Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

novembre 2021 / Montmartre

La ligne enchantée

par Sandra Mignot

Toutes les lignes de bus ne se ressemblent pas. Nous avons embarqué à bord de l’ex Montmartrobus, avec Thomas l’un de ses chauffeurs, lui-même habitant de Montmartre.

« Il faut afficher une certaine ancienneté pour être nommé ici. » Thomas Freundel, 59 ans, est l’un des 17 chauffeurs du minibus qui traverse la Butte de part en part. Il a pris le volant sur cet itinéraire au moment où le Montmartrobus devenait la ligne 40 et se voyait prolongé au sud jusqu’à Notre-Dame-de-Lorette. A la RATP depuis à peine six ans, en venant prendre son service à deux pas de chez lui il a découvert « presque un autre métier ».

« Travailler sur la 40 c’est un peu comme travailler dans une petite ville de province, résume-t-il. On repère vite les habitués. La majorité sont des gens du quartier. » Comme Alain et Dominique, habitants retraités de la rue Tardieu, qui enjambent régulièrement la Butte avec le véhicule pour se rendre à la mairie ou fréquenter les commerces de la rue du Poteau.

La ligne est très demandée par les machinistes, selon Thomas. « Pour moi, c’est la plus belle de Paris. » Il suffit de débouler en haut de la rue Lamarck, arrêt Utrillo, pour voir l’horizon s’ouvrir largement sur le ciel du moment. Bleu pommelé, gris automnal ou rose du crépuscule. « Des touristes applaudissent parfois en arrivant place du Tertre. » Ici, on est loin du stress des embouteillages, des véhicules garés en double file, ou des deux roues qui zigzaguent à toute allure. Même s’il faut parfois s’accrocher à son fauteuil dans les ruelles pentues et parfois en devers.

Un conduite technique

« C’est aussi la ligue plus difficile. » Il faut avoir la manœuvre habile dans les rues étroites. Un véhicule mal stationné, la pluie qui rend le pavé glissant, les touristes qui déambulent, imposent à Thomas une attention de tous les instants. « C’est aussi la première ligne électrique, pour laquelle il faut une conduite très technique, observe le machiniste. Tout réside dans le positionnement du véhicule au début de la difficulté. » Quelques virages comme celui de Durantin-Tholozé sont toujours spectaculaires.

A cause du Covid et de la condamnation de la porte avant, les échanges avec les passagers sont devenus moins nombreux, même si la petite taille du véhicule entretient la proximité. Le bus a maintenu son service durant le confinement. « Nous étions parfois la seule occasion de sortir pour certaines personnes, confie Thomas. Je crois qu’elles avaient compris que la police ne vérifiait pas les autorisations dans les bus. Elles en ont un peu profité. »

La ligne demeure fréquentée surtout par des Montmartrois. « Quelques touristes aussi. On les reconnaît car ils ne disent pas bonjour. Et puis des gens qui travaillent tard dans la restauration. » Mais pas de fêtards, ni l’affluence des heures de pointe. Arrivé à Le Pelletier, le circuit est pratiquement terminé. « On est obligées de descendre ici ? » demandent trois touristes italiennes au terminus. Pas la peine, le « grand huit », comme l’a surnommé un autre chauffeur de la ligne, ne fait jamais de longue pause et repart bien vite. Thomas a compté, il a accompli 2 300 « tours de manège » depuis qu’il est arrivé. •

Photo : Dominique Dugay

Dans le même numéro (novembre 2021)

  • Le dossier du mois

    Alimentation : les nouveaux marchés

    Dominique Boutel, Sandra Mignot, Stéphane Bardinet
    Avec la crise sanitaire, les Parisiens ont beaucoup plus mangé chez eux, et cela se traduit… dans les vitrines de nos quartiers. La moitié ouest de l’arrondissement a vu se multiplier les points de vente alimentaires, notamment de fruits et légumes, misant toujours plus sur l’argument de la qualité, voire de la vertu.
  • Actu

    Main basse sur la Butte ?

    Erwan Jourand
    Un groupe de promoteurs promet monts et merveilles aux futurs acheteurs des appartements qu’ils rénovent dans trois immeubles de Montmartre. Mais derrière la façade glamour se cachent des agissements qualifiés par un élu parisien de « pratiques de cow-boy ».
  • La vie du 18e

    Attention piétons ! Ça roule dans tous les sens [Article complet]

    Florianne Finet
    Depuis l’explosion de la pratique du vélo dans la capitale il y a deux ans, les conflits se multiplient entre piétons et cyclistes. Ces derniers étant accusés de prendre la place des premiers sur les trottoirs ou d’ignorer délibérément le Code de la route.
  • La vie du 18e

    Du local sur les étals

    Sandra Mignot
    Avec la crise sanitaire, les Parisiens ont beaucoup plus mangé chez eux, et cela se traduit… dans les vitrines de nos quartiers. La moitié ouest de l’arrondissement a vu se multiplier les points de vente alimentaires, notamment de fruits et légumes, misant toujours plus sur l’argument de la qualité, voire de la vertu.
  • La vie du 18e

    Une épicerie de quartier rue des martyrs

    Dominique Boutel
    Il y a un peu plus de six mois, un « pop up store » à la vie assez courte, a cédé la place à une « épicerie » comme il en pousse dans le quartier depuis le confinement.
  • La vie du 18e

    Moissons Solidaires : donner, c’est mangé

    Stéphane Bardinet
    Une association, active depuis 2013 sur Paris et en Ile-de-France récupère sur les marchés de plein air les invendus et les distribue après la fermeture des stands. Une initiative inspirée d’une idée lilloise.
  • Clignancourt

    Bibliothèque Robert Sabatier rouvre enfin ses portes

    Monique Loubeski
    Cette fois c’est la bonne. Le 5 octobre dernier le rideau s’est levé sur un immeuble entièrement rénové. Un outil conçu pour répondre aux besoins des habitants d’aujourd’hui. Visite guidée, étage par étage, de cette bibliothèque new look.
  • Histoire

    Pigalle : musiciens à la criée

    Ivan Amar
    Pendant plus de trente ans, place Pigalle, s'est tenu tous les mardis un marché, officieux mais toléré, la Bourse aux musiciens. Sortis de nulle part, des intermédiaires douteux mais aux informations fiables venaient proposer aux artistes de jouer dans le milieu de la variété, émanation du music-hall.
  • Les Gens

    Le théâtre pour faire tomber les barrières

    Samuel Cincinnatus
    Comédienne, auteure, metteuse en scène, Sylvie Haggaï est une militante du théâtre qui transporte son art vers des lieux inattendus.
  • Culture

    Ricardo Suanes, architecte et artiste engagé

    Cornélie Paul
    Alors que la session automnale du festival Traverses est annoncée, rencontre avec son fondateur, profondément ancré dans l'arrondissement.

n° 304

mai 2022