Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

septembre 2021 / Alternative au béton, le jardin se réinvente

Dans la cour et sur les toits

par Sylvie Chatelin

Au pied levé, l’association Veni Verdi s’est installée sur le toit de l’école Eva Kotchever en plein cœur de Chapelle International. Le jardin prend forme et ses deux responsables fourmillent de projets.

Rencontre au sommet avec Caroline et Ilan, deux passionnés qui jardinent un terrain d’environ 500 m2 sur un toit-terrasse de 600 m2 avec vue imprenable sur le Sacré-Cœur. Veni Verdi a pris possession du site en mai 2020. De grands bacs de 40 et 80 cm de profondeur où s’épanouissent au soleil de petits fruitiers (framboisiers, cassis) à côté des artichauts, de l’oseille, des aromatiques, des pommes de terre, des tomates, de la rhubarbe, des tournesols, des coréopsis, des bleuets et autres fleurs. Des courgettes et des épinards venaient d’être ramassés et les premières pêches tout juste cueillies la veille de notre visite fin juillet.

Un système d’irrigation permet de s’éviter de fastidieux arrosages. Car 500 m2, c’est du boulot ! Heureusement Caroline et Ilan ne sont pas seuls. Des bénévoles peuvent venir leur donner un coup de main le vendredi matin et par la même occasion s’initier aux techniques de culture urbaine hors sol. Avis aux amateurs…

Inaccessible aux élèves

Une terrasse-jardin sur le toit d’une école, on pourrait penser que les élèves et leurs enseignants seraient les premiers à en profiter pour mener des activités autour du jardinage et des plantes mais, oubli ou incompétence inexcusable, bizarrement la terrasse n’a pas été sécurisée pour les enfants. Il est donc impossible aux enseignants d’y monter avec leurs classes. Dans leur élan, Caroline et Ilan ont construit de grands bacs dans la cour même de l’école et y ont planté des bulbes avec les enfants en toute sécurité. Surtout, ils ont monté avec l’équipe pédagogique le projet De la graine à l’assiette qui démarrera à la rentrée de septembre chaque vendredi après-midi sur le temps périscolaire. Les enfants y apprendront comment sont produits les aliments que nous mangeons, l’importance de leur mode de production sur la biodiversité végétale et animale et sur notre environnement.

Caroline et Ilan n’en sont pas à leur coup d’essai. Ils interviennent toutes les semaines depuis trois ans au collège Clémenceau où ils ont créé un potager de toutes pièces et construit les bacs en bois avec, notent-ils, « que des filles », des classes de 5e et 4e et de la classe UPE2A (unité pédagogique pour élèves allophones arrivants). Ces derniers sont souvent riches de leur propre culture agricole et les deux animateurs « apprennent aussi grâce à eux ». « Nous avons étoffé nos cultures avec ces jeunes qui ont déjà un rapport à la terre dans leur pays d’origine. » En projet, un repas international avec la production du potager et des interventions identiques au collège Gérard Philipe.

Ancré dans le quartier

D’autres projets sont en gestation ou en cours de réalisation : marché de petits producteurs locaux en bas de l’immeuble, vente aux riverains et commerçants locaux d’herbes aromatiques et autres productions (la fleuriste du marché de l’Olive se fournit déjà chez eux en fleurs coupées pour des bouquets champêtres), visites du jardin avec différents bailleurs, aide aux habitants pour végétaliser leur balcon ou cour d’immeuble. Et aussi l’accueil des « tricoteuses » de l’association Vivre au 93 Chapelle toute proche, la végétalisation de la terrasse du 5e étage de la tour en face de l’école, un travail avec les jeunes via les clubs de prévention – comme Veni verdi le fait déjà dans les 19e et 20e – et répondre ainsi aux objectifs de l’association de « créer des jardins en milieu urbain pour agir sur l’environnement, la société et l’économie ».

Veni Verdi a signé une convention d’occupation pour douze ans, il n’en faudra pas autant pour que ce nouveau site de culture urbaine devienne un incontournable de ce quartier largement trop bétonné de Chapelle International et de la porte de La Chapelle. Et n’attendez pas pour le visiter ! Caroline et Ilan vous accueilleront lors de leur première participation à la Fête des jardins, le samedi 25 septembre après-midi.

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (septembre 2021)

  • Le dossier du mois

    Alternative au béton, le jardin se réinvente

    Danielle Fournier, Nadia Dehmous, Sandra Mignot, Sylvie Chatelin
    Alors que s’annonce la fête des jardins et de l'agriculture urbaine, qui aura lieu cette année les samedi 25 et dimanche 26 septembre, les initiatives fleurissent dans le 18e. Des initiatives bienvenues pour verdir un arrondissement dense et se poser comme alternatives au béton pour tous les habitants.
  • La vie du 18e

    Les ailes au dos, la poésie au coeur [Article complet]

    Noémie Courcoux Pégorier
    Un ange – non déchu – a fait son apparition entre la Butte et les jardins d’Eole. Rencontre avec un artiste de chaque instant.
  • Alternative au béton, le jardin se réinvente

    Un jardin extraordinaire pour les tout-petits

    Danielle Fournier
    Le jardin Frédéric Dard renaît après sa fermeture en février 2020 à la suite de dégradations. Il a accueilli cet été trois séances du projet du Maquis d’Emerveille, pour une reconnexion des tout-petits à la nature, une première à Paris.
  • Alternative au béton, le jardin se réinvente

    Bouturothèque à la bibliothèque

    Sandra Mignot
    La bibliothèque Václav Havel propose depuis quelques mois une bouturothèque. On peut y troquer les pousses de ses plantes favorites. Une amenée, une (...)
  • La Chapelle

    Une case en terre dans les jardins d’Éole

    Danielle Fournier
    Une drôle de construction a poussé cet été, toute de terre, d’argile et de paille, à côté de la mini-ferme.
  • Saint-Ouen - Clignancourt

    La Sierra Prod, un futur tiers-lieu ambitieux

    Jerôme Demarquet, Sandra Mignot
    La Sierra Prod a animé tout l’été la friche Clignan’cool. Le site fermera bientôt mais l’association poursuit son engagement dans la mise en place d’un nouveau tiers-lieu dans le quartier.
  • Simplon

    Halaye, une association à l’aide des naufragés du numérique

    Stéphane Bardinet
    Pour lutter contre l’illectronisme, l’association Halaye propose des formations aux personnes les plus éloignées des nouvelles technologies. Une démarche de proximité soutenue par Pôle emploi et les bailleurs sociaux.
  • Histoire

    Depuis 1914, une presse locale foisonnante

    Danielle Fournier, Dominique Delpirou
    De 1914 à nos jours, la presse continue de s’illustrer dans le 18e, un des rares arrondissements parisiens à développer une telle activité journalistique locale.
  • Les Gens

    Hélène Tavera, les saveurs en partage

    Jean Cittone
    Membre du collectif 4C, Hélène Tavera est une amoureuse de la bonne nourriture et de la Goutte d’Or. Pour cette habitante du quartier, engagement et alimentation vont irrémédiablement de pair.

n° 307

septembre 2022