Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2022 / La Chapelle

Danse : une ode à la libération des femmes

par Monique Loubeski

L’Espace Canopy accueille, dans une résidence artistique consacrée à la danse contemporaine créée et interprétée par des femmes, Yara Al Hasbani, chorégraphe d’origine syrienne.

La blonde Yara est née en 1993 à Damas, s’est formée à la danse classique à l’Institut d’art dramatique de la ville. Son père, opposant au régime dictatorial en place, meurt sous la torture. Avec sa mère, sa sœur et son frère, elle doit s’enfuir à l’âge de 20 ans. Première étape : la Turquie pendant une année. Puis la France. Yara danse sur les ballets qu’elle invente (Unstoppable, Va voir là-bas si j’y suis). Elle apprend le français, participe aux ateliers du collectif « Artistes en exil », reçoit une bourse de la région Île-de-France.

« Danser, c’est mieux que parler  » dit-elle. Pour la jeune Syrienne, le corps permet d’exprimer tous les sentiments, toutes les émotions. L’outil parfait pour revendiquer, contester, s’affirmer. Ses influences sont celles de danseuses et chorégraphes à la forte personnalité : Pina Bausch, Trisha Brown, Marie-Agnès Gillot.

Emancipation des corps

Yara Al Hasbani avait pris l’habitude de se produire en solo. Pour interpréter Elham elle est accompagnée par deux autres danseuses : Ludivine Mirre et Aurélia Chanolo et par une pianiste. Toutes trois travaillent en résidence artistique au sein de l’Espace Canopy. L’œuvre est une ode à la libération des femmes. Le ballet est scindé en deux parties. Dans la première, baignée par une mélopée orientale, les femmes sont empêchées, entravées. Dans la seconde, le dynamisme d’une musique électronique témoigne de l’émancipation des corps. De l’émergence d’une puissance toute neuve. Pour écrire Elham Yara a bien sûr d’abord pensé aux femmes du Moyen-Orient. Elle a pu constater leur courage dans des régions en guerre et déplorer le système patriarcal qui les étouffe. Cependant le ballet s’adresse aussi aux Françaises « qui sont parfois malheureuses, agressées, battues. Alors que la loi est censée les protéger ».

A la Halle Pajol sera donnée une version courte d’Elham : une vingtaine de minutes suivies d’un moment d’échanges avec le public. La version longue, presque une heure, sera présentée avant la fin de l’année dans un lieu qui reste à définir. La jeune danseuse songe à d’autres chorégraphies. Cependant, son plus cher désir est de « faire danser les enfants ». D’abord ceux des camps de réfugiés, en Jordanie. Puis ceux d’ici lorsqu’elle aura acquis la nationalité française. •

Photo : Alain Scaniver

Dans le même numéro (mars 2022)

  • Le dossier du mois

    Rouler à vélo : nos quartiers en queue de peloton

    Florianne Finet
    Le 18e se place en queue de peloton du classement des arrondissements parisiens dressé par la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB). En cause, le manque de nouveaux itinéraires cyclables sécurisés depuis 2019 et un confort limité sur les voies déjà aménagées.
  • La vie du 18e

    Ils font le 18è : à vous de proposer [Article complet]

    A l’occasion du n° 300 du 18e du mois, nous avons lancé l'idée de faire appel aux lecteurs pour établir une liste des personnalités marquantes du 18e.
  • La vie du 18e

    Grève au Wepler, le salaire du labeur ?

    Erwan Jourand
    Les salariés de la brasserie ont gagné ! Après treize jours de grève, un accord a été signé avec la direction du groupe Gérard Joulie qui les emploie.
  • La vie du 18e

    La corneille, une voisine de caractère

    Jacky Libaud
    Tout de noir vêtues, les corneilles ont du caractère et sont très bien adaptées à la vie parisienne grâce à leur intelligence et à leur opportunisme.
  • La vie du 18e

    Qualité de l’air : un bulletin toujours médiocre

    Sandra Mignot
    La qualité de l’air de la capitale est toujours mauvaise. Une carte publiée par Respire compare les données de la pollution atmosphérique devant les écoles aux seuils d'alerte de l’OMS.
  • Simplon

    Améliorer les conditions de vie dans les prisons d’Afrique

    Patrick Mallet
    Depuis son emménagement rue des Amiraux, Le 18e du mois partage ses locaux avec Prisonniers sans frontières (PRSF) organisation de solidarité internationale laïque.
  • Montmartre

    Fermeture de classes, Montmartre se rebiffe

    Marie-Antoinette Leca, Sandra Mignot
    Le 18e pourrait perdre cinq classes au total, dont trois à Montmartre. Avec le soutien des enseignants, les élus des parents d’élèves tentent d’influer sur les décisions.
  • La Chapelle

    Ecobox, le jardin au régime sec [Article complet]

    Magali Grosperrin
    A l’approche des beaux jours, une bonne nouvelle viendra-t-elle rassurer les jardiniers d’Ecobox ? Tout est prêt pour l’arrosage des arbustes, plantes et fleurs... en attendant le précieux liquide.
  • Les Gens

    Sentinel Diego, du rap à l’ombre de la basilique

    Dominique Dugay
    Les cuisines du Sacré-cœur ont abrité un artiste qui n’excelle pas qu’aux fourneaux. Sentinel Diego est un passionné de « musique urbaine », rayonnant et rollers addict.

n° 307

septembre 2022