Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

octobre 2018 / Le dossier du mois

Exilés : l’entraide face aux carences de l’Etat

par Claire Rosemberg, Danielle Fournier, Florianne Finet

Si les plus gros campements de migrants ont disparu, les exilés errent toujours dans les rues de Paris. Solidarité Migrants Wilson, un collectif non subventionné apporte un appui alimentaire quotidien depuis deux ans. A bout de forces, il a finalement passé le relai à la Mairie de Paris.

Ce matin-là, à la porte de La Chapelle, une longue file s’étire le long d’un terrain de sport côté nord du boulevard Ney, à quelques mètres du périphérique. Ces exilés d’Afrique, d’Afghanistan et d’ailleurs qui font la queue pour un café et un bout de pain se trouvent à 200 mètres de l’arrêt du tram mais restent invisibles aux Parisiens qui piétinent de l’autre côté des Maréchaux. Comme la plupart du temps, ils sont 600 à 700 à fréquenter ce point de distribution alimentaire. Depuis quelques semaines, il est menacé de fermeture à la suite des retraits successifs de deux groupes très actifs de bénévoles qui deux ans durant sont venus au secours des exilés dans ce secteur. Il est environ 10 h, il fait chaud et sec, des petits groupes d’hommes prennent leur petit-déjeuner en bavardant, sacs à dos à terre, massés le long d’un bout de terrain vague sous une bretelle d’autoroute. D’autres restent assis sur des cartons posés sur le trottoir. Pas de femme nid’enfant en vue.
La foule est calme, un gardien bien bâti, debout derrière une barrière, filtre les hommes un par un vers les boissons chaudes, le sucre, les jus de fruits et le pain. « Il n’y a plus de fruits, on a aussi des compotes mais beaucoup n’aiment pas ça », dit l’une des personnes servant le petit-déjeuner quotidien. De temps à autre, surgit derrière la barrière une femme ou un malade qui sera servi en priorité. Idem pour quelques toxicomanes décharnés, l’air hagard, « pour éviter les problèmes ». La nuit ils partagent les mêmes terrains vagues environnants. (Lire la suite dans le numéro d’octobre 2018)

Illustration : Séverine Bourguignon

Dans le même numéro (octobre 2018)

  • Montmartre

    Vin et paix à la fête des vendanges

    Marie-Odile Fargier
    L’édition 2018, du 10 au 14 octobre, est placée sous le signe de la paix. Sur l’affiche de cette grande fête parisienne, la troisième en termes de (...)
  • La Chapelle

    Changement de tête à la charcuterie

    Annie Katz
    Au marché de l’Olive, un commerce de charcuterie-traiteur continue sous la houlette de ses deux salariées, avec le soutien de leur fidèle clientèle. (...)
  • La Chapelle

    Les petites gouttes débordent

    Sylvie Chatelin
    L’envers du décor révélé à la suite d’un conflit de voisinage autour du bar restaurant installé dans l’ancienne Halle Pajol. Le 7 septembre, soirée (...)
  • Goutte d’Or

    Le Tango comme à Buenos Aires

    Stéphane Bardinet
    L’association Fuego de tango est née il y a deux ans et propose deux cours dans le 18e. Rencontre découverte avec une danse sensuelle et intime. (...)
  • Goutte d’Or

    L’Alternative urbaine, en route vers l’emploi

    Miren Garaicoechea
    L’Alternative urbaine propose à des personnes sans domicile ou en grande précarité de guider des visites touristiques de Paris. Sortie du métro (...)
  • Clignancourt

    Vanesa Campos, tuée au Bois de Boulogne

    Hajer Khader Bizri
    La jeune femme de 36 ans, prostituée, a été tuée en plein Bois de Boulogne, alors qu’elle venait au secours d’un client. Elle était aussi notre (...)
  • Les Gens

    Un duo pop qui s’aime en chansons

    Dominique Boutel
    Émilie Satt et Jean-Karl Lucas, alias Madame Monsieur, sont les marraine et parrain de l’édition 2018 de la Fête des Vendanges. Les rencontrer, c’est (...)

n° 282

mai 2020