Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2021 / Droits des migrants

Un toit c’est un droit

par Sandra Mignot

S’il n’y a plus de campement porte de La Chapelle ou à Stalingrad, les exilés n’ont pas pour autant déserté le pavé. Pour obtenir des hébergements et solutions pérennes, les associations qui leur viennent en aide lancent des actions d’occupation.

Utopia 56 a référencé 1 300 familles à la rue cette année (et hébergé 3 300 personnes pendant 23 jours en moyenne), résume Yan Manzi, d’Utopia 56. Ces chiffres mettent en lumière l’abandon par l’Etat des populations précaires, SDF ou exilées. » Depuis l’évacuation du 17 novembre (lire notre n° 288), les organisations de protection des personnes exilées ont donc décidé de passer à la vitesse supérieure et se sont associées au DAL (Droit au logement) au sein du Collectif Réquisition*. « Nous avons toujours cherché à nous rapprocher les unes des autres pour avoir davantage d’impact dans nos actions, résume Jean-Jacques Clément, membre de Solidarité migrants Wilson. Actuellement, nous arrivons à nous réunir en inter-orga et à être une quarantaine d’associations de dimensions, modes d’organisation et ancienneté diverses. »

Derrière la bannière du DAL, opérateur de l’historique et médiatisée occupation de la rue du Dragon, en 1994, les personnes exilées sont assurées
de bénéficier d’une solide expertise : « Le DAL connaît le droit jusqu’au bout des doigts, rappelle Yan Manzi. Car la réquisition de bâtiments ou logements vides, en cas d’urgence, est inscrite dans la loi. Il faut l’appliquer, d’autant qu’avec la Covid, en plus des exilés, des centaines de compatriotes basculent aussi à la rue. »

Passage à l’action

Depuis les évacuations médiatisées de la porte de Paris et de la place de la République (le 23 novembre), le collectif n’a pas chômé : élaboration d’une liste de bâtiments disponibles à la réquisition (lire ci-contre), manifestation devant le ministère du Logement le 2 janvier, dépôt massif de demandes d’hébergement auprès de la Préfecture… « Puis nous sommes passés à l’action en occupant l’école Erlanger, le 24 janvier », résume Yan Manzi.

En une longue journée, l’évacuation de l’école (vouée à être remplacée par des logements sociaux mais dont la destruction est actuellement bloquée pour des raisons juridiques) a été organisée par la Mairie.
Direction : des gymnases, des hôtels, des centres d’hébergement d’urgence provisoires pour les 200 participants à l’occupation. « Mais il n’y a pas de volonté politique, insiste Yan Manzi. Ce système d’hébergement d’urgence ne fonctionne plus. Il est maltraitant. Il faut arrêter de rentrer les gens puis les faire sortir. C’est insupportable et ça coûte une blinde. Nous voulons quelque chose de pérenne. »

Des centres temporaires

Alors le 13 février, rebelote, à l’Hôtel-Dieu cette fois, avec quelque 80 personnes sans logement. Le site a été en partie cédé à un promoteur immobilier pour un projet hôtelier de luxe.
En attendant, il offre de larges espaces vides et sains. "L’évacuation a été rapide, rapporte Jean-Jacques Clément. Nous sommes sortis avant minuit.
Les personnes ont été prises en charge par le 115, donc l’Etat. Les hommes ont été dirigés porte de la Villette, dans un centre temporaire le long du périphérique. Ca se passe assez mal, car les personnes sont ensuite envoyées dans des centres d’accueil et d’examen de la situation (CAES) en province
.« Les femmes et les mineurs ont quant à eux été le plus souvent orientés vers des hôtels du nord-est parisien, entre les portes de Clichy et de Clignancourt. »A présent, nous sensibilisons les personnes à leurs droits, car ces prises en charge, un jour, s’arrêteront et elles seront remises à la rue, ajoute Yan Manzi. Donc nous allons dans ces lieux d’hébergement et nous tractons, en leur disant qu’elles ne doivent pas accepter de partir, car un toit est un droit.« Et pour lutter contre l’invisibilisation des personnes exilées, Utopia 56 a décidé de déplacer sa permanence d’accueil juridique. Celle-ci ne se tient plus au centre Rosa Parks, tous les mardis ; elle a lieu désormais tous les soirs à partir de 18 h, sur la place de l’Hôtel-de-Ville. »Et il y aura d’autres actions, dans d’autres villes et au niveau national." Un appel européen à manifestation est également lancé pour le 27 mars.

A lire aussi dans ce dossier :

Dans le même numéro (mars 2021)

  • Le dossier du mois

    Migrants : des militants toujours en action

    Laure Vogel
    Jeunes et familles menacés d’expulsion, campements dans le froid glacial de ce début de février… Alors que les débats sur l’immigration sont à nouveau propulsés sur le devant de la scène médiatique, qu’en est-il vraiment de l’accès des étrangers à leurs droits ? Parole à quelques-uns de ceux et celles qui les accompagnent, jour après jour, au gré des confinements et autres restrictions.
  • La vie du 18e

    Bientôt des logements chez Tati

    Marie-Odile Fargier
    Des logements à la place des rayons de vêtements !
  • La vie du 18e

    Pistes cyclables : à quand l’acte 2 du plan vélo

    Florianne Finet
    L’association Paris en Selle appelle à revoir l’ensemble du plan de circulation de l’arrondissement pour rendre la ville plus vivable à vélo.
  • La vie du 18e

    Une épreuve des JO de 2024 au stade Bauer ?

    Michel Germain
    Formidable raison d'être heureux pour les supporters du Red Star du 18e : la rénovation de ce fameux stade pour les Jeux olympiques de 2024.
  • La commune de Paris 150 ans après

    Tout le 18e célèbre la Commune [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Jusqu’au 28 mai, la Mairie du 18e en association avec les centres Paris Anim’ et les bibliothèques de l’arrondissement proposent des expositions et (...)
  • La commune de Paris 150 ans après

    Les femmes sur tous les fronts

    Philippe Darriulat
    Soixante-douze jours. Soixante-douze jours seulement, du 18 mars au 28 mai 1871. C’est la période, à la fois si courte et si dense, pendant laquelle Paris connut un gouvernement insurrectionnel voulant assurer « l’intervention permanente des citoyens dans les affaires communales ». Cet article est le premier d'une série de trois consacrés à cet évènement historique que fut la Commune. Il s'intéresse aux nombreuses citoyennes souvent oubliées qui ont participé à cette lutte, parfois au péril de leur vie.
  • La commune de Paris 150 ans après

    Célébrations : vives réactions des élus de droite

    Annie Katz
    Commémorer ou célébrer ?
  • La commune de Paris 150 ans après

    Des Communards marchent sur la Basilique (ou presque)

    Danielle Fournier
    Rendez-vous le 18 mars au petit matin sur les marches du Sacré-Cœur.
  • Droits des migrants

    Deux jeunes menacés d’expulsion

    Danielle Fournier
    Sylvain et Fatimate sont tous deux scolarisés dans le 18e. D’âge et de situation différents, ils sont sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF).
  • Goutte d’Or

    Dérives policières à la barre

    Sandra Mignot
    Durant de nombreuses années, un policier de la BAC du 18e a profité des trafiquants du quartier. Son procès a révélé son implication dans des opérations de blanchiment d’argent, d’interpellations frauduleuses, de vols, de corruption et de trafic de drogue.
  • La Chapelle

    Rien ne se perd, tout se recycle !

    Sylvie Chatelin
    À Paris, les biodéchets représentent encore plus de 23 % de nos poubelles. Les composter permet de les recycler pour se chauffer, circuler et fertiliser les cultures.
  • La Chapelle

    La couche est-elle un déchet compostable ?

    Aline Grouès
    La crèche P’tit d’homme est au cœur d’un projet de transformation des cacas de nos bébés en terreau fertile.
  • Les Gens

    Une vie à regarder devant, toujours

    Magali Grosperrin, Sophie Roux
    A 92 ans, dont 70 passés dans le 18e, Michèle Kersz conjugue le passé et l’avenir avec une énergie hors du commun.

n° 295

juillet-août 2021