Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2023 / Goutte d’Or

Morad - Scred Connexion. Une voix du rap s’éteint [Article complet]

par Mehdi Bouttier

Disparition de l’un des membres fondateurs de la Scred Connexion, collectif historique du rap dans le 18e.

« L’impression d’étouffer tant qu’on a du mal à s’confier/Souvent déçu par ceux à qui on a eu tort de s’montrer/Ou l’tort de rencontrer le regret de pas s’être méfié/Mais c’est nos vies qu’on joue et personne pour t’sortir de ce guêpier. » Ainsi rappait Morad, l’un des membres de la Scred Connexion, en 2002, dans le célèbre morceau Du mal à s’confier. Par l’intermédiaire de ses réseaux sociaux, le groupe de rap originaire de Barbès a annoncé son décès le samedi 18 novembre, à l’âge de 46 ans.

Un écorché vif à la parole discrète

L’artiste avait fait ses débuts dans la musique en 1994, en co-fondant la Scred Connexion, avec Fabe, Koma, Haroun, rejoints plus tard par Mokless. Le groupe se fait connaître grâce à plusieurs freestyles radio et concerts. C’est sur le deuxième album de Fabe, Le Fond et la forme (1997) que le public fait sa connaissance. Morad Nafa était le membre le plus discret mais le plus reconnaissable par sa voix claire et sa diction presque parlée. Dans ses textes, il évoquait sa réalité sombre dans le quartier de Barbès et son envie de s’en sortir : « Je suis souvent triste, je n’peux pas croire que ce soit ça la vie d’artiste/Et si c’est naze, faut qu’ça s’finisse en feu d’artifice. » Avec sa franchise déconcertante, il parlait aussi de ses problèmes d’addiction. Son unique album solo, Survivant, édité en 2012, témoignait de son parcours d’écorché vif.

Au niveau musical, il s’était fait plus discret ces dernières années. Morad s’est éteint d’une crise cardiaque. Dix ans après avoir annoncé, toujours en rappant : « J’arrête le rap, faut que j’me mette au repos. » Il laisse derrière lui un héritage important pour le rap français, et celui du 18e. En témoigne l’hommage qui lui a été rendu sur les réseaux sociaux par des rappeurs comme Tiers Monde, Demi Portion ou Fianso et celui qui a eu lieu lors de l’avant-première du documentaire Barbès Football Nation, projeté au Louxor deux jours après sa mort.

Le 18e du Mois tenait à son tour à rendre hommage à l’un des fiers représentants de La Goutte d’Or. Qu’il repose en paix et, quel que soit son chemin, il restera toujours dans la bonne
direction. •

Dans le même numéro (décembre 2023)

  • Le dossier du mois

    Une centaine d’enfants à la rue

    Maxime Renaudet
    Alors que le nombre d’enfants sans domicile dans l’arrondissement ne cesse d’augmenter, poussant certains établissements scolaires à les héberger, le collectif Une École Un Toit a obtenu, avec l’aide des élus, la réquisition du lycée Suzanne Valadon.
  • La vie du 18e

    Vive les seniors : des rencontres pour garder la forme

    Sylvie Chatelin
    En 2030, pour la première fois, les plus de 65 ans seront plus nombreux que les moins de 15 ans. Pour Isabelle Chicot, qui a créé les Cafés santé seniors, il est indispensable de les aider à bien vivre cette période de la vie.
  • Montmartre

    Attribution du terrain du CLAP - une pluie de recours

    Danielle Fournier
    Bientôt l’hiver et les mordu.e.s de la pétanque, membres du CLAP (Club Lepic Abbesses Pétanque) continuent leur entraînement : l’équipe féminine est même devenue récemment championne de Paris. Mais depuis plus d’un an, affiches et communiqués de presse ont alerté les riverains... et bien au-delà : le CLAP est en danger ! A la suite de l’attribution du terrain qu’il occupe, 17 avenue Junot, à un projet porté par Oscar Comtet, de L’Hôtel particulier Montmartre mitoyen (lire nos numéros 309, 310, 312 et 317), pas moins de quatre recours ont été déposés, des noms d’oiseaux se sont envolés, et une guerre de positions semble s’être installée sur la Butte. Alors, petit terrain mais gros enjeux ? Nous avons rencontré et interviewé huit des protagonistes de cette guerre picrocholine qui au-delà du microcosme montmartrois pointe les enjeux de la gestion de la ville.
  • Goutte d’Or

    Initiation à la création musicale : les filles aux manettes

    Pia Carron
    Pour la cinquième édition, le centre musical FGO Barbara héberge un atelier de six semaines destiné à initier des femmes et minorités de genre à la production musicale. Plongée au cœur d’un solfège électronique qui a longtemps été le domaine privilégié des hommes.
  • Goutte d’Or

    Elsa Noyons raconte la Goutte d’Or en cartes

    Véronique Soulé
    « Déplier l’ordinaire », quel joli titre donné à ce livre d’artiste ! L’ouvrage est une invitation à découvrir le quartier en utilisant la cartographie et l’inventaire comme fil conducteur.
  • Les Gens

    Pascal Maillou : un chef éclairé pour les futurs chefs

    Dominique Andreani
    Le proviseur du lycée professionnel Belliard, campagnard dans l’âme qui a adopté le 18e, est une personnalité dévouée à son métier.

n° 323

février 2024