Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

septembre 2021 / Simplon

Halaye, une association à l’aide des naufragés du numérique

par Stéphane Bardinet

Pour lutter contre l’illectronisme, l’association Halaye propose des formations aux personnes les plus éloignées des nouvelles technologies. Une démarche de proximité soutenue par Pôle emploi et les bailleurs sociaux.

Ce matin, dans les nouveaux locaux de l’association Halaye, une chercheuse d’emploi envoyée par son agence Pôle emploi suit une formation individuelle à la pratique de l’ordinateur pour effectuer ses démarches en ligne. « Maintenant que ton CV est rédigé, tu fais enregistrer… Comme type de fichier, choisis la version MS Word 2007… Te souviens-tu du mot de passe pour accéder à ton espace personnel de Pôle emploi ? Non ? Ce n’est pas grave, nous allons le recréer ensemble. Reviens lundi et nous passerons deux heures à travailler sur tout ça. » La trentenaire se prépare à quitter le bureau, rassurée. Elle donne son chèque Aptic1 de 10 €, reçu de Pôle emploi, pour payer la séance. Elle reste encore dix minutes pour se confier sur ses problèmes de mère isolée avec un fils de 16 ans, accro aux jeux électroniques, qui passe toutes ses journées devant un écran et avec lequel la communication est très difficile. Anna, la directrice de l’association, la rassure comme elle peut et lui prodigue des conseils pour briser son isolement face à cette situation angoissante. En fait, tout ce qui touche à la vie numérique est source d’inquiétude pour elle. « Je n’ai pas d’ordinateur à la maison, je ne sais pas m’en servir. Avec mon téléphone, je clique oui/non/confirmer, mais c’est tout. Même dans ma recherche d’emploi, j’insiste pour que les offres de postes qu’on me présente ne nécessitent pas l’usage d’un ordinateur. Merci pour votre aide, Halaye. »

Apaiser les angoisses

Depuis le début de l’année, l’association partage avec d’autres un nouveau local mis à disposition par Paris Habitat dans le quartier Simplon. Elle emploie aujourd’hui près de trois salariés (2,8 équivalents temps plein). « Avec nos opérations pas-de-porte, nous avons inventé “l’aller vers” bien avant le confinement ! » Aller vers, une expression qui fait fureur dans le milieu du social depuis la crise du Covid et qui résume la démarche des travailleurs sociaux pour toucher leur public en dépit de la fermeture ou de la désaffection des locaux dédiés. Les opérations pas-de-porte consistent à investir les locaux communs en pied d’immeuble et de proposer des sessions de deux heures de formation gratuite pendant deux semaines pour les résidents. « Nos opérations ont séduit les bailleurs sociaux, car la dématérialisation des procédures administratives entraîne aussi beaucoup de difficultés avec les locataires », insiste Anna.

Aujourd’hui, ICF Habitat, Paris-Habitat ou encore la RIVP font appel à Halaye dans le 18e et le 19e. Mais l’association travaille aussi avec les agences Pôle emploi de la rue Maurice Genevoix et du boulevard Ney. En effet, l’illectronisme handicape sérieusement une frange importante des demandeurs d’emploi alors que les formalités et les recherches d’annonces sont aujourd’hui surtout accessibles en ligne. Face aux difficultés des plus rétifs ou des moins capables, les agences Pôle emploi offrent cinq séances d’une heure de formation individuelle chez Halaye, à l’usage des ordiphones ou des ordinateurs. Autant un moyen de s’approprier les outils électroniques que des moments de discussion libre pour apaiser les craintes et les angoisses.

Une énergie à hauteur de la tâche

Halaye est financéepar les bailleurs sociaux pour les prestations fournies aux résidents et aux chèques Aptic que reçoivent les chercheurs d’emploi de leur conseiller. Cette année, entre les passages au local et les opérations pas-de-porte, près de 200 personnes ont ainsi été formées à la bureautique, à la sécurité informatique ou encore à la rédaction de CV et réponse aux annonces. Bien sûr, beaucoup reste à faire lorsqu’on sait que l’illectronisme touche près de 13 millions de nos concitoyens.

Mais, de rendez-vous auprès des institutionnels en ateliers individuels, Anna Mbengue-Laumann, fondatrice et porteuse du projet, court toute la journée et rien ne semble pouvoir entamer l’énergie et la détermination de cette Sénégalaise d’origine. Halaye est déjà passée au haut-débit. •

Dans le même numéro (septembre 2021)

  • Le dossier du mois

    Alternative au béton, le jardin se réinvente

    Danielle Fournier, Nadia Dehmous, Sandra Mignot, Sylvie Chatelin
    Alors que s’annonce la fête des jardins et de l'agriculture urbaine, qui aura lieu cette année les samedi 25 et dimanche 26 septembre, les initiatives fleurissent dans le 18e. Des initiatives bienvenues pour verdir un arrondissement dense et se poser comme alternatives au béton pour tous les habitants.
  • La vie du 18e

    Les ailes au dos, la poésie au coeur [Article complet]

    Noémie Courcoux Pégorier
    Un ange – non déchu – a fait son apparition entre la Butte et les jardins d’Eole. Rencontre avec un artiste de chaque instant.
  • Alternative au béton, le jardin se réinvente

    Dans la cour et sur les toits

    Sylvie Chatelin
    Au pied levé, l’association Veni Verdi s’est installée sur le toit de l’école Eva Kotchever en plein cœur de Chapelle International. Le jardin prend forme et ses deux responsables fourmillent de projets.
  • Alternative au béton, le jardin se réinvente

    Un jardin extraordinaire pour les tout-petits

    Danielle Fournier
    Le jardin Frédéric Dard renaît après sa fermeture en février 2020 à la suite de dégradations. Il a accueilli cet été trois séances du projet du Maquis d’Emerveille, pour une reconnexion des tout-petits à la nature, une première à Paris.
  • Alternative au béton, le jardin se réinvente

    Bouturothèque à la bibliothèque

    Sandra Mignot
    La bibliothèque Václav Havel propose depuis quelques mois une bouturothèque. On peut y troquer les pousses de ses plantes favorites. Une amenée, une (...)
  • La Chapelle

    Une case en terre dans les jardins d’Éole

    Danielle Fournier
    Une drôle de construction a poussé cet été, toute de terre, d’argile et de paille, à côté de la mini-ferme.
  • Saint-Ouen - Clignancourt

    La Sierra Prod, un futur tiers-lieu ambitieux

    Jerôme Demarquet, Sandra Mignot
    La Sierra Prod a animé tout l’été la friche Clignan’cool. Le site fermera bientôt mais l’association poursuit son engagement dans la mise en place d’un nouveau tiers-lieu dans le quartier.
  • Histoire

    Depuis 1914, une presse locale foisonnante

    Danielle Fournier, Dominique Delpirou
    De 1914 à nos jours, la presse continue de s’illustrer dans le 18e, un des rares arrondissements parisiens à développer une telle activité journalistique locale.
  • Les Gens

    Hélène Tavera, les saveurs en partage

    Jean Cittone
    Membre du collectif 4C, Hélène Tavera est une amoureuse de la bonne nourriture et de la Goutte d’Or. Pour cette habitante du quartier, engagement et alimentation vont irrémédiablement de pair.

n° 300

janvier 2022