Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2022 / La vie du 18e

La corneille, une voisine de caractère

par Jacky Libaud

Tout de noir vêtues, les corneilles ont du caractère et sont très bien adaptées à la vie parisienne grâce à leur intelligence et à leur opportunisme.

Les corneilles noires, Corvus corone en latin, et souvent improprement appelées corbeaux en français, sont de grands oiseaux de l’ordre des passereaux et de la famille des corvidés qui compte également à Paris la pie bavarde et le geai des chênes. Portant une livrée entièrement noire, y compris les pattes et le bec, la corneille est impressionnante, surtout lorsqu’elle lance son croassement caractéristique. Elle est pourtant capable de fantaisie en copiant vocalement toutes sortes de sons et un individu vivant au cimetière du Père Lachaise est connu pour imiter la sirène d’une ambulance !

Très habiles dans les airs, les corneilles animent souvent de leurs acrobaties aériennes les alentours du dôme du Sacré-Cœur de Montmartre, mais, irascibles, elles profitent aussi de leurs capacités en vol pour harceler tout rapace, goéland ou autre héron qui traverserait leur territoire. Pour son repas, l’oiseau n’est guère regardant et dévore indifféremment graines, insectes, fruits, oeufs, petits animaux et déchets. En hiver, il aime bouleverser les pelouses à la recherche de larves d’insectes, au grand dam des jardiniers ! A Paris, les corneilles ont bien profité du plan Vigipirate qui, en imposant des sacs plastiques transparents dans les poubelles, leur a offert un restaurant inépuisable à ciel ouvert !

Si leur population parisienne est stable et estimée, dans l’atlas des oiseux nicheurs de la LPO paru en 2019, à 450/550 couples, certains parcs concentrent de grands rassemblements qui rappellent le film « Les Oiseaux » d’Alfred Hitchcock.

Une étude du Muséum d’histoire naturelle, grâce à un programme de baguage aux Jardin des Plantes, des Tuileries et du Luxembourg, a démontré que ces bandes de corneilles étaient surtout composées de jeunes non encore en âge de se reproduire, des bandes d’ados, en quelque sorte ! Le fait d’avoir été nourris au nid avec des frites et des résidus de « malbouffe » entraîne chez eux une décoloration blanche sur les grandes plumes des ailes et de la queue, typique des individus fréquentant les sites très touristiques.

Sus aux sacs-poubelles

Pour tenter de diminuer cette trop grande affluence, la Ville a remplacé les poubelles des parcs par de grands conteneurs en bois et métal, inaccessibles aux oiseaux.

Très intelligente, la corneille ramasse les noix d’Amérique dans les parcs à l’automne et les brise en les laissant tomber sur le macadam depuis une grande hauteur. Elle sait également ramollir dans une flaque d’eau une tranche de pain dur ! Les marchés attirent aussi les oiseaux qui viennent faire le ménage à la fermeture, boulevard Ornano ou sous le métro à Barbès.

Ces jours-ci, les corneilles sont affairées à construire leurs nids qui accueilleront fin mars/début avril de trois à cinq œufs. Le plus souvent, la couvaison débute avant l’apparition des feuilles sur les arbres et l’on peut alors remarquer la queue de la femelle qui dépasse du nid, tandis que le mâle se charge d’éloigner les intrus, le plus souvent de paisibles pigeons. •

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (mars 2022)

  • Le dossier du mois

    Rouler à vélo : nos quartiers en queue de peloton

    Florianne Finet
    Le 18e se place en queue de peloton du classement des arrondissements parisiens dressé par la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB). En cause, le manque de nouveaux itinéraires cyclables sécurisés depuis 2019 et un confort limité sur les voies déjà aménagées.
  • La vie du 18e

    Ils font le 18è : à vous de proposer [Article complet]

    A l’occasion du n° 300 du 18e du mois, nous avons lancé l'idée de faire appel aux lecteurs pour établir une liste des personnalités marquantes du 18e.
  • La vie du 18e

    Grève au Wepler, le salaire du labeur ?

    Erwan Jourand
    Les salariés de la brasserie ont gagné ! Après treize jours de grève, un accord a été signé avec la direction du groupe Gérard Joulie qui les emploie.
  • La vie du 18e

    Qualité de l’air : un bulletin toujours médiocre

    Sandra Mignot
    La qualité de l’air de la capitale est toujours mauvaise. Une carte publiée par Respire compare les données de la pollution atmosphérique devant les écoles aux seuils d'alerte de l’OMS.
  • Simplon

    Améliorer les conditions de vie dans les prisons d’Afrique

    Patrick Mallet
    Depuis son emménagement rue des Amiraux, Le 18e du mois partage ses locaux avec Prisonniers sans frontières (PRSF) organisation de solidarité internationale laïque.
  • Montmartre

    Fermeture de classes, Montmartre se rebiffe

    Marie-Antoinette Leca, Sandra Mignot
    Le 18e pourrait perdre cinq classes au total, dont trois à Montmartre. Avec le soutien des enseignants, les élus des parents d’élèves tentent d’influer sur les décisions.
  • La Chapelle

    Ecobox, le jardin au régime sec [Article complet]

    Magali Grosperrin
    A l’approche des beaux jours, une bonne nouvelle viendra-t-elle rassurer les jardiniers d’Ecobox ? Tout est prêt pour l’arrosage des arbustes, plantes et fleurs... en attendant le précieux liquide.
  • La Chapelle

    Danse : une ode à la libération des femmes

    Monique Loubeski
    L’Espace Canopy accueille, dans une résidence artistique consacrée à la danse contemporaine créée et interprétée par des femmes, Yara Al Hasbani, chorégraphe d’origine syrienne.
  • Les Gens

    Sentinel Diego, du rap à l’ombre de la basilique

    Dominique Dugay
    Les cuisines du Sacré-cœur ont abrité un artiste qui n’excelle pas qu’aux fourneaux. Sentinel Diego est un passionné de « musique urbaine », rayonnant et rollers addict.

n° 307

septembre 2022