalle : musiciens à la criée

    Ivan Amar
    Pendant plus de trente ans, place Pigalle, s'est tenu tous les mardis un marché, officieux mais toléré, la Bourse aux musiciens. Sortis de nulle part, des intermédiaires douteux mais aux informations fiables venaient proposer aux artistes de jouer dans le milieu de la variété, émanation du music-hall.
  • Les Gens

    Le théâtre pour faire tomber les barrières

    Samuel Cincinnatus
    Comédienne, auteure, metteuse en scène, Sylvie Haggaï est une militante du théâtre qui transporte son art vers des lieux inattendus.

n° 304

mai 2022