Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

octobre 2018 / Les Gens

Un duo pop qui s’aime en chansons

par Dominique Boutel

Émilie Satt et Jean-Karl Lucas, alias Madame Monsieur, sont les marraine et parrain de l’édition 2018 de la Fête des Vendanges. Les rencontrer, c’est un véritable bain de fraîcheur et d’humanité.

Jeunes, accueillants, professionnels, charmants, discrets : ils sont mari et femme dans la vie, complices sur la scène, et parlent d’une même voix. Leur présence à la Fête des Vendanges n’est pas tout à fait un hasard : les deux artistes ont un attachement tout particulier à l’arrondissement. « J’habite dans le 18e depuis 15 ans, révèle Jean-Karl. On s’y est rencontrés dans un bar, la Divette de Montmartre, et le lendemain, on faisait des chansons. » Un regard complice derrière ses jolies lunettes fines, et Émilie renchérit : « Moi, j’étais limite 18e, j’habitais Guy Môquet ; on traversait la rue, c’était le 18. On avait tous nos amis là. »

Émilie aime chanter depuis l’enfance. À la chorale avec sa sœur, elle s’essaye aux harmonies et cherche à obtenir le solo de fin d’année. Ses parents aussi ont toujours chanté. Et elle écrit des nouvelles, des poésies, puis des chansons. Jean-Karl a commencé la musique au conservatoire d’Amiens, en jouant de l’alto, et a toujours composé. Il n’a jamais pu imaginer sa vie sans la musique. Leur rencontre allait de soi. « Et puis on a vécu trois ou quatre ans ensemble, rue Championnet, poursuit Monsieur. On y a galéré, travaillé dans les bars, c’est un coin qu’on connaît par cœur et maintenant on y crée. »

Le duo est produit de longue date par le label indépendant Low Wood, dirigé par Guillaume Silvestri, installé rue du Ruisseau. « C’est une famille, on travaille à petite échelle, on a toujours notre mot à dire sur tout, c’est un travail collectif. L’avantage avec les labels indépendants, c’est qu’on a la liberté d’aller au bout de toutes nos envies », racontent-ils à deux voix. (Lire la suite dans le numéro d’octobre 2018)

Photo : Koria

Dans le même numéro (octobre 2018)

  • Montmartre

    Vin et paix à la fête des vendanges

    Marie-Odile Fargier
    L’édition 2018, du 10 au 14 octobre, est placée sous le signe de la paix. Sur l’affiche de cette grande fête parisienne, la troisième en termes de (...)
  • La Chapelle

    Changement de tête à la charcuterie

    Annie Katz
    Au marché de l’Olive, un commerce de charcuterie-traiteur continue sous la houlette de ses deux salariées, avec le soutien de leur fidèle clientèle. (...)
  • La Chapelle

    Les petites gouttes débordent

    Sylvie Chatelin
    L’envers du décor révélé à la suite d’un conflit de voisinage autour du bar restaurant installé dans l’ancienne Halle Pajol. Le 7 septembre, soirée (...)
  • Goutte d’Or

    Le Tango comme à Buenos Aires

    Stéphane Bardinet
    L’association Fuego de tango est née il y a deux ans et propose deux cours dans le 18e. Rencontre découverte avec une danse sensuelle et intime. (...)
  • Goutte d’Or

    L’Alternative urbaine, en route vers l’emploi

    Miren Garaicoechea
    L’Alternative urbaine propose à des personnes sans domicile ou en grande précarité de guider des visites touristiques de Paris. Sortie du métro (...)
  • Le dossier du mois

    Exilés : l’entraide face aux carences de l’Etat

    Claire Rosemberg, Danielle Fournier, Florianne Finet
    Si les plus gros campements de migrants ont disparu, les exilés errent toujours dans les rues de Paris. Solidarité Migrants Wilson, un collectif (...)
  • Clignancourt

    Vanesa Campos, tuée au Bois de Boulogne

    Hajer Khader Bizri
    La jeune femme de 36 ans, prostituée, a été tuée en plein Bois de Boulogne, alors qu’elle venait au secours d’un client. Elle était aussi notre (...)

n° 284

juillet-août 2020