Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

novembre 2021 / La vie du 18e

Moissons Solidaires : donner, c’est mangé

par Stéphane Bardinet

Une association, active depuis 2013 sur Paris et en Ile-de-France récupère sur les marchés de plein air les invendus et les distribue après la fermeture des stands. Une initiative inspirée d’une idée lilloise.

« Moissons solidaires est née d’un constat : sur les marchés de plein air, beaucoup de marchandises sont jetées et on voit beaucoup de gens après le départ des commerçants fouiller les tas au rebut. Notre idée est d’encadrer cette récupération », introduit Anna Salwerowicz, présidente et fondatrice de l’association. Ses bénévoles sont présents sur 14 marchés de plein air parisiens dont, pour le 18e, ceux de Barbès, d’Ornano et du boulevard Ney.

La tradition du glanage d’après-marché est ancienne mais l’initiative des Moissons solidaires permet d’instaurer une relation de confiance avec les marchands qui, en retour, donnent plus volontiers. « Les commerçants ont aussi à cœur d’aider les plus nécessiteux mais c’est bien plus facile pour eux de passer par nous, une association avec un statut, transparente et porteuse de valeurs de solidarité et qui pratique une redistribution équitable et triée », explique Anna Salwerowicz.

Un stand ouvert après la fermeture

L’opération logistique est simple. Une heure avant la fermeture du marché, une équipe de bénévoles se retrouve pour sortir l’affiche de l’association, les étals pliants et les chariots pour collecter les invendus. Pour le 18e, tout cet équipement est stocké à la Maison des associations (MDA), « une vraie chance pour nous et un très beau geste de la part de la MDA », souligne Anna Salwerowicz. Ensuite l’équipe, une dizaine de personnes ce vendredi à Ornano, prépare le stand et fait la tournée des commerçants en demandant s’ils ont quelque chose à donner. Une fois les denrées collectées, elles sont triées, certaines jetées, et disposées comme un stand classique.

Quand le marché est officiellement fermé, les Moissons se mettent à l’ouvrage. Des dizaines de personnes attendent déjà, des mères de famille, des jeunes, des personnes âgées. Les bénévoles proposent et aident à remplir les cabas pour les personnes âgées. Tout est plié en une heure dans une atmosphère conviviale.

117 tonnes distribuées en un an

L’association est née en 2013 et reçoit le soutien de la Mairie de Paris qui y a vu une potentielle façon de réduire les bio déchets. Dans ses statuts, Moissons solidaires définit trois axes d’action : réduire le gâchis alimentaire, un volet de prévention des bio déchets et de préservation des ressources et de l’environnement et enfin une dimension sociale. « Nous nous adressons à des gens en situation délicate sans aucune condition de ressources. Et pour ne pas stigmatiser, car tout se fait sur la place publique au vu de tous, nous cherchons avant tout à créer une atmosphère fraternelle. »

Un an après l’ouverture des actions dans le 18e, les Moissons solidaires estime avoir collecté et redistribué 117 tonnes de fruits et légumes. Une belle initiative et qui donne des résultats concrets. Les marchés de plein air et leur atmosphère particulière prouvent leur utilité et leur engagement.

Photo : Stéphane Bardinet

Dans le même numéro (novembre 2021)

  • Le dossier du mois

    Alimentation : les nouveaux marchés

    Dominique Boutel, Sandra Mignot, Stéphane Bardinet
    Avec la crise sanitaire, les Parisiens ont beaucoup plus mangé chez eux, et cela se traduit… dans les vitrines de nos quartiers. La moitié ouest de l’arrondissement a vu se multiplier les points de vente alimentaires, notamment de fruits et légumes, misant toujours plus sur l’argument de la qualité, voire de la vertu.
  • Actu

    Main basse sur la Butte ?

    Erwan Jourand
    Un groupe de promoteurs promet monts et merveilles aux futurs acheteurs des appartements qu’ils rénovent dans trois immeubles de Montmartre. Mais derrière la façade glamour se cachent des agissements qualifiés par un élu parisien de « pratiques de cow-boy ».
  • La vie du 18e

    Attention piétons ! Ça roule dans tous les sens [Article complet]

    Florianne Finet
    Depuis l’explosion de la pratique du vélo dans la capitale il y a deux ans, les conflits se multiplient entre piétons et cyclistes. Ces derniers étant accusés de prendre la place des premiers sur les trottoirs ou d’ignorer délibérément le Code de la route.
  • La vie du 18e

    Du local sur les étals

    Sandra Mignot
    Avec la crise sanitaire, les Parisiens ont beaucoup plus mangé chez eux, et cela se traduit… dans les vitrines de nos quartiers. La moitié ouest de l’arrondissement a vu se multiplier les points de vente alimentaires, notamment de fruits et légumes, misant toujours plus sur l’argument de la qualité, voire de la vertu.
  • La vie du 18e

    Une épicerie de quartier rue des martyrs

    Dominique Boutel
    Il y a un peu plus de six mois, un « pop up store » à la vie assez courte, a cédé la place à une « épicerie » comme il en pousse dans le quartier depuis le confinement.
  • Montmartre

    La ligne enchantée

    Sandra Mignot
    Toutes les lignes de bus ne se ressemblent pas. Nous avons embarqué à bord de l’ex Montmartrobus, avec Thomas l’un de ses chauffeurs, lui-même habitant de Montmartre.
  • Clignancourt

    Bibliothèque Robert Sabatier rouvre enfin ses portes

    Monique Loubeski
    Cette fois c’est la bonne. Le 5 octobre dernier le rideau s’est levé sur un immeuble entièrement rénové. Un outil conçu pour répondre aux besoins des habitants d’aujourd’hui. Visite guidée, étage par étage, de cette bibliothèque new look.
  • Histoire

    Pigalle : musiciens à la criée

    Ivan Amar
    Pendant plus de trente ans, place Pigalle, s'est tenu tous les mardis un marché, officieux mais toléré, la Bourse aux musiciens. Sortis de nulle part, des intermédiaires douteux mais aux informations fiables venaient proposer aux artistes de jouer dans le milieu de la variété, émanation du music-hall.
  • Les Gens

    Le théâtre pour faire tomber les barrières

    Samuel Cincinnatus
    Comédienne, auteure, metteuse en scène, Sylvie Haggaï est une militante du théâtre qui transporte son art vers des lieux inattendus.
  • Culture

    Ricardo Suanes, architecte et artiste engagé

    Cornélie Paul
    Alors que la session automnale du festival Traverses est annoncée, rencontre avec son fondateur, profondément ancré dans l'arrondissement.

n° 308

octobre 2022