Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

octobre 2014 / Simplon

Quand les collégiens font de la philo

par Nadia Djabali

Trois élèves de 5e et de 3e du collège Marie-Curie racontent dans une vidéo
de 38 minutes leur conception de l’esclavage.


La vidéo débute par une question lancée par une voix située hors champ. « Qui est l’esclave en toi ? ».
Jade Boucher s’y colle la première. « L’es­cla­ve en moi, c’est l’élève… Plus grand, on sera l’esclave de notre patron. » « On est aussi esclave du temps, ajoute Ismaïl Sarr, esclave de la vie, de notre corps. » « Je pense aussi, qu’on est esclave de notre conscience, de notre cerveau qui obéit, qui suit, qui reproduit tout ce qu’on voit, tout ce qu’on nous dit de faire », renchérit Véronique Dadié. « Je ne pense pas qu’on soit esclave des professeurs quand on est à l’école, continue Ismaïl. Les professeurs nous apprennent des choses pour que plus tard, on puisse avoir une petite liberté. Ils nous apportent la connaissance, parce que sans connaissance on ne sait rien et on peut se faire manipuler facilement. »
Le film est lancé, un plan séquence de 38 minutes tourné les premiers jours des vacances d’été au collège Marie-Curie. Du temps où Ismaïl Sarr, était en 5e. Il vient d’entrer en 4e. Jade Boucher et Véronique Dadié, alors en 3e, ont depuis enfilé leurs habits de lycéennes.

Inspiration tous azimuts

Ces trois collégiens se sont prêtés au jeu de l’interview filmée imaginée par Muriel Martin, leur professeur de français. Cette dernière est également connue sous le nom de Tristan Felix. Écrivain, marionnettiste et clown, c’est avec ce pseudo qu’elle a créé des spectacles à la halle Saint-Pierre. Son association : l’Usine à muse...(Lire la suite dans le numéro d’octobre 2014)


Illustration : Capture d’écran de la vidéo.

Dans le même numéro (octobre 2014)

n° 281

avril 2020