Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2022 / Charles-Hermite-Evangile

La Bonne Tambouille est orpheline [Article complet]

par Sylvie Chatelin

Après Mme Sanchez, vestale de la rue Pajol, c’est maintenant Claude Field-Feldschuch, une autre figure de La Chapelle qui nous a quittés le 24 février.

Claude aurait mérité un portrait de dernière page mais il a été emporté trop tôt, trop vite. Alors nous souhaitons par ces quelques lignes rendre hommage à un homme pour qui, fidèle à sa jeunesse de soixante-huitard, il était « interdit d’interdire ». Et Claude ne s’interdisait rien. Aux dires de sa femme Brigitte, il « allait au bout de ses plaisirs, de ses envies ».

Curieux de tout, féru de musique, il allait à Bayreuth tous les ans et avait profité d’un long séjour d’une dizaine d’années en Côte d’Ivoire pour s’initier aux langues africaines non écrites. Il s’était lancé ensuite dans un vieux rêve, l’étude des hiéroglyphes. Il allait conjuguer ses deux passions dans le cadre d’un projet d’opéra avec Benjamin Lazare à l’occasion des 200 ans du déchiffrage de la Pierre de Rosette par Champollion. Actif et engagé dans son quartier, il est à l’initiative de la présentation de l’opéra La flûte enchantée de Mozart en septembre 2020, dans le parc Chapelle Charbon.

Avec une voisine, Françoise Quentin, et d’autres, il avait « revitalisé l’association de locataires de leur immeuble » et, comme elle le souligne, autour de leurs rencontres « il y avait toujours un petit air de fête, de résistance à la morosité générale, d’impertinence et de plaisir ».

Sens de l’engagement

C’est de ce groupe qu’a émergé l’idée de la Bonne Tambouille qui anime la place Mac-Orlan un samedi par mois, d’abord menée par Pascal Breil-Dupont, reprise ensuite par Claude. Laetitia Angot y participe régulièrement avec la Permanence chorégraphique de La Chapelle. Elle aussi souligne le « sens de l’engagement de Claude pour une société plus juste et plus solidaire » et ajoute qu’il « sera toujours dans nos danses ».

Généreux, cohérent avec les idées qu’il prônait, cultivé, ouvert aux autres et au monde, Claude a atteint son idéal, « être un honnête homme de la Renaissance ».•

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (avril 2022)

  • La vie du 18e

    Au collège : gastronomie sans frontières

    Danielle Fournier
    Des élèves portugais de l’Agrupamento de escolas Marquesa de Alorna sont venus de Lisbonne à la rencontre des élèves d’une classe de 3e du collège Gérard Philipe. Le fil de leurs rencontres : la gastronomie et le développement durable.
  • La vie du 18e

    Dark stores, une certaine opacité

    Erwan Jourand
    Vous n’en avez jamais vu ? Normal, ces lieux de stockage se font très discrets et n’ont pas de vitrine. Ils sont pourtant dans le collimateur, car certains sont dans l’illégalité.
  • La vie du 18e

    Terrasses : bagarre pour l’espace public

    Erwan Jourand
    Ça se corse. S’il suffisait d’une simple formalité en pleine période de pandémie pour obtenir une terrasse éphémère, se voir attribuer le même espace à compter du 1er avril est une autre paire de manches.
  • La vie du 18e

    Une balade aux origines du rap français

    Dominique Boutel
    En deux heures d’un parcours commenté, Hip-hop Tour XVIII dévoile la face moins connue de la culture de l'arrondissement.
  • Le dossier du mois

    Réfugiés ukrainiens : accueil, témoignages, initiatives

    Dominique Boutel
    Durant une dizaine de jours, l’accueil des réfugiés ukrainiens arrivant à Paris, était assuré porte de La Chapelle.
  • La Chapelle

    Du théâtre de quartier, de Paname à New York

    Dominique Boutel
    Porté par Espoir 18 dans le quartier Chapelle-Goutte d’Or, le spectacle Bad Mamas créé par des habitants va franchir l’Atlantique.
  • Charles-Hermite-Evangile

    La tour des Poissonniers se refait une jeunesse

    Stéphane Bardinet
    Finies les familles, jeunes retraités ou quadras actifs, la tour des Poissonniers va désormais loger des étudiants. C’est le choix qu’ont fait Paris Habitat et la Ville de Paris, bailleur et propriétaire de cette tour sexagénaire.
  • La Goutte d’or

    Rédacteurs en herbe à la Goutte d’Or

    Lucien Déraillot
    Le thème de la bienvenue a inspiré les enfants qui ont laissé libre cours à leur créativité pour écrire des textes originaux et poétiques.
  • Culture

    Photo européenne : circulez, il y a beaucoup à voir !

    Dominique Boutel
    Le Festival de la jeune photographie européenne, dont c’est la 12e édition, est l’occasion de découvrir quels regards portent sur le monde les artistes d’aujourd’hui.
  • Les gens

    Toute une vie pour devenir soi

    Sandra Mignot
    Giovanna Rincon est la directrice de l’association Acceptess-T, qui lutte pour les droits des personnes transgenres. Elle s’est construite dans le refus des assignations et de la fatalité.

n° 304

mai 2022